Vidéos A la une
A l'Elysée lors de sa conférence de presse, François Hollande est revenu sur la montée du chômage en France. "Il n'y a pas de montée inexorable du chômage. Il y a eu une montée du chômage depuis 2 ans et demie. J'en ai pris toute la responsabilité mais j'ai à chaque fois dit que je prendrai toutes les mesures économiques, industrielles, sociales pour qu'il n'y ait pas de fatalité. Il y a un environnement qui est meilleur incontestablement. Est-ce qu'il suffit non? Nous allons continuer les réformes", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Lors de sa conférence de presse jeudi à l'Elysée, François Hollande a précisé sa position sur les propos de Manuel Valls qui avaient entrainés une polémique lorsqu'il avait évoqué un "apartheid territorial, social, ethnique". "Je dis que tout citoyen de la République a les mêmes droits et les mêmes devoirs. Je dis aussi que la République reconnait tous ses enfants où qu'ils soient nés, où qu'ils vivent, quel que soit leur parcours, leur couleur, leur religion, leur conviction. La France a un devoir qui est lié à la promesse même de la République. Le devoir de faire que chacun de ses enfants, de ses citoyens puissent réussir sa vie et ne pas avoir le sentiment qu'il est ségrégé, séparé, discriminé, écarté, mis de côté, parce qu'il vivrait dans le même ensemble, le même quartier, et que son seul espoir soit de le quitter", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
François Hollande a tenu, ce jeudi midi, une conférence de presse depuis l'Elysée. Fidèle à son habitude, il a repris la figure de style de l'anaphore pour insister sur l'importance qu'il donne à laïcité en particulier à l'école. "Notre responsabilité c'est aussi de faire vivre la cohésion nationale. Tout commence par la laïcité. La laïcité n'est pas une formule utilisée dans des circonstances. La laïcité n'est pas un principe qui devrait subir des accommodements. La laïcité n'est pas négociable", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
"Il y a un petit côté occasion ratée", a analysé Thierry Demaizière qui a interrogé François Hollande sur sa vie privée, jeudi soir sur TF1. Pour le journaliste, "il (François Hollande) aurait pu parler lui". "Je n'étais pas dans l'intention d'aller dans l'intime, mais à endroit très précis, au millimètre près, entre sa fonction présidentielle et l'image de sa vie privée qui a quand même perturbé le début du quinquennat." Pourquoi, alors le chef de l'Etat ne s'est pas livré sur ce terrain spécialement balisé par le journaliste? "Vu la souffrance en France, je pense qu'il a dû avoir peur de parler trop de lui", analyse l'interviewer.
Vidéos A la une
Eric Brunet, animateur radio sur RMC (Carrément Brunet), chroniqueur et essayiste français, et Laurent Neumann, précédemment Directeur de la Rédaction de Marianne ont critiqué la politique menée par François Hollande durant la première moitié de son mandat. Le président de la République passera ce soir son grand oral pour dresser son bilan de mi-mandat et tracer les grandes lignes de la seconde moitié du quiquennat.
Vidéos A la une
Le 5 novembre, Laurent Neumann a commenté le bilan à mi-mandat de François Hollande. Sujet sur lequel a réagi Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture, dans News & Compagnie, présenté par Nathalie Lévy, sur BFMTV.
Politique
Ce jeudi 6 novembre, François Hollande s'exprimera devant les Français pour faire un bilan à mi-mandat. Planet.fr a demandé à ses lecteurs ce qu'ils pensaient de l'action du chef de l'Etat.
Vidéos A la une
Thomas Snégaroff, historien, spécialiste des Etats-Unis, était sur le plateau de BFM Story. Barack Obama se trouve dans une situation difficile six ans après son arrivée au pouvoir. En effet, les électeurs américains sont appelés aux urnes pour les élections de mi-mandat. Actuellement favorable au parti républicain, ce scrutin peut bouleverser les dernières années de son mandat si les républicains parviennent à obtenir la majorité au Sénat.
Vidéos A la une
Jean-Michel Ribes, auteur, directeur du Théâtre du Rond-Point, était sur le plateau de BFM Story. François Hollande, est de plus en plus impopulaire, alors qu'il est sur le point d'amorcer la seconde moitié de son mandat. Chômage, impopularité, critiques d'anciens ministres, le président fait l'objet de controverses récurrentes tant au sein de la droite qu'à gauche. Il lui reste deux ans et demi pour inverser la tendance et convaincre.
Vidéos A la une
Les Américains pourraient installer une majorité républicaine au Congrès des Etats-Unis, ce mardi lors des élections de mi-mandat. Les sondages restent serrés, avec des écarts parfois inférieurs à la marge d'erreur, mais ils placent les républicains en tête dans suffisamment d'Etats pour leur permettre de conquérir les six sièges qui leur manquent. Parmi les Etats clé, l'Iowa pourrait faire tout basculer.
Vidéos A la une
Il y a deux ans et demi, Tulle, en Corrèze, élisait François Hollande, son ancien maire, à 75%. Depuis, si la désaffection des Français envers le président est profonde, elle n'épargne pas non plus son propre fief. Dans la ville, la plupart se plaignent de promesses non tenues et considère qu'Hollande "était mieux en tant que maire que président".
Politique
Pourquoi le chef de l’Etat est mis à mal dans les sondages selon vous ? Que lui reprochent les Français ? Planet.fr vous donne la parole à l’occasion de la mi-mandat de François Hollande. Nous attendons vos commentaires. 
Politique
Alors que le président de la République fêtera jeudi la moitié de son quinquennat, un sondage publié ce lundi  révèle que les Français sont implacables avec lui : 97% des sondés pensent qu’il a "plutôt échoué".
Publicité