Vidéos à la une
Mickaël Dos Santos a été annoncé dans un premier temps comme le deuxième bourreau français de Daesh. Il aurait finalement été confondu avec un jihadiste syrien. Sa mère a démenti l'avoir identifié en exclusivité sur BFMTV. Comment en est-on arrivé là ? Qui est-il vraiment ? C'est un récit d'Alexis Cuviller, Sarah-Lou Cohen, Nastasia Tepeneag et Manuel Pidoux de la Maduère.
Vidéos à la une
Les autorités françaises ont évoqué des indices précis et concordants permettant d'identifier Mickaël Dos Santos. La mère du jeune homme, elle ne reconnaît pas son fils. Ana Maria Dos Santos, dont le fils jihadiste français soupçonné d'avoir participé à l'exécution de masse publiée par Daesh le week-end dernier, s'est confiée en exclusivité à BFMTV ce jeudi.
Vidéos à la une
En exclusivité pour BFMTV, Ana Dos Santos, la mère de Mickaël Dos Santos, a affirmé ne pas reconnaître son fils dans la vidéo de décapitation de masse publiée par l'Etat islamique le week-end dernier. "Là, ce n'est pas mon fils", dit-elle en regardant la photo extraite de la séquence tournée pas Daesh, à laquelle le jeune homme, parti faire le jihad, est soupçonné d'avoir participé. "Je ne le reconnais pas", insiste-t-elle. L'interview complète sera diffusée ce vendredi matin sur BFMTV.
Vidéos à la une
Joint par BFMTV, David Thomson, auteur de "Les Français djihadistes", est revenu sur l'identification d'un second Français comme l'un des bourreaux de Daesh. "Toutes les sources de l'Etat islamique que j'ai pu contacter, à savoir cinq personnes qui sont là-bas, au combat actuellement, assurent toutes qu'il ne s'agit pas de la personne dont on parle mais qu'il s'agit d'un combattant syrien", a-t-il expliqué. "Mickaël Dos Santos est réapparu sur le réseau social Twitter avec un nouveau compte que j'ai pu authentifier et lui-même assure qu'il n'est pas présent dans cette vidéo de décapitation massive. C'est seulement leur parole contre celle des autorités françaises", a-t-il également précisé.
Publicité