Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/t0EVN6jb . Une votation citoyenne pour réclamer le retrait de la loi travail a été mise en place par l'intersyndicale place de la République au Mans. Plus sur http://wizdeo.com/s/lemanstv . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos A la une
Présent à la manifestation anti-loi Travail ce mardi à Paris, Philippe Martinez sera à nouveau reçu ce mercredi par Myriam El Khomri et Manuel Valls à Matignon. Le secrétaire général de la CGT espère que ses propositions seront prises en compte. "C'est bien d'être reçu mais il nous faut des réponses", a déclaré Philippe Martinez. Ce dernier n'exclut pas d'autres manifestations après celle-ci, notamment le 5 juillet, les syndicats dénonçant toujours l'article 2 de la loi Travail.
Vidéos A la une
Plus de 2.500 policiers et gendarmes seront mobilisés pour sécuriser la manifestation contre la loi Travail prévue ce mardi à Paris. Le cortège défilera entre Bastille et place d'Italie, un parcours plus long que lors de la précédente manifestation. Des fouilles auront lieu au point de départ de la manifestation pour éviter les débordements, comme ceux survenus à l'hôpital Necker, le 14 juin dernier.
Vidéos A la une
Après trois mois de mobilisation contre la loi Travail, 40.000 personnes ont défilé ce jeudi à Marseille contre le projet de loi, selon les syndicats. Certains manifestants, qui reconnaissent que la mobilisation commence à peser financièrement, entendent tout de même continuer à se battre. "Il faut que le gouvernement comprenne que son projet de loi, plus personne n'en veut", a lâché le secrétaire général de la CGT Marseille Olivier Mateu, avant de poursuivre: "La loi est surtout bonne pour les grands groupes". L'envoyé spécial de BFMTV à Marseille Alexis Pluyette a également observé qu'un important dispositif policier avait été déployé pour assurer la sécurité de la manifestation.
Vidéos A la une
Ce jeudi, les Britanniques sont appelés à se prononcer sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne, au terme du fameux référendum sur le Brexit. Pour ce scrutin, les jeunes pourraient faire pencher la balance vers le "in". Selon les sondages, 70% des 18-24 ans veulent rester dans l'UE. Mais encore faut-il que ces derniers se déplacent aux urnes pour le dire.
Vidéos Argent/Bourse
Les rues de France font l'objet de tensions sociales et le Medef dénonce le "sentiment d'impunité" des syndicalistes. Sur le plan sportif, la scène semble ordinaire pour un pays organisateur de l'Euro 2016, toujours sous l'état d'urgence. Des casseurs s'en prennent aux magasins et visent les policiers. Deux de ses derniers ont été d'ailleurs assassinés, lundi, par un Français qui se revendique de Daesh. Les organisations syndicales, elles, continuent de s'agiter contre la loi Travail. Dans ce contexte, les entreprises sont désorientées. Faut-il un "service minimum économique" pour interdire la paralysie, comme le propose Pierre Gataz ? - Avec: Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay. Thibault Lanxade, vice-président du Medef en charge des TPE-PME. Emmanuel Lechypre, éditorialiste BFM Business. Et Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme d'Île-de-France. - Les Décodeurs de l'éco, du mardi 14 juin 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Avant de se rendre à Magnanville, où deux policiers ont été tués lundi soir par un forcené se revendiquant de Daesh, le ministre de l'Intérieur a rappelé "la mobilisation totale du gouvernement" face à la menace terroriste. "Plus de 100 individus ont été arrêtés depuis le début de l'année", a indiqué Bernard Cazeneuve.
Vidéos Argent/Bourse
Jean-Claude Ducatte, fondateur du cabinet de conseil EPSY, était l'invité de 18h l'Heure H, du vendredi 27 mai 2016. - 18h l'heure H, présenté par Guillaume Paul et Aurélie Blonde, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Emblématique des impasses du dialogue social, le procès de 16 personnes dont cinq adhérents de la CGT, jugés pour l'épisode de la "chemise arrachée" du DRH d'Air France, a été renvoyé à septembre peu après son ouverture vendredi. En contrebas du tribunal, une mobilisation festive se tenait avec des prises de parole de syndicalistes, dont Philippe Martinez (CGT), et de personnalités politiques tel Olivier Besancenot.
Vidéos A la une
La contestation contre la loi Travail ne faiblit pas. Des milliers de manifestants sont partis de la place de la Bastille à Paris, peu après 14 heures ce jeudi. Mené par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, le cortège va rejoindre la place de la Nation. Les syndicats FO et FSU participent également à cette manifestation.
Vidéos Argent/Bourse
La CFE-CGC et la CFTC ont signé avec la direction des Galeries Lafayette un accord sur le travail dominical. Celui-ci pourrait alors permettre l'ouverture de ses magasins sur les grands boulevards parisiens tous les dimanches de l'année. Le texte signé vendredi entrera en vigueur si les autres organisations, CGT, SCID et Force ouvrière (FO), représentant plus de 50% du personnel ne s'y opposent pas conjointement dans les huit jours après en avoir été formellement informées. - Avec: Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC. - 18h l'heure H, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Plus de 80% des Français soutiennent la police malgré les affrontements parfois violents en marge de la mobilisation contre la loi Travail. Selon Éric Brunet, il y a toutefois deux catégories de citoyens qui sont nuisibles pour les forces de l'ordre: l'ultra-gauche et le gouvernement, lui-même. De son côté, Laurent Neumann estime que la gauche s'occupe plus de la police que la droite. C'est le cas, par exemple, des dépenses publiques allouées par le PS aux policiers. - Bourdin Direct, du mercredi 18 mai 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
"Nous avons procédé ce [mardi] matin à 47 interpellations d'individus munis d'armes par destination, d'acide, de projectiles" en amont des manifestations contre la loi Travail, a précisé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale, en cette sixième journée de mobilisation. "Cette fermeté, c'est la politique du gouvernement", a-t-il martelé.
Vidéos A la une
En cette nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a regretté l'utilisation du 49.3 par le gouvernement. "Depuis le début du conflit, qui dure maintenant depuis plus de deux mois, on a un gouvernement qui refuse d'écouter les syndicats et les salariés", a-t-il dénoncé, interrogé dans le cortège parisien, ce mardi.
Vidéos A la une
Alors que ce dimanche 15 mai marque les cinq ans des Indignés, le mouvement Nuit Debout a fait part de sa volonté de s'internationaliser. Un moyen de se donner un second souffle, mais aussi d'apprendre de l'expérience des initiatives similaires engagées ailleurs.
Vidéos A la une
La pilule ne passe pas après le recours au 49.3 pour faire passer la loi travail à l'Assemblée et les principales organisations syndicales appellent à des actions imminentes. Les transporteurs veulent augmenter la pression pour faire céder le gouvernement via des actions coup de poing, dont les dates et les lieux ne seront communiqués qu'au dernier moment. Routiers, ambulanciers, transporteurs de fonds... tous comptent se mobiliser. Dans la cité phocéenne, presque tous les agents portuaires ont décidé de faire grève pendant trois jours dès mardi prochain. Le but: instaurer "un rapport de force nécessaire face à un gouvernement sourd", selon les mots de Pascal Galeote, secrétaire général de la CGT du grand port maritime de Marseille. Certains syndicats n'excluent pas d'autres actions dès ce week-end et deux journées nationales de mobilisation sont déjà prévues mardi et jeudi prochain.
Vidéos A la une
Alors que les forces de l'ordre ont délogé ce vendredi des opposants à la loi travail qui occupaient une salle rennaise depuis le 1er mai, les commerçants de la ville sont à bout de nerfs. S'ils comprennent les enjeux de la mobilisation ils sont excédés par les violences des casseurs. Chiffre d'affaires en berne, sentiment d'insécurité croissant, clients absents... "J'aimerais bien qu'on nous foute la paix, qu'on nous laisse travailler", s'exclame un restaurateur en colère dans son établissement désespérément vide. Une manifestation contre les brutalités policières est prévue ce samedi à Rennes et les autorités craignent déjà d'autres actions violentes.
Vidéos Argent/Bourse
Le gouvernent n'a donc pas été renversé ce jeudi et le projet de loi Travail est considéré comme adopté en première lecture à l'Assemblée nationale. La motion de censure de la droite, déposée cet après-midi, a été rejetée. Elle a recueilli 246 voix au lieu des 288 requises. Évidemment, il y avait assez peu de surprise. En revanche, la riposte au 49-3 s'organise-t-elle dans la rue et dans certaines entreprises ? - Avec: François Miquet-Marty, président de Viavoice. Stephanie Lecocq-Matteudi, directrice des études à l'Institut supérieur du travail. Et Franck Morel, avocat, cabinet Barthélemy, co-auteur d'un autre droit du travail possible. - Les Décodeurs de l'éco, du jeudi 12 mai 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos A la une
La journée de mobilisation contre la loi El Khomri a été émaillée de violences un peu partout en France, ce jeudi. A Paris, la manifestation a dégénéré, des casseurs cagoulés s'en sont pris au service d'ordre mis en place par les organisateurs, ainsi qu'à des journalistes. Dans d'autres villes, les dégâts sont plus conséquents, à Nantes, la gare a été saccagée et des heurts ont éclaté dans le cortège. Au Havre, c'est le siège du PS qui a été entièrement vandalisé. Pas moins de 80 interpellations ont eu lieu dans tout l'Hexagone.
Vidéos A la une
Malgré une mobilisation plus modeste que lors des précédentes journées, les manifestations contre la loi Travail se sont tenues dans toute la France, avec un nouveau motif de mécontentement. Dans la rue, les manifestants ont ainsi protesté contre le recours du gouvernement à l'article 49.3 pour faire adopter le projet de loi sans débats.
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/DHqiayDs . La CGT et les élus locaux se sont mobilisés pour défendre les bureaux de poste autour du Mans, en raison de la réduction des horaires d'ouverture des locaux prévue par le Groupe La Poste. Plus sur http://wizdeo.com/s/lemanstv . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos A la une
Sur la place de la République à Paris, au coeur du mouvement Nuit debout, le collectif des "Avocats Debout" se mobilise. Ces volontaires, parfois de jeunes étudiants, donnent des conseils juridiques en tout genre. Ils tentent par exemple de répondre aux questions sur la loi El Khomri mais la question qui revient souvent, c'est "que faire en cas d'interpellation en marge d'une manifestation ?"
Vidéos A la une
Les manifestants de "Nuit debout", présents depuis 11 jours place de la République à Paris, ont été à nouveau évacués ce lundi matin. Les tentes ont été démontés dans le calme par les forces de l'ordre et les services de la mairie. "On ne lâchera pas, on reviendra", prévient Quentin, membre de ce mouvement citoyen. "On est le 41 mars et il y aura un 42, je vous l'assure", a-t-il ajouté au micro de BFMTV.
Vidéos A la une
Plusieurs dizaines de milliers d'opposants à la loi travail ont de nouveau manifesté samedi mais les défilés, organisés pour la première fois un week-end, pendant les vacances scolaires et émaillés d'incidents violents, ont nettement moins mobilisé que ceux du 31 mars.
Vidéos A la une
Une nouvelle manifestation contre la loi travail a eu lieu le mardi 5 avril à Paris. Des heurts entre forces de l'ordre et manifestants ont eu...
Vidéos A la une
La sixième Nuit debout s'est tenue ce mardi place de la République à Paris, réunissant plus de manifestants que les soirs précédents. Une mobilisation qui fait des petits et gagne la province, notamment à Strasbourg, Rennes, Nantes, Toulouse et Lyon. Lycéens, étudiants, salariés et chômeurs ont bravé la pluie, plantant leurs tentes sur les parvis pour exprimer leurs ras-le-bol généralisé et défendre leurs revendications. Le mouvement a de fortes chances de s'étendre encore à d'autres villes puisque plusieurs appels ont été lancés sur les réseaux sociaux pour lancer le mouvement.
Vidéos A la une
Alors que la déchéance de nationalité a été abandonnée, de nouvelles mobilisations contre la loi Travail sont prévues la semaine prochaine. Ces événements ne sont pas liés mais ils s'enchaînent dans une même logique. Selon Thierry Arnaud, François Hollande a bien voulu reculer une fois mais pas deux. En effet, le chef d'État ne compte pas lâcher la loi El Khomri et ne veut pas entendre parler d'un retrait. Au fond, tout comme la réforme constitutionnelle qui a été vidée de ses mesures les plus audacieuses, la loi Travail n'est devenue qu'un enjeu symbolique. - Bourdin Direct, du vendredi 1er avril, sur RMC.
Vidéos A la une
Les étudiants de Tolbiac se sont longuement préparés à la grande journée de manifestations contre la loi Travail ce jeudi. De la caisse de grève, dans laquelle les volontaires donnent un peu d'argent pour financer la mobilisation, en passant par les ateliers pour créer des slogans, les étudiants s'affairent contre "cette loi dégueulasse". "L'idée ce n'est pas d'aller au casse-pipe devant des CRS, c'est d'avoir une réaction intelligente face à eux et éviter qu'il y ait un affrontement", explique une étudiante. Les contestataires de la fac vont battre le pavé avec un objectif: le retrait du texte.
Vidéos A la une
Hervé Gattegno est revenu sur la mobilisation contre la réforme du code du Travail d'hier. Elle a en effet marqué le début d'une contestation qui pourrait durer. L'avant-projet de loi El Khomri, largement rejeté par la gauche et les syndicats, est défendu par la droite et le patronat. Le choc n'est pas celui des réformistes avec les conservateurs, mais plutôt celui de François Hollande avec son propre électorat. Il fait actuellement face au même blocage qu'avec la déchéance de nationalité et la révision constitutionnelle. Bien que le président de la République semble tourner le dos à la valeur de la gauche, en réalité, c'est celle-ci qui lui tourne le dos. - Bourdin Direct, du jeudi 10 mars 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
La France est réputée pour ses nombreuses grèves et manifestations. Mais qu'en est-il du reste du monde ?

Pages

Publicité