Vidéos à la une
La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon a fait sa rentrée à l'Assemblée nationale, mardi. Accueilli par des cris de "résistance, résistance!", l'ancien candidat à l'élection présidentielle a assuré "ne pas encore être élu président de cette Assemblée". "Mais je veux bien visiter mon bureau", a-t-il ensuite lancé avant de féliciter les députés présents.
Vidéos à la une
L'ancien sénateur devenu député à l'issue de lu second tour des législatives dimanche 18 juin a voulu tenir une conférence de presse, aux côtés des autres élus France Insoumise, aux bords de l'Assemblée ce mardi matin. Les premières minutes ont été un peu tendues.
Vidéos à la une
Ce sont des personnalités de l'Assemblée ou nouveaux venus qui étaient en lice au second tour des législatives pour décrocher ou conserver leurs sièges. Ce dimanche soir, à l'issue des résultats, ils savent s'ils feront partie des 577 députés pour les 5 ans à venir. Et vous ? BFMTV vous propose le résumé des têtes d'affiche en 1 minute chrono.
Vidéos à la une
Législatives : Mélenchon annonce "un groupe France insoumise cohérent, discipliné, offensif" à l'Assemblée Jean-Luc Mélenchon, candidat France Insoumise victorieux à Marseille, a annoncé ce dimanche à l'issue du second tour des législatives la constitution d'un groupe pour le mouvement à l'Assemblée nationale, "un groupe cohérent, discipliné, offensif", a-t-il précisé. "Et j'informe le nouveau pouvoir que pas un mètre du terrain du droit social ne lui sera cédé sans lutte", a déclaré Jean-Luc Mélenchon.
Vidéos à la une
Le leader de la France Insoumise était arrivé en tête en Ariège au soir du 1er tour de l'élection présidentielle avec 26,7 % des suffrages et dans près de 200 communes. Ses électeurs espèrent bien voir le mouvement réitérer la performance pour les législatives à venir. Elles auront lieu les 11 et 18 juin prochains.
Vidéos à la une
Ce mercredi 7 juin 2017, Charles Magnien s'est penché sur les faits marquants dans le monde politique. Le programme et le calendrier pour la réforme du code du travail viennent d'être dévoilés par le gouvernement. Il est désormais question de dialogue et de concertation avec les partenaires sociaux. Mais pour la gauche, à quatre jours des législatives, cette future réforme est l'occasion idéale pour avoir le bon angle d'attaque. Déjà sur le ring, on parle alors de "coup d'Etat social", de "regression sociale", de "loi El Khomri 2" ... Autres sujets: Des nouvelles du côté des déchus de la politique. Quelques démonstrations de flatterie sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin. - Chaque jour à 8h20 sur RMC, Charles Magnien décrypte la communication politique aux côtés de Jean-Jacques Bourdin.
Vidéos à la une
Avec : Eric Mandonnet, rédacteur en chef adjoint à l'Express. - Chaque jour, Jean-Jacques Bourdin accueille dans son QG celles et ceux qui suivent la politique. Les Français demandent le renouvellement de la classe politique, RMC propose de "nouvelles têtes".
Vidéos à la une
Patrick Mennucci, le député sortant de la 4ème circonscription de Marseille, est troisième dans les sondages derrière Jean Luc Mélenchon et Corinne Versini, investie par la République en Marche. Pas de quoi décourager le Marseillais.
Vidéos à la une
Jean-Luc Mélenchon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce mercredi sur BFMTV et RMC. Le candidat défait au premier tour de la dernière élection présidentielle s'en est pris à Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, qui estime que le représentant de la France insoumise bloque certains accords pour les élections législatives. "Il ment", estime Jean-Luc Mélenchon. "Il a préparé ses candidatures depuis le mois de septembre dernier et il dit de faire campagne sous le sigle Front de gauche/PCF. Il n'assume même pas son étiquette PCF car le Front de gauche n'existe plus depuis deux ans".
Vidéos à la une
Invité ce mercredi de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, Jean-Luc Mélenchon a exhorté les électeurs à ne pas donner une majorité à Emmanuel Macron lors des élections législatives en juin prochain. "Quand je vois les sondages, on me met entre 13 et 16% et on met monsieur Macron entre 20 et 24%. C'est rien, c'est 6 points, ça se rattrape (...) Je dis aux gens: 'ne donnez pas les pleins pouvoirs à monsieur Macron. Votez pour les candidats de la France insoumise'".
Vidéos à la une
"Le programme du nouveau monarque présidentiel est connu, c'est la guerre contre les acquis sociaux du pays et l'irresponsabilité économique", a estimé ce dimanche 7 mai Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise éliminé au soir du 1er tour de la présidentielle. "Les élections législatives doivent montrer qu'après un vote de refus et de peur, le moment est venu d'un choix positif", a-t-il poursuivi.
Vidéos à la une
Cinq jours après le premier tour et sa disqualification de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est sorti de son silence. Attendu sur sa consigne de vote, le leader de la France Insoumise a confirmé qu'il irait voter mais n'a pas révélé ce qu'il fera.
Vidéos à la une
Après la qualification du Front national au second tour de la présidentielle et en l'absence de consigne de vote de la part de Jean-Luc Mélenchon, Ségolène Royal a appelé l'ex-candidat de la France Insoumise à prendre position. "Il faut que Jean-Luc Mélenchon retrouve les accents qu'il avait eu en 2002 pour combattre l'extrême droite, pour en dénoncer les risques et dangers. Il n'a pas changé depuis 2002 donc il ne faut pas de calculs politiciens par rapport à cet enjeu", a-t-elle estimé à la sortie du Conseil des ministres ce mercredi.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, ce dimanche selon une estimation Elabe pour BFMTV. Jean-Luc Mélenchon n'occuperait que la quatrième place avec environ 19% des voix. Le candidat de la France insoumise, qui ne reconnaît pas en ce milieu de soirée les résultats, a pris la parole depuis son QG: "Lorsque les résultats officiels seront connus, nous les respecterons". Quid d'une consigne de vote. "Chacun d'entre vous sait en conscience quel est son devoir", a indiqué Jean-Luc Mélenchon appelant à une consultation par internet.
Vidéos à la une
Jean-Luc Mélenchon n'a pas lancé de consigne de vote ce dimanche, au soir du premier tour de la présidentielle. "Chacun et chacune d'entre vous sait en conscience quel est son devoir", a déclaré le candidat de La France insoumise. "Quand les résultats seront connus nous les respecterons", a-t-il par ailleurs ajouté, soulignant que pour le moment, seuls sont connus des résultats partiels du scrutin et que de ce fait, il ne les reconnaît pas encore comme étant valables.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, ce dimanche selon une estimation Elabe pour BFMTV. Jean-Luc Mélenchon arriverait à la quatrième place avec 19,3% des voix. Clémentine Autain, soutien du candidat de la France insoumise, a lancé, ce dimanche sur BFMTV, "un appel à battre l'extrême-droite". "Comme des millions de Français ce soir, je ne serai pas représentée dans ce deuxième tour", a-t-elle ajoutée en milieu de soirée sans reconnaître ces résultats.
Vidéos à la une
Abrogation de la loi Travail, Smic à 1.300 euros, refus des traités de libre-échange Tafta et Ceta, élire l'Assemblée à la proportionnelle... BFMTV détaille les propositions de Jean-Luc Mélenchon.
Vidéos à la une
En hausse dans les récents sondages, Jean-Luc Mélenchon peut toujours espérer, à trois jours du premier tour, atteindre le second tour. Mardi, le candidat de la France insoumise tenait un grand meeting à Dijon, en Côte-d'Or. Plus que son programme, c'est le discours et le charisme du candidat d'extrême-gauche qui séduisent. Pour preuve, plus de la moitié des militants interrogés, lors du meeting dijonnais, n'ont pas su donné une mesure de son programme.
Vidéos à la une
Invité de Ruth Elkrief ce vendredi sur BFMTV, Jean Lassalle est revenu sur la récente montée dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon. Le candidat à l'élection présidentielle a affirmé avoir de la sympathie pour celui qui prône la fin de la Vème République. Des propos qu'il n'a pas tardé à nuancer: "Ce n'est pas l'homme de la situation (...), il a comme un appel à tout ce que je ne suis pas, à la révolte un peu violente. Je suis persuadé que ce cap, nous devons le passer pacifiquement, sinon cela sera des rivières de sang."
Vidéos à la une
Depuis sa progression dans les sondages et son meeting de Marseille, le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle est attaqué de toutes parts. De Benoît Hamon à François Fillon en passant par Emmanuel Macron. Même le président de la République François Hollande est sorti de son silence ce mercredi 12 avril pour le critiquer dans une interview donnée au Point. Seule Marine le Pen semble l'épargner, pour l'instant.
Vidéos à la une
Invitée sur BFMTV, ce lundi, Clémentine Autain, soutien de Jean-Luc Mélenchon, est revenue sur la bonne dynamique dans les sondages du candidat de la France insoumise: "Il y a un effet de bonne surprise. Aujourd'hui, nous pouvons croire en la victoire". La conseillère régionale du Front de gauche estime que "si Jean-Luc Mélenchon se qualifie au second tour, il sera président de la République. Surtout face à Marine Le Pen".
Vidéos à la une
"Si vous voulez la paix, ne vous trompez pas de bulletin de vote et si vous en choisissez un pour la guerre, ne vous étonnez pas si elle finit par arriver! On ne prépare pas la paix en préparant la guerre. On prépare la paix en travaillant à la paix", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise ce dimanche 9 avril, lors de son meeting en plein air entre le Vieux-Port et la Canebière. Un emplacement mythique à Marseille, ancien bastion de la gauche, que le prétendant à l'Élysée espère reconquérir.
Vidéos à la une
"À nous de dire que l'immigration est toujours un exil forcé, une souffrance, comme le savent les enfants d'Europe (...) Il faut aller à la cause des mots et les éradiquer", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise ce dimanche 9 avril, lors de son meeting en en plein air entre le Vieux-Port et la Canebière. Un emplacement mythique à Marseille, ancien bastion de la gauche, que le candidat espère reconquérir.
Vidéos à la une
Invitée de Ruth Elkrief, ce vendredi sur BFMTV, Marine Le Pen a refusé de commenter les derniers sondages qui montrent une forte hausse de Jean-Luc Mélenchon: "Cela ne m'intéresse pas. Je ne commenterai pas la campagne (...) Je ne veux pas passer les 15 derniers jours à faire votre boulot", a-t-elle lancé.
Vidéos à la une
Marine Le Pen était l'invitée de Ruth Elkrief, ce vendredi, sur BFMTV. Interrogée sur son possible adversaire en cas de victoire pour le second tour, la candidat de Front national a répondu qu'elle "n'avait pas d'adversaire préféré". Pour la députée européenne, "monsieur Macron c'est le mondialisme décomplexé, monsieur Fillon c'est le mondialisme honteux". En ce qui concerne Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen "a du mal à comprendre ce qu'il souhaite", trouvant "dangereux pour la France" l'immigration massive et la régularisation globalisée prônée par le candidat de la "France insoumise".
Vidéos à la une
Jean-Luc Mélenchon poursuit sa dynamique. Selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV et L'Express réalisé, ce mercredi, après le grand débat présidentiel, le candidat de la France insoumise s'établit désormais à 17% d'intentions de vote, gagnant 2 points en une semaine. Il creuse ainsi l'écart avec Benoît Hamon (9%) et se rapproche de François Fillon (19%).
Vidéos à la une
Invitée sur BFMTV ce mercredi, au lendemain du grand débat présidentiel, Clémentine Autain, soutien de Jean-Luc Mélenchon, est revenue sur la prestation du candidat de la France insoumise, jugé le plus convaincant par notre sondage Elabe: "Je suis très contente de sa prestation. Il a marqué des points. On est dans un moment de bascule dans la campagne au regard des rapports de force des uns et des autres".
Vidéos à la une
Lors du grand débat présidentiel sur BFMTV et RMC ce mardi, Jean-Luc Mélenchon a réclamé des sanctions contre l'entreprise Lafarge, qui fait l'objet d'une enquête pour ses activités en Syrie: "Punir les complices ! Lafarge a avoué avoir payé Daesh pour continuer à produire son foutu ciment. Cette compagnie doit être réquisitionnée ou confisquée mais une décision exemplaire doit être prise contre ceux qui complotent avec l'ennemi". François Fillon a ensuite admis être d'accord avec Jean-Luc Mélenchon: "Si c'est avéré, il faut punir Lafarge".
Vidéos à la une
Interrogé ce vendredi sur BFMTV sur une candidature commune à gauche pour l'élection présidentielle, Olivier Besancenot le porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste a estimé que cette possibilité a été, un temps, envisagée: "On l'avait proposée à la gauche de la gauche". L'ancien candidat à l'élection présidentielle et désormais soutien de Philippe Poutou a néanmoins estimé que la gauche française était divisée en trois pôles: "Il y a une compétition politique entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon qui essayent de refaire une sociale démocratie à l'ancienne. Il y a aussi une gauche libérale décomplexée avec Macron. Et il y a un troisième pôle anticapitaliste".
Vidéos à la une
Florian Philippot était l'invité de Ruth Elkrief, ce jeudi sur BFMTV. Le vice-président du Front national, interrogé sur la hausse dans les récents sondages de Jean-Luc Mélenchon, estime que le candidat de la France insoumise "bénéficie de la faiblesse de Benoît Hamon". Florian Philippot a également dénoncé le programme de Jean-Luc Mélenchon: "On voit bien un angélisme total sur les questions d'insécurité et d'immigration".

Pages

Publicité