International
La police belge est à la recherche de Catherine Brocquet, une Française de 45 ans, portée disparue depuis mercredi après une escale à Bruxelles. 
Société
Vendredi matin, le "Figaro Magazine" s'est attiré les foudres d'habitants de Saint-Denis en publiant une enquête sur "l'islamisme au quotidien" dans cette ville. En couverture, une photo de Saint-Denis titrée "Molenbeek-sur-seine". 
Vidéos A la une
Molenbeek souffre des stigmates du terrorisme. Six mois après les attentats du 13 novembre, commandités en partie depuis la Belgique, plusieurs jeunes molenbeekois élus au sein du conseil de la commune, ont décidé de venir à la rencontre des Parisiens.
Vidéos A la une
Une marche a eu lieu ce dimanche 17 avril dans la commune de Molenbeek afin de lutter contre Daesh et les amalgames. La ville est aujourd'hui...
Vidéos A la une
Mohamed Abdeslam a perdu son poste à Molenbeek. Selon La Dernière Heure, le frère de Brahim et Salah Abdeslam, tous deux impliqués dans les attentats de Paris, travaillait pour la commune en tant que fonctionnaire au service des Étrangers. D'après le quotidien belge, ce sont les récentes déclarations de Mohamed Abdeslam qui ont provoqué son licenciement. Début avril, après avoir rendu visite à Salah, détenu à Bruges suite à son interpellation le 18 mars, Mohamed Abdeslam avait déclaré à la presse que son frère "avait volontairement refusé de se faire sauter". Des propos qui ont poussé l'administration de la commune à le licencier. Dès le lendemain des attentats de Paris, Mohamed Abdeslam s'était mis en congé maladie et n'est jamais revenu travailler. La Dernière Heure précise que Mohamed Abdeslam n'a pas été licencié pour faute grave et qu'il touchera des indemnités.
Vidéos A la une
L'ancien footballeur français Louis Saha et l'international belge Youri Tielmans se sont tous les deux rendus à Molenbeek, pour tenter de...
Vidéos A la une
Comme Salah Abdeslam il y a quelques semaines, Mohamed Abrini a été interpellé vendredi soir alors qu'il se cachait dans l'agglomération bruxelloise, dans son quartier d'origine. Un schéma que l'on a également observé pour quasiment tous les suspects des attentats de Paris et Bruxelles. De retour chez eux, ils peuvent en effet y bénéficier d'une planque, voire du soutien de leurs proches.
Vidéos A la une
L'adjointe au bourgmestre de Molenbeek Sarah Turine a déclaré ce vendredi sur BFMTV qu'"Anderlecht fait partie des communes qui connaissent le même phénomène que Molenbeek, à savoir un certain nombre de départs vers la Syrie". "Ce qui est toujours impressionnant, c'est que cette filière terroriste (celle de Mohamed Abrini, ndlr) réussit à mobiliser les filières et les réseaux de petites criminalités", a-t-elle ajouté. Elle estime que pour trouver les planques", cette filière-là fonctionne également".
Vidéos A la une
Le député FN du Gard Gilbert Collard a affirmé ce mercredi sur BFMTV que la réforme constitutionnelle abandonnée par le gouvernement n'aurait de toute façon pas été utile. "On a l'arsenal législatif, il existait même avant l'Etat d'urgence", a-t-il affirmé, ajoutant qu'il faut "avoir la volonté de mettre en oeuvre des procédures". "On nous dit maintenant qu'il y a des Molenbeek en France. Mais foutons en l'air ces Molenbeek!", a lancé l'avocat. Selon lui, "il manque le courage et la détermination dans la légalité républicaine".
Vidéos A la une
Patrick Kanner, le ministre de la Ville a allumé une vive polémique hier en laissant entendre qu'une centaine de quartiers français présentent des similitudes avec Molenbeek. Pour Eric Brunet, c'est une réalité. Ce ministre socialiste n'a pas été le premier ni le seul à le dire. D'après Laurent Neumann, les premiers à lancer cette polémique ont été la droite et le Front national. Le but, pointer un laxisme de la part des maires de gauche. Or, la part de responsabilité revient aussi aux élus de droite car bon nombre de ces quartiers assimilés à tort à Molenbeek sont sous leur direction. Par ailleurs, cette comparaison de la France avec le Molenbeek de Belgique est nulle et non avenue. La France est un pays qui lutte énormément contre le terrorisme. - Bourdin Direct, du lundi 28 mars 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Dans le "Grand rendez-vous" d'Europe 1, Patrick Kanner avait affirmé "qu'une centaine de quartiers en France" présentent "des similitudes potentielles avec Molenbeek". Une déclaration loin de faire l'unanimité à gauche. Pour Hervé Gattegno, le ministre de la Ville n'a fait que répéter ce que disaient la droite et l'extrême-droite depuis des jours. Sur le fond, il est faux de dire qu'il y aurait en France des dizaines de cités ou de quartiers qui seraient des foyers de terrorisme. Et c'est d'un simplisme assez ridicule de prétendre que ce serait l'effet mécanique du banditisme, du chômage et du communautarisme, a-t-il ajouté. - Bourdin Direct, du lundi 28 mars 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Patrick Kanner a estimé dimanche qu'une centaine de quartiers français avaient des similitudes avec Molenbeek, commune belge dont les attentats de Bruxelles ont mis en évidence le rôle de base-arrière du jihadisme. Des propos dénoncés ce lundi sur RMC par Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI.
Vidéos A la une
François Pupponi, maire PS de Sarcelles, a répondu, ce jeudi sur BFMTV, aux allégations de certains politiques qui estiment que sa ville est un autre Molenbeek, à savoir des quartiers communautarisés aux mains de salafistes où les lois de la République n'existent plus. Si le député du Val-d'Oise a reconnu que "des réseaux jihadistes essaient de s'implanter un peu partout", il a tempéré en expliquant être en veille et avoir des contacts réguliers avec les services de renseignement.
Vidéos A la une
Témoin de l'explosion de l'aéroport bruxellois, Jef Versele nous a envoyé ce document exclusif montrant les dégats du hall de l'aéroport de...
Vidéos A la une
Trois jours après l'arrestation de Salah Abdeslam à Molenbeek, la réputation de fief du jihadisme européen colle plus que jamais à la peau de la commune bruxelloise. "Ce basculement s'est fait sans qu'on puisse s'en rendre compte", a expliqué le premier adjoint du bourgmestre de Molenbeek. Si Ahmed El Khannous a estimé qu'un réseau avait permis la cavale de quatre mois de l'homme le plus recherché d'Europe, il a nié un quelconque laisser-aller de la part des autorités de la commune. "Les policiers qui l'ont arrêté ne l'ont pas reconnu tellement il était amaigri, apeuré, il n'avait que la peau sur les os", a-t-il décrit avec force détails. Visiblement remonté, il a ensuite fait le parallèle avec le cas d'Yvan Colonna, exhortant les autorités françaises à "commencer par balayer devant sa porte".
International
Plusieurs médias étrangers révèlent qu'une commande anormalement élevée de pizzas a mis la police sur la piste du fugitif.
Société
Salah Abdeslam, homme le plus recherché d'Europe depuis les attentats du 13 novembre dernier à Paris, a été interpellé vendredi à Molenbeek, en Belgique.  
Vidéos A la une
Salah Abdeslam a été arrêté vendredi lors d'une opération de la police à Molenbeek. Des témoins ont filmé cette intervention. Une vidéo au cours de laquelle on entend très clairement des tirs et où l'on voit la panique chez les badauds.
Vidéos A la une
"Je ne doute pas que les autorités judicaires vont adresser très vite une demande d'extradition. Et je sais que autorités belges y répondront le plus favorablement possible et le plus rapidement possible", a déclaré François Hollande vendredi soir aux côtés du Premier ministre belge après l'arrestation à Molenbeek de Salah Abdeslam, suspect clé des attentats du 13 novembre.
Vidéos A la une
Daniel Cerdan a réagi à l'arrestation de Salah Abdeslam ce vendredi à Molenbeek, en Belgique. "Ce n'est pas la fin", selon cet ancien du GIGN. "Il faut continuer les efforts il faut continuer à les attraper vivants", a-t-il estimé, ajoutant que la route était encore très longue avant de pouvoir tourner la page de la menace terroriste.
Vidéos A la une
Salah Abdeslam, 26 ans, a été arrêté vendredi lors d'une opération policière à Molenbeek, mettant fin à quatre mois de cavale. Le 14 novembre avait commencé une longue traque qui mènera rapidement les enquêteurs jusqu'en Belgique.
Vidéos A la une
Georges Salines, président de l'association "13 novembre, fraternité et vérité", s'est dit vendredi sur BFMTV "heureux" de l'arrestation à Molenbeek de Salah Abdeslam, suspect clé des attentats du 13 novembre. "Ma crainte était qu'il s'échappe ou ne soit tué", a réagi ce père d'une victime du Bataclan. Pour lui, il était important qu'il soit capturé vivant: "comme ça il pourra être jugé".
Vidéos A la une
Salah Abdeslam, l'homme le plus recherché d'Europe, suspect des attentats du 13 novembre à Paris, a été arrêté ce vendredi 18 mars lors au terme d'une opération à Molenbeek, en Belgique, selon des sources policières. Des traces de son ADN avait été retrouvées dans un appartement perquisitionné...
International
Selon plusieurs médias et l'AFP, le terroriste présumé des attentats de Paris a été neutralisé par la police belge après s'être retranché dans un appartement.
Vidéos A la une
La ville de Molenbeek est très critiquée en matière de lutte anti-terroriste. Son ancien maire, Philippe Moureaux a déclaré ce vendredi sur BFMTV qu'il n'avait "aucune responsabilité par rapport au terrorisme". "J'ai été le premier à avoir interdit le port du voile intégral, j'ai été l'objet d'une attaque du groupe Charia For Belgium, j'ai été le premier à créer dans les services de police une cellule radicalisme", s'est-il justifié. "Mais c'est vrai qu'à la fin de mon mandat, j'ai commencé à sentir la montée d'un certain radicalisme", a-t-il constaté.
Vidéos A la une
L'ex-maire de Molenbeek en Belgique était l'invité d'Olivier Truchot vendredi soir sur BFMTV. Philippe Moureaux a expliqué que certains habitants de sa ville continuaient à partir faire le jihad selon les témoignages qu'il avait recueillis. "Il y a un peu plus de départs chez les filles que naguère, ce n'est plus uniquement des hommes. On part aussi de départs en Libye, faire Daesh, faire ce système criminel", a-t-il ajouté.
Vidéos A la une
L'ex-maire de Molenbeek Philippe Moureaux a estimé ce vendredi sur BFMTV qu'il "n'est pas invraisemblable" que Salah Abdeslam se soit caché une vingtaine de jours à Bruxelles. "Ses vieux copains ont créé une espèce de fratrie tout à fait négative", a-t-il expliqué. "Il se cache certainement quelque part, mais ça peut être dans les milieux terroristes comme ça peut être dans un milieu de vieux copains, qui se croient obligés de protéger le criminel", a analysé l'ancien maire de Molenbeek.
Vidéos A la une
Ahmed El Khanouss, le premier adjoint du bourgmestre de Molenbeek s'est exprimé sur BFMTV ce mardi. Il a réagi aux accusations portées par la mère d'une des victimes des attentats de Paris qui estime que la Belgique a une part de responsabilité et va porter plainte. Nadine Ribert-Reinhart a en particulier évoqué sur BFMTV la ville de Molenbeek d'où viennent un certain nombre de jihadistes. Ahmed El Khanouss a estimé que sa commune et sa population étaient montrées du doigt pour des "actes que nous avons évidemment dénoncés avec force". Selon lui, "l'autorité de la municipalité appliquait la loi à la lettre", radiant les personnes qui étaient fichées lorsqu'elles n'étaient plus domiciliées dans le quartier. "Nos compétences ne nous permettaient pas de faire plus que ça", a-t-il néanmoins reconnu.
International
Des journalistes de la chaîne publique en reportage dans le quartier sensible de Molenbeek ont été pris à partie par un homme énervé par leur présence.
Vidéos A la une
Cinq jours après les attentats de Paris, Chakib Akrouh, un Belgo-Marocain de 25 ans, s'était fait exploser lors de l'assaut mené par le Raid...

Pages

Publicité