Vidéos à la une
Après avoir vécu un sommet du G7 compliqué à Taormine, en Italie, Angela Merkel a tiré les conséquences du fossé qui sépare désormais les États-Unis de l'Europe. La chancelière allemande s'est exprimée devant des militants alliés de son parti, le CDU, à Munich ce dimanche: "L'époque où nous pouvions entièrement compter les uns sur les autres est quasiment révolue. C'est mon expérience de ces derniers jours. Nous, Européens, devons prendre notre destin en main", a-t-elle déclaré.
Vidéos à la une
Daniel Cohn-Bendit a eu un "rêve magique" en cette dernière nuit de l'année 2015 : que François Hollande et Angela Merkel prennent vraiment le temps de se comprendre, sur le thème des réfugiés, de la lutte contre Daesh, ou encore du nucléaire.
Vidéos à la une
COLOGNE - 17 OCTOBRE 2015 - Une candidate à la mairie de Cologne a été poignardée alors qu'elle faisait campagne sur un marché. Gravement blessée à la gorge, ses jours ne sont toutefois pas en danger. Selon la police, Henriette Reker a été attaquée pour des motivations racistes anti-migrants. Son agresseur, un homme de 44 ans, a été arrêté. Dans la foulée, l'homme a blessé avec son couteau quatre autres personnes. L'élection aura néanmoins bien lieu dimanche. Favorite des sondages, Henriette Reker, candidate indépendante, est notamment soutenue par la chancelière Angela Merkel.
Vidéos à la une
STRASBOURG - 07 OCTOBRE 2015 - Vif échange entre Marine Le Pen et François Hollande au Parlement européen à Strasbourg, sous les yeux d'Angela Merkel. "Merci Madame Merkel de nous faire le plaisir de venir avec votre vice-chancelier, administrateur de la province France", a déclaré ironiquement Marine Le Pen, s'adressant à François Hollande et Angela Merkel. François Hollande avait déclaré quelques minutes plus tôt: 'le nationalisme c'est la guerre', son avertissement vaut encore aujourd'hui. Je vais ajouter: le souverainisme c'est le déclinisme".
Vidéos à la une
STRASBOURG - 07 OCTOBRE 2015 - François Hollande et Angela Merkel s'adressent ensemble au Parlement européen à Strasbourg. C'est seulement la deuxième fois que le couple franco-allemand, souvent considéré comme un moteur au sein de l'Union européenne, s'adresse ainsi aux eurodéputés. Ils succèdent à François Mitterrand et Helmut Kohl, venus quelques semaines seulement après la chute du mur de Berlin en 1989. François Hollande a été le premier à s'exprimer. Il a mis en garde contre une "fin de l'Europe" et un "retour aux frontières nationales" si l'UE ne faisait pas preuve d'unité face aux crises, sous les applaudissements nourris des eurodéputés à Strasbourg. "Le débat, il n'est pas entre moins d'Europe et plus d'Europe, il est entre l'affirmation de l'Europe ou la fin de l'Europe", a estimé le président français.
Politique
Quand il s'agit de statuer sur le sort du président syrien en lutte avec les rebelles et l'Etat islamique, les principaux dirigeants de la planète n'ont pas le même avis.
Vidéos à la une
Nicolas Sarkozy a livré, lundi soir, depuis le siège de l'UMP son point de vue à BFMTV sur les contrôles aux frontières opérés par l'Allemagne. "Madame Merkel fait ce que j'ai demandé à François Hollande de faire pour la France (...) Il nous reste à le faire", a jugé le président du parti "Les Républicains".
Vidéos à la une
6 SEPTEMBRE 2015 - Des milliers de migrants cheminent vers l'Allemagne depuis la Hongrie via l'Autriche. En Allemagne, des armées de volontaires sont mobilisées dans les gares de Francfort et de Munich pour accueillir les nouveaux venus avec des pancartes "Bienvenue en Allemagne" et leur offrir nourriture, habits et couvertures. Alors que l'Europe, divisée, connaît une de ses pires crises migratoires depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Berlin a assoupli ses règles d'accueil pour les ressortissants syriens.
Vidéos à la une
BERLIN - 24/08/2015 - François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont réclamé lundi à Berlin une réponse " unifiée " de l'Europe face à la crise des migrants, lors d'une déclaration commune à la chancellerie. Le président français en a appelé à la mise en place d'un " système unifié d'asile " pour que chaque membre de l'Union européenne prenne sa part dans cette " situation exceptionnelle qui allait durer ".
Vidéos à la une
Giorgios est un jeune Grec. Il sait que c'est en Grèce qu'il veut vivre et travailler mais la situation est difficile. Il mise gros sur le tourisme.
Vidéos Zapping Actu
Jean-Luc Mélenchon chante une chanson à la gloire d'Alexis Tsipras ; Nicolas Sarkozy remballe Jamel Debbouze ; La nouvelle victoire de Jean-Marie Le Pen face à sa fille Marine ; Quand le jingle de la SNCF inspire l'ex-Pink Floyd David Gilmour... Découvrez tous ces extraits dans notre zapping Actu du jour !
Vidéos à la une
Paris, France - 6 juil 2015 - François Hollande a assuré lundi, à l'issue d'une rencontre avec Angela Merkel, que "la porte est ouverte aux discussions" avec la Grèce, au lendemain de la victoire du "non" au référendum, ajoutant que le gouvernement Tsipras devait faire des propositions "sérieuses" et "crédibles"."Il y a urgence pour la Grèce, urgence pour l'Europe", a souligné le président de la République dans une courte déclaration à l'Élysée.
Vidéos à la une
Lundi matin, la Grèce a fait un geste vers ses créanciers et ses partenaires européens en annonçant la démission de son très controversé ministre de l'Économie Yanis Varoufakis. François Hollande et Angela Merkel, la chancelière allemande, doivent se rencontrer à l'Elysée en fin de journée pour harmoniser leurs positions avant le sommet européen qui aura lieu mardi. Un reportage de Kathia Gilder
Vidéos à la une
Invité de BFMTV ce mercredi, le sénateur Les Républicains Gérard Longuet a réagi à l'espionnage de présidents français par la NSA entre 2006 et 2012. Selon l'ancien ministre de la Défense, la France doit tenter de "mobiliser l'opinion américaine" pour s'assurer que cet espionnage entre pays alliés ne sera pas réitéré outre-Atlantique. "A la veille d'une présidentielle, c'est un bon moment pour obtenir des prises de position des candidats", estime Gérard Longuet.
Vidéos à la une
'La France ne tolèrera aucun agissement mettant en cause sa sécurité.' Une déclaration qui intervient à la suite des révélations des...
Vidéos à la une
C'est le 9 mai que la Russie célèbre la victoire sur les nazis. Parade militaire monstre sur la place Rouge, démonstration de patriotisme dans les rues de Moscou, le pays célèbre en grande pompe la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais cette année, ce 70e anniversaire ne s'annonce pas sous les auspices les plus favorables pour Vladimir Poutine. Seuls vingt chefs d'État sur les 68 invités à la tribune officielle assisteront au défilé. Boudé par les Occidentaux qui lui reprochent d'entretenir la guerre dans l'est de l'Ukraine en soutenant les séparatistes pro-russes, Poutine ne pourra pas compter sur la présence de François Hollande, d'Angela Merkel ou encore de Barack Obama. Après la parade militaire, plus de 160 000 personnes sont attendues dans le centre de Moscou pour un gigantesque cortège.
Vidéos à la une
La chancelière allemande, Angela Merkel et le président français, François Hollande, ont servi d'intermédiaires mercredi auprès de leurs homologues russes et ukrainiens dans le cadre de l'accord de paix conclu à Minsk. "Il y a encore beaucoup de travail devant nous mais ce que nous avons représente une véritable chance d'améliorer maintenant la situation. La France et l'Allemagne ont montré que dans le contexte européen elles peuvent oeuvrer ensemble et aller de l'avant", a déclaré la chancelière jeudi.
Vidéos à la une
Après plus d'une quinzaine d'heures de discussion, un accord a été trouvé jeudi entre les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand...
Vidéos à la une
L'alliance franco-allemande prévoit un plan de sortie de crise pour l'Ukraine. Sans l'accord de Vladimir Poutine, ce dossier ne peut pas aboutir....
Vidéos à la une
Il y a quelques mois, la place Syntagma était un lieu d'affrontements entre les Grecs et les autorités. Aujourd'hui, plus de 5.000 personnes ont...
Vidéos à la une
François Hollande a annoncé jeudilors de sa conférence de presse son déplacement à Kiev en Ukrainedans l'après-midi. Lors des questions des journalistes, il détaille son objectif : "Nous allons chercher un texte qui puisse être accepté par toutes les parties prenantes". Et ensuite, le chef de l'État et Angela Merkel irons "voir Vladimir Poutine sur la base de ce document". "Si nous réussissons nous aurons évité une escalade dans le conflit" explicite le chef de l'Etat "Si nous échouons, je ne me place pas dans cette hypothèse, mais elle existe. Nous dirons que la France et l'Allemagne ont fait tout ce qu'elle pouvaient faire pour agir". Cependant, le chef de l'état a réaffirmé son opposition à l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN : Le couple franco-allemand "pèse dans le monde" "Je ne sais pas s'il y a un couple mais il y a un lien fort" a affirmé le chef de l'Etat en évoquant sa relation avec l'Allemagne et avec Angela Merkel. "Cela pèse partout dans le monde" a affirmé François Hollande. >>Suivez la conférence de presse du chef de l'Etat sur LCP et LCP.Fr
Vidéos à la une
Le parti d'extrême gauche Syriza est sur le point de remporter les élections grecques de dimanche 25 janvier. Derrière Alexis Tsipras, le...
Vidéos à la une
Depuis deux mois, nos voisins allemands mutliplient les manifestations. Les premières étaient à l'initiative du PEGIDA, un mouvement d'extrême...
Vidéos à la une
Angela Merkel, non-solidaire du PEGIDA, a insisté sur l'absolue nécessité de manifester et de s'exprimer dans l'espace public. Elle affirme que...
Vidéos à la une
Ce mardi soir, la chancelière allemande a participé à une marche pour la tolérance religieuse dans la capitale allemande. Organisée par des...
Vidéos à la une
Le mouvement nationaliste PEGIDA ne cesse de gagner en popularité. Tous les lundis, ils marchent dans les villes du pays contre le...
Vidéos à la une
Dimanche 11 janvier, le président français a rejoint la manifestation pour la Liberté aux côtés d'une cinquantaine de représentants venus...
Vidéos à la une
>>Marche républicaine : une foule monstre à Paris François Hollande a accueilli dimanche sur le perron de l'Élysée les nombreux chefs de gouvernements étrangers qui sont venus participer à la grande marche républicaine organisée à Paris. Étaient notamment présents : Mahmoud Abbas, président de l'autorité palestinienne, Benyamin Nétanyahou, premier ministre israélien, Angela Merkel, chancelière allemande, Matteo Renzi, premier ministre italien, David Cameron, premier ministre britannique, Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne, Martin Schulz, président du Parlement européen, Helle Thorning-Schmidt, premier ministre du Danemark.
Vidéos à la une
Un mois après le début de leur rassemblement, les militants du groupe anti-islam, Pegida, sont parvenus à rassembler 18 000 personnes dans les...
Vidéos à la une
Invité ce mardi matin d'Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC, Bruno Le Maire, ancien ministre de l'Agriculture, a critiqué la diplomatie française: "je constate un affaiblissement de la France sur la scène européenne au seul profit de madame Merkel" a-t-il déclaré, ajoutant qu'il n'était "pas sain que l'Europe soit dirigée uniquement par un pays".

Pages

Publicité