Vidéos A la une
Une poignée de main très symbolique, et un discours qui ne l'est pas moins entre le président de la République de Chypre Nicos Anastasiades et le président de la partie turque de l'île, Mustafa Akinci... Les deux hommes sont apparus côte à côte sur les chaînes de télévision publiques, et on présenté leurs voeux, chacun dans la langue de l'autre. 'Je souhaite que cette nouvelle année apporte la paix permanente, le calme et la prospérité pour tous les Chypriotes, joyeux Noël et meilleurs voeux !', a déclaré en grec Mustafa Akinci. 'Je souhaite que la nouvelle année permette aux Chypriotes grecs et aux Chypriotes turcs de vivre dans leur pays natal réunifié à nouveau en paix, meilleurs voeux !', a quant à lui déclaré, en turc, le président de la République de Chypre Nicos Anastasiades. L'île de Chypre est coupée en deux depuis l'invasion en 1974 de sa partie nord par la Turquie. Le chef de la communauté chypriote turque Mustafa Akinci, qui a remporté la présidence à la surprise générale en avril dernier, a affiché sa détermination à agir pour la réunification. Les négociations de paix ont repris en mai sous l'égide de l'ONU. Les deux dirigeants chypriotes ont à nouveau rendez-vous, à trois reprises, en janvier, avec l'objectif de parvenir à un accord. Avec agences
Vidéos A la une
Vladimir Poutine s'est prêté à une nouvelle expérience lors de ce nouveau séjour en Crimée. Aller rendre visite aux poissons, une façon de promouvoir le tourisme dans la région, puisque c'était le but officiel de son voyage. La touristique Crimée souffre en effet du conflit tout proche avec l'Ukraine, et depuis l'annexion en mars 2014 bien peu de gens choisissent d'y passer des vacances. A l'occasion de son séjour le président russe a aussi rencontré les minorités qui vivent dans l'ancienne péninsule ukrainienne, notamment les Tatars. Vladimir Poutine les a avertis, pas question d'indépendance ou autre : 'Je considère comme extrêmement dangereuses toutes les spéculations sur des droits spéciaux attribués à un groupe ethnique en particulier.' Les Tatars, plus de 10% de la population, payent chèrement leur soutien à Kiev au moment de l'annexion : les forces russes les ont expulsé des locaux de leur assemblée, ont fermé leur télévision. Plusieurs activistes tatars auraient été tués, battus ou sont portés disparus.
Vidéos A la une
En Crimée où des Tatars se sont heurtés aux forces de l'ordre samedi, la situation reste tendue : la justice menace de bannir Moustafa Djemilev, leader historique de cette communauté musulmane,...
Vidéos A la une
L’ONU n’a pas fait la lumière sur l’enlèvement et le meurtre de centaines de Serbes du Kosovo après la guerre. C’est la conclusion d’un rapport très critique publié ce mardi par...
Vidéos A la une
La population de Pougatchev, dans la région centrale de Saratov, multiplie les attaques contre les Tchétchènes. En cause, le meurtre samedi d’un parachutiste russe. Il aurait été poignardé à la sortie d’un bar par un adolescent tchétchène. Depuis, manifestations et slogans xénophobes se...
Vidéos A la une
Ils étaient plusieurs milliers dimanche soir devant le Parlement de Bosnie à Sarajevo à déposer des bougies et des jouets. Un rassemblement silencieux pour manifester leur indignation et leur impatience après la mort d’un deuxième nourrisson sans papiers. Berina est décédée jeudi faute d‘être...
Publicité