Politique
Selon Médiapart, les juges soupçonnent Alexandre Balkany d'avoir signé "deux contrats de bail fictifs" afin de dissimuler le statut de propriétaires de ses parents concernant leur riad de Marrakech.
Société
Trahi par son ADN dix ans après les faits, l'homme a avoué son forfait. Mais le juge n'a pas estimé qu'il fallait le mettre en détention provisoire. 
Politique
Alors que Nicolas Sarkozy vient d'être mis en examen pour le dépassement du plafond de ses comptes de campagne en 2012, retour sur toutes ces affaires dans lesquelles le nom du président des Républicains est cité.
Vidéos A la une
Après avoir été entendu pendant plusieurs heures par le juge, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour financement illégal de sa campagne en 2012. L'incertitude pèse alors sur sa candidature à la primaire de la droite. C'est une tache de plus sur sa réputation, estime Hervé Gattegno. De plus, le risque que cette affaire le mette un jour complètement hors-jeu devient un handicap considérable devant les électeurs de cette primaire. - Bourdin Direct, du mercredi 17 février 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour avoir financé illégalement sa campagne présidentielle de 2012. Jusqu'à présent, les ennuis judiciaires n'ont jamais empêché l'ancien président de la République d'avancer dans sa carrière politique. Mais cette fois, ce tournant risquerait bien de fragiliser sa participation à la primaire de la droite. - Bourdin Direct, du mercredi 17 février 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Violette Lazard, journaliste à l'Obs, a expliqué mardi soir sur BFMTV les raisons de la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012. L'auteur de "Big Magouiles" chez Stock a rappelé que lorsqu'un candidat arrive au deuxième tour de l'élection présidentielle, il a un plafond qu'il n'a pas le droit de dépasser. "Ce plafond est situé à 22,5 millions d'euros. Ce plafond existe pour qu'il y ait une égalité de chance entre les candidats", a-t-elle détaillé. "Les soupçons portent sur un dépassement de ce plafond qui porterait sur 18,5 millions d'euros de fausses factures. A l'automne dernier, les juges ont découvert dans les comptes de l'UMP qu'il y avait 10 millions de factures électorales qu'on soupçonne d'avoir été dissimulées. Il y a donc 22 millions plus 18 millions plus 10 millions. Cela veut dire que la campagne de Nicolas Sarkozy aurait explosé le plafond du double en fait. Nicolas Sarkozy est mis en examen sur ces faits, il a signé ces comptes. En les signant, il les garantie", a-t-elle ajouté.
Politique
Selon le Canard enchaîné, la justice aurait déniché "une nouvelle cagnotte" des époux Balkany dans cet ancien paradis fiscal. Le maire de Levallois a été mis en examen pour déclarations mensongères sur son patrimoine.
Politique
L’affaire vient de connaître un nouveau rebondissement avec la (nouvelle) mise en examen de l’ancien patron de la société de communication.
Société
Catherine Graciet et Eric Laurent, soupçonnés d'avoir voulu faire chanter le roi du Maroc en lui soutirant 3 millions d'euros en échange de la non publication d'un livre réputé à charge contre lui, ont été mis en examen pour "chantage" et "extorsion de fonds".
International
Le terroriste présumé a été mis en examen dans la nuit de mardi à mercredi pour "attaque ciblée et préméditée".
Vidéos A la une
L'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, a été mis en examen mercredi dans l'affaire des sondages de l'Elysée, suspectés de ne pas avoir répondu au code des marchés publics. La Cour des comptes avait alerté de la situation dans un rapport de juillet 2009, mais elle aurait perduré durant tout le quinquennat. L'ancien président de la République est couvert par son immunité, mais selon Anticor, association anti-corruption, elle ne tiendrait pas si les sondages avaient des visées partisanes ou privée.
Politique
L’homme qui a avoué la décapitation de son patron sera jugé pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste alors que celui-ci nie toute action djihadiste.
Société
Mercredi, un professeur d’anglais du collège Jean-Lurçat à Villejuif a été écroué après avoir envoyé des photos équivoques à un enfant australien.
Politique
Le procès de François Pérol s'ouvre ce lundi pour prise illégale d'intérêt. D'autres membres de l'entourage de Nicolas Sarkozy ont également connu des déboires avec la justice.
Politique
Nicolas Sarkozy a accordé hier une interview à Europe 1 et TF1 dans laquelle il était question pour lui de se défendre. L'une de ses stratégies, l'anaphore. En répétant l'interrogation "est-il normal ?" il a pu prendre à partie les télespectateurs et revenir sur les conditions de sa mise en examen. Mais s'est il exprimé sur le fond ?
Vidéos A la une
Selon Eric Brunet, éditorialiste pour RMC/BFMTV marqué à droite, la parole de Nicolas Sarkozy a été ce soir "d'utilité publique" en ce qu'elle a permis de mettre "en évidence des réseaux de connivence informels" entre certains magistrats et politiques. "Les investigations c'est toujours du même côté qu'on les mène", a-t-il déploré, dénonçant des "écoutes filantes utilisées dans les dictatures".
Vidéos A la une
Interrogé par BFMTV sur l'accueil très chaleureux qu'il a reçu à la sortie du restaurant où il a dîné mercredi soir après son intervention télévisée, Nicolas Sarkozy a répondu: "Ça a fait plaisir parce que les gens comprennent la vérité. Regardez où en sont ceux qui ont menti."
Vidéos A la une
Bruno Le Roux, président des députés socialistes a expliqué à BFMTV que "la justice doit fonctionner de la même façon pour tout le monde". "Monsieur Sarkozy manque à tous les principes de responsabilité quand il cherche à dresser l'opinion contre ses juges. Non Monsieur Sarkozy n'est pas la victime d'un complot politique ou d'un acharnement judiciaire, il est un justiciable mis en examen qui doit répondre d'accusations extrêmement graves de corruption et de trafic d'influence", a-t-il ajouté dans un communiqué.
Vidéos A la une
Nicolas Sarkozy s\'est exprimé mercredi soir dans une interview sur TF1 et Europe 1 sur sa mise en examen dans une affaire de trafic d\'influence à l\'issue d\'une garde à vue sans précédent pour un président de la Ve République. L\'ancien chef de l\'Etat doute de l\'impartialité des juges.
Vidéos A la une
Thierry Herzog, avocat de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a été mis en examen mardi, tard dans la soirée. Maître Herzog "est mis en examen pour les faits que vous connaissez et que nous contestons. Aucun élément matériel ne vient en appui de ces accusations", a déclaré à la presse maître Iweins sans expliciter les chefs de poursuites retenus. "Thierry Herzog est libre. Il reste l'avocat de Nicolas Sarkozy" avec qui il peut être en contact, a ajouté l'avocat.
Vidéos A la une
Jean-Pierre Rosenczveig, président du tribunal pour enfants de Bobigny, répond aux questions de Thomas Misrachi sur la mise en examen d'un garçon de 12 ans qui a reconnu avoir causé l'incendie d'un immeuble d'Aubervilliers dans lequel deux femmes, dont une enceinte, ont trouvé la mort. L'enfant a avoué "avoir mis le feu à une poussette avec des allumettes" dans la soirée du samedi 7 juin. Il est poursuivi pour "destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort" et fait l'objet d'une mesure de placement dans un foyer.
Société
Patrick Vialaneix s’est dénoncé le 19 mars dernier à la gendarmerie de Marmande pour le vol d’un tableau de Rembrandt remontant à 1999. Non inquiété par la justice jusqu’à présent, le quadragénaire a été placé en examen ce lundi pour "association de malfaiteurs" en vue d’un recel.
Vidéos A la une
Coup de projecteur Jean Michel Baylet qui a été mis en examen pour n’avoir pas respecté la procédure des marchés publics.
Politique
Déjà mis en examen en avril dernier pour blanchiment de fraude fiscale, Jérôme Cahuzac a été poursuivi ce mercredi pour "déclaration mensongère de son patrimoine". L’ex-ministre du Budget encourt une peine d’inéligibilité et 30 000 euros d’amende.
Société
C’est un secret de famille vieux de vingt ans qui a éclaté au grand jour à Dieppe ce mardi. Les restes d’un enfant enterrés ont été retrouvés par les gendarmes à l'issue d’une garde à vue pour délits routiers et violence conjugale.
Publicité