Vidéos à la une
Deux policiers ont été blessés par balle dans la nuit de mercredi à jeudi devant le commissariat de Ferguson, lors d'une manifestation...
Vidéos à la une
NEW YORK - 5 déc 2014 - L'Amérique gronde et elle n'est pas prête de s'arrêter. Alors que des milliers d'américains ont protesté jeudi soir contre l'acquittement des policiers ayant tué Michael Brown et Eric Garner, un nouveau drame est venu s'ajouter à une loi des séries funeste. Il s'appelle Rumain Brisbon et il a été abattu par un policier blanc mardi à Phoenix, dans l'Arizona L'homme, âgé de 34 ans et soupçonné de vendre de la drogue, n'était pas armé au moment des faits. La police invoque un refus d'obtempérer, la famille de la victime parle de bavure. Quoi qu'il en soit cette nouvelle issue tragique impliquant un homme noir et un policier blanc va diviser encore davantage un pays où la confiance envers les forces de l'ordre est très érodée.
Vidéos à la une
Le porte-parole du gouvernement Stephane Le Foll a recadré Christiane Taubira à cause de ses tweets polémiques sur les jeunes Noirs abattus aux Etats-Unis. Pour Philippe Vénère, la garde des sceaux s'est mêlée de choses qui ne la concernent pas. Peu importe sa position sur cette affaire, selon le commissaire, l'avis de la ministre de la Justice n'aurait jamais dû être exprimé publiquement. Il lui recommande désormais de se concentrer sur la justice de son pays qui n'est pas toujours irréprochable : " Je préférerais que Taubira se penche sur les erreurs judiciaires qu'il y a en France et je peux dire qu'il y en a beaucoup !"admet-il.
Vidéos à la une
FERGUSON - 25 nov 2014 - Darren Wilson, le policier responsable de la mort de Michael Brown, le 9 août 2014, a donné sa version dans une interview mardi avec la chaîne ABC, après avoir appris lundi qu'il ne serait pas poursuivi. Il maintient qu'il a bien fait son travail et n'éprouve aucun remord. Il dit qu'il aurait agi de même si Michael Brown avait été blanc. ABC: "Y at-il quelque chose que vous auriez pu faire différemment, pour empêcher cette mort d'avoir lieu?" Darren Wilson: "Non" Q: "Rien?" DW: "Non" Q: "Et si Michael Brown était blanc, vous auriez agi exactement de la même façon? DW: Oui. Q: "Aucune question?" DW: "Pas de question." Q: "Est-ce que vous pensez que cette histoire va vous hanter pour toujours?" DW: "Je ne pense pas que cela va me hanter, mais il y aura toujours quelque chose qui s'est passé." Q: "Vous avez la conscience tranquille? DW: "La raison pour laquelle j'ai ma conscience tranquille, c'est que je sais que j'ai fait mon travail correctement."
Vidéos à la une
Après l'annonce du verdict de l'affaire Michael Brown, la ville de Ferguson aux États-Unis a connu une vague de violence dans la nuit de lundi à mardi. Plusieurs commerces ont été incendiés et au petit matin les décombres fumaient encore. Retour sur les raisons de la colère des habitants de cette petite ville de la banlieue de Saint Louis.
Vidéos à la une
Jean-Bernard Cadier, correspondant permanent aux USA, et Thomas Snegaroff, historien et spécialiste des États-Unis étaient les invités de BFM Story. Le verdict sur la mort du jeune Michael Brown a été rendu lundi soir, suscitant des réactions violentes de la part des habitants de Ferguson malgré l'appel au calme de la famille. Warren Wilson, le policier blanc qui l'a abattu ne sera finalement pas inculpé par le grand jury populaire. L'avocat de la famille du défunt dénonce "une décision injuste". Dans le pays, on entend parler de justice raciale dans une affaire qui illustre parfaitement le manque de confiance entre la communauté noire et la police, a déclaré Thomas Snegaroff.
Vidéos à la une
Il y a des morts qui marquent... Celle de Michael Brown, jeune noir de 18 ans, abattu, en pleine rue, par un policier blanc en fait partie. Alors que ses obsèques doivent avoir lieu lundi, Ferguson, la ville du drame, est toujours "groggy".
Vidéos à la une
FERGUSON (Missouri, États-Unis) - 20 août 2014 - Alors que la ville de Ferguson connaît depuis deux nuits des signes d'accalmie après dix jours d'émeutes, un sergent de police vient d'être suspendu de ses fonctions après la diffusion d'une vidéo amateur. On le voit menacer un manifestant et le mettre en joue avec un fusil d'assaut. Sa hiérarchie a considéré que l'officier avait eu une "attitude inappropriée" et l'a suspendu jusqu'à nouvel ordre. Mercredi soir, la presse américaine a diffusé l'identité du sergent de la police de St. Ann : il s'agit du lieutenant Ray Albers, 46 ans, un policier expérimenté. La ville de St-Louis et sa banlieue, Ferguson, ont été le théâtre de plusieurs jours de violences entre manifestants et forces de l'ordre. Ces émeutes ont été déclenchées par le mort d'un jeune Afro-américain de 18 ans, Michael Brown, tué par un policier blanc, dans des circonstances encore floues.
Vidéos à la une
Jean-Bernard Cadier, correspondant BFMTV à New York, était en duplex pour BFM Story. La tension est toujours vive à Ferguson, dans l'État du Missouri, une semaine après la mort du jeune noir Michael Brown abattu le 9 août par un policier. Dimanche soir, la ville a été sécouée par de nouvelles émeutes. Environ 200 manifestants se sont rassemblés pour dénoncer un crime raciste. Il s'agit de la cinquième nuit de tensions consécutive. Les policiers ont dû faire usage de gaz lacrymogène et de fumigènes pour les disperser. Et la garde nationale a été appelée en renfort après cette nouvelle nuit d'émeutes.
Vidéos à la une
SAINT-LOUIS (Missouri) - 19 août 2014 - Un Afro-américain armé d'un couteau a été abattu mardi par la police de St Louis (États-Unis, centre). Le chef de la police a expliqué sur son compte Twitter que des policiers étaient intervenus après avoir reçu un appel au sujet d'un homme apparemment agité, muni d'un couteau et criant "Tuez-moi maintenant" en s'approchant de la patrouille. Ce nouveau drame a fait craindre aux autorités un regain de tension dans cette ville dont l'une des banlieues, Ferguson, est en proie à de violentes émeutes depuis la mort d'un jeune Noir tué, le 9 août, par un policier blanc. Quelques personnes se sont rassemblées autour de la scène de crime, devant une épicerie de Saint-Louis, en reprenant l'un des slogans des manifestants de Ferguson, "Les mains en l'air, ne tirez pas!". Depuis la mort de Michael Brown, la ville de Ferguson est devenue le symbole des tensions raciales qui persistent dans la société américaine. Les manifestations se sont poursuivies dans la nuit de mardi à mercredi mais dans le calme, pour la première fois, après une dizaine de jours d'émeutes.
Vidéos à la une
Frédéric Autran, envoyé spécial de BFM TV à Ferguson (Missouri) et François Durpaire, historien et spécialiste des États-Unis, étaient les invités de BFM Story. La mort de Michael Brown, un jeune noir abattu par un policier blanc le 9 août alors qu'il n'était pas armé, a provoqué 10 jours d'émeutes dans cette petite localité du Missouri. La garde nationale a été appelée en renfort depuis lundi 18 août pour apaiser l'atmosphère. Mais tous les soirs, des échauffourées opposent des manifestants et des policiers à cran. La mort de cet adolescent rappelle celles de Trayon Martin et Renisha McBride ces dernières années et ravive la question des inégalités raciales en Amérique.
Vidéos à la une
FERGUSON (États-Unis) - 18 août 2014 - Les policiers ont une nouvelle fois dû faire usage de gaz lacrymogène pour disperser les quelques 200 manifestants réunis lundi soir à Ferguson (Missouri). La ville est toujours en proie à de violentes émeutes depuis qu'un policier blanc a abattu un jeune Noir de 19 ans, le 9 août. Lundi soir, la Garde nationale a été déployée. "Nous avons des soldats bien entraînés et de qualité. Ils sont assignés à la protection du quartier général (de la police)" a déclaré Gregory Mason, de la Garde nationale du Missouri. Du côté de l'enquête, pas moins de trois autopsies ont été demandées -- par les autorités locales, la famille et le ministre de la Justice -- pour tenter de faire la lumière sur les circonstances de la mort du jeune homme. Au moins "six balles ont atteint (Michael Brown), et deux ont peut-être repénétré" dans le corps, a déclaré Michael Baden, légiste de renom mandaté par la famille de la victime. Au total, 31 personnes ont été arrêtées lundi soir, dans cette nouvelle nuit d'émeute à Ferguson. Selon la police, certains manifestants étaient venus de New York et de Californie pour participer aux protestations.
International
Michael Brown a été tué le 9 août dernier par un policier à Fergusson (Missouri) dans des circonstances controversées. Depuis, la petite ville connaît d’importantes violences entre manifestants et forces de l’ordre.
Vidéos à la une
François Durpaire revient sur BFMTV sur le contexte dans lequel ont lieu les émeutes à Ferguson, aux Etats-Unis, depuis la mort du jeune noir Michael Brown. Une affaire qui rappelle celles de Trayvon Martin et Renisha McBride ces dernières années. Pour l'historien spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise, il y a toujours des \"préjugés raciaux dans la société américaine\". Il rappelle notamment que seuls 3 policiers sur les 50 de Ferguson sont noirs.
Vidéos à la une
FERGUSON (Missouri)- 14 août 2014 - Des émeutes ont éclaté mercredi soir à Ferguson, dans l'Etat du Missouri, au centre des Etats-Unis. De nombreux manifestants s'étaient rassemblés pour dénoncer la mort d'un jeune Noir tué samedi par un policier. Les faits se sont déroulés samedi. Mais les récits sur les circonstances du décès diffèrent. Selon un témoin, Michael Brown, un jeune Noir, marchait dans la rue quand un agent de police s'en est pris à lui et a tiré sur l'adolescent, qui avait les mains en l'air. Selon la police, au contraire, Michael Brown a été tué après avoir agressé un policier et tenté de lui dérober son arme. Depuis le drame, la communauté noire se mobilise et les manifestations se succèdent. Ce mercredi soir, la tension est monté d'un cran dans la banlieue de Saint-Louis. La police a tiré des gaz lacrymogènes et des fumigènes. Selon la chaîne américaine CNN, une station essence a été incendiée. Le président américain Barack Obama avait appelé mardi à l'apaisement et au dialogue, en rappelant que le FBI avait lancé une enquête fédérale en parallèle à celle menée par la police du comté.
Publicité