Société
A Nice, la justice va se saisir d’une affaire dérangeante : un bébé a été appelé Mohammed Merah. Soit le même nom que celui qui avait commis des actes terroristes en 2012 à Toulouse.
Vidéos à la une
Eric Woerth était l'invité de Ruth Elkrief lundi soir sur BFMTV. Le secrétaire général du parti Les Républicains est revenu sur la polémique sur la manière de qualifier les attaques de Mohammed Merah. Le député de l'Oise avait indiqué lors d'un débat qu'il ne s'agissait pas d'un attentat mais du "crime d'un furieux". Albert Chennouf-Meyer, le père d'une des victimes du jihadiste a porté plainte pour reprocher à Nicolas Sarkozy et Eric Woerth de ne pas qualifier ces crimes d'attentats. Le père du militaire abattu a annoncé qu'il retirerait sa plainte si les intéressés s'excusaient. L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a précisé sa position: "Pour Merah, j'avais le sentiment que c'était un loup solitaire. Il y a un attentat terroriste, si j'ai blessé des personnes, je leur demande de m'excuser. Je n'avais pas en tête cette idée de réseau, il y avait un réseau dont acte".
Vidéos à la une
La gendarmerie a encerclé la petite commune d'Artigat, de 600 habitants, dans l'Ariège ce mardi pour réaliser une perquisition administrative chez Olivier Corel. Celui qui a été surnommé l'Emir blanc aurait favorisé la radicalisation de jeunes des cités toulousaines et leur départ pour le jihad. "Il leur dispensait des prêches très radicaux. Il les encourageait à partir faire le jihad, à aller dans des écoles coraniques. Parmi ces jeunes salafistes, il y avait les frères Clain et également les frères Merah", a expliqué Cécile Ollivier, journaliste police-justice de BFMTV, qui l'a rencontré un an après les attentats de Toulouse de 2012.
Vidéos à la une
Alain Finkielkraut a passé le Grand Oral Des GG ce mardi, soit trois jours après le rassemblement des musulmans de France qui fait suite à l'assassinat de l'otage Hervé Gourdel en Algérie. Cette manifestation visait à dénoncer cet acte ignoble mais elle a aussi permis aux fidèles d'exprimer leur désaccord avec l'islam radical. Pour l'écrivain, cette action était une bonne initiative. Cependant, il déplore qu'elle n'ait pas eu lieu plus tôt et qu'elle n'ait pas plus rassemblé : "La manifestation des musulmans n'a pas pris une très grande ampleur " regrette-t-il.
Vidéos à la une
Dominique Rizet, spécialiste police-justice de BFMTV, et Alain Marsaud, député UMP et ancien juge anti-terroriste, étaient sur le plateau de BFM Story.
Publicité