Vidéos à la une
Ce mercredi 29 mars 2017, Charles Magnien s'est penché sur les faits marquants dans le monde politique. Hier, Macron, Cheminade, Fillon et Le Pen ont été invités à présenter leurs programmes économiques devant le Medef. François Fillon, le candidat des patrons, a été le plus applaudi. Emmanuel Macron, lui, a fait un étalage de tout le champ lexical du monde du business. De son côté, le député d'extrême droite, Gilbert Collard, est persuadé que son téléphone est sur écoute et que ce dernier n'arrête pas de lui demander de répéter ce qu'il vient de dire. - Chaque jour à 8h20 sur RMC, Charles Magnien décrypte la communication politique aux côtés de Jean-Jacques Bourdin.
Vidéos à la une
Laurence Parisot, ancienne patronne du Medef, a réagi ce lundi sur BFMTV au manque de femmes dans les équipes des candidats à la présidentielle Emmanuel Macron et François Fillon. "C'est terrible", s'exclame-t-elle. "Dans le programme de François Fillon, il y a très peu de photos de femmes dans les photos de son projet. Et puis il y a quelque chose qui ne va pas. Vous avez un chapitre qui s'intitule 'femmes' avec une photo avec que des femmes. Puis quelques pages plus loin, vous avez un chapitre 'chasse'. Je pense que c'était le chapitre hommes en fait", s'amuse Laurence Parisot. "C'est un peu désuet cette approche. Nos candidats garçons devraient accorder un peu plus d'attention à la mixité ", conclu-t-elle.
Emploi - Retraite
C’est en tout cas ce que demandent les patrons, qui ont formulé une série de propositions adressées aux candidats à la présidentielle. Explications.  
Vidéos Argent/Bourse
Pour évaluer les conséquences du Brexit, le Medef conduira à partir de jeudi une délégation de chefs d'entreprises françaises au Royaume-Uni. Cette délégation visitera en particulier le London Stock Exchange (LSE) et rencontrera le maire adjoint de Londres en charge des entreprises, Rajesh Agrawal. L'organisation patronale plaidera dès lors auprès des autorités britanniques pour que ces dernières "ne prolongent pas la période d'attente de déclenchement de la procédure de retrait". La sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne pourrait intervenir en 2019. "Ce que souhaitent les entreprises françaises, c'est d'aller vite pour poser les nouvelles règles du jeu, déclare Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef, sur notre plateau. "Plus on attend, plus c'est mauvais pour les entreprises européennes et anglaises. 2019, c'est loin", a-t-il ajouté. - 18h l'heure H, du lundi 18 juillet 2016, présenté par David Dauba, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Cécile Crouzel, chef de service au Figaro Économie, et Jean-Christophe Chanut, éditorialiste à La Tribune, ont décrypté le projet de loi travail, qui a été adopté en nouvelle lecture à l'Assemblée nationale, faute de motion de censure. - 18h l'heure H, du vendredi 8 juillet 2016, présenté par Vincent Touraine, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Le président du Medef Pierre Gattaz a appelé jeudi à "retravailler" le compte pénibilité à la veille de son entrée en vigueur, répétant qu'il était "inapplicable" après avoir dit que le patronat ne l'appliquerait pas, à la sortie d'un entretien avec Manuel Valls. Le Premier ministre a quant à lui, tenu à dénoncer l'attitude du patronat.
Vidéos Argent/Bourse
Pierre Gattaz était reçu à Matignon pour discuter de la loi Travail mais également pour évoquer la polémique qui commence à enfler entre le gouvernement et le Medef. En cause, les comptes pénibilité. Les 6 nouvelles mesures adoptées qui permettent de partir à la retraite anticipée après avoir exercé un métier comprenant des tâches pénibles entreront en vigueur dès demain et concernent 3 millions de personnes. Postures pénibles, les agents chimiques dangereux ou encore la pollution sonore font partie des nouveaux critères. Le président du Medef a annoncé que les entreprises n'appliqueraient pas ces mesures, trop contraignantes.
Vidéos Argent/Bourse
Depuis deux jours, Manuel Valls et Myriam El Khomri reçoivent les syndicats et le patronat pour tenter de trouver un accord sur la loi Travail. Après François Hommeril, président de la CFE CGS, Pierre Gattaz, le président du Medef s'est rendu à Matignon dans l'après-midi. A la sortie du rendez-vous, il s'est montré très catégorique. Pour lui, "plus personne n'y comprend rien sur le terrain et cette loi ne sert strictement à rien sur l'emploi, j'en suis désolé".
Vidéos à la une
Le président du Medef, a été reçu par Manuel Valls à Matignon. A la sortie de ce rendez-vous, Pierre Gataz s'est dit énormément déçu. "Je pensais que cette loi Travail aurait permis de faire cet électrochoc nécessaire de confiance et de simplification que les entreprises attendaient. C'est une loi qui ne servira strictement à rien".
Vidéos Argent/Bourse
Le patronat a été reçu à Matignon par Manuel Valls et Myriam El Khomri. "Le grand rendez-vous aujourd'hui est avec Pierre Gataz, le président du Medef. Un rendez-vous normalement dédié à la loi Travail mais il devrait être également question de la polémique qui naît en ce moment même entre le gouvernement et le Medef sur l'application des nouveaux critères du compte pénibilité. Pierre Gataz a annoncé que les entreprises n'appliqueront pas ces critères", a précisé Antoine Magnan, en direct de Matignon.
Vidéos Argent/Bourse
Les rues de France font l'objet de tensions sociales et le Medef dénonce le "sentiment d'impunité" des syndicalistes. Sur le plan sportif, la scène semble ordinaire pour un pays organisateur de l'Euro 2016, toujours sous l'état d'urgence. Des casseurs s'en prennent aux magasins et visent les policiers. Deux de ses derniers ont été d'ailleurs assassinés, lundi, par un Français qui se revendique de Daesh. Les organisations syndicales, elles, continuent de s'agiter contre la loi Travail. Dans ce contexte, les entreprises sont désorientées. Faut-il un "service minimum économique" pour interdire la paralysie, comme le propose Pierre Gataz ? - Avec: Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay. Thibault Lanxade, vice-président du Medef en charge des TPE-PME. Emmanuel Lechypre, éditorialiste BFM Business. Et Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme d'Île-de-France. - Les Décodeurs de l'éco, du mardi 14 juin 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le compte pénibilité sera au menu des discussions cette semaine au Sénat, où se déroule à partir de ce lundi l'examen du projet de loi El Khomri. Les sénateurs ont la ferme intention de le simplifier au maximum, tandis que le Medef va de son côté réclamer un moratoire sur son application. Pourtant, six nouveaux critères de pénibilité devraient être pris en compte dès le 1er juillet, en plus des quatre déjà entrés en vigueur en 2015. Pourquoi est-ce toujours pénible de parler de pénibilité ? - Avec: Yannick Jarlaud, expert, Ayming. Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment. Et Jean-Baptiste Huet, BFM Business. - Les Décodeurs de l'éco, du lundi 13 juin 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le compte de pénibilité ne cesse de faire parler de lui. Lundi prochain, le Sénat examinera le projet de loi El Khomri avec la ferme intention de simplifier les règles liées à ce dispositif. Le Medef, quant à lui, va réclamer un moratoire sur l'application de nouveaux critères, qui doivent entrer en vigueur le 1er juillet. Cette mobilisation a-t-elle réellement lieu d'être ? Le Medef aura-t-il une chance d'être entendu ? - Avec: Frédéric Sanchez, président du Medef International, président du directoire du groupe Fives. - 12h l'heure H, du lundi 13 juin 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Pierre Gattaz le dira cette après-midi à l'occasion d'un colloque sur ce thème. Selon une enquête réalisée à cette occasion par Opinionway, les relations avec le fisc s'améliorent mais les sanctions sont plus dures qu'avant.
Vidéos Argent/Bourse
Après la plainte pour diffamation déposée par la CGT contre Pierre Gattaz, c'est au tour du Medef d'en appeler à la justice. Mardi dernier, l'organisation patronale a appelé les entreprises touchées par les blocages des manifestants à porter plainte pour entrave à la liberté du travail. Pierre Gattaz a même qualifié de "terroristes" les méthodes de la CGT dans la contestation contre la loi Travail. Mais pourquoi le Medef a-t-il agit ainsi ? Jean-Charles Simon estime que face à des situations de grandes tensions, il faut que le Medef soit virulent dans son expression publique. Pierre Gattaz a haussé le ton car il a surement senti une sorte d'exaspération qui pouvait aller jusqu'à la volonté de ne pas respecter la loi. - Avec: Jean-Charles Simon, fondateur de Factamedia. - Good Morning Business, du vendredi 3 juin 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
La contestation contre la loi Travail continue. La SNCF et la RATP sont en grève ce jeudi, mais les perturbations devraient cependant se limiter au RER B. Certaines centrales nucléaires prévoient pour leur part des coupures d'électricité ciblées contre le Medef et les services de l'État. Le personnel des aéroports de Paris sont également appelés à la grève.
Vidéos à la une
L'ancienne présidente du Medef Laurence Parisot, invitée de Ruth Elkrief sur BFMTV ce mercredi, a jugé les propos de Pierre Gattaz "pas convenables", "maladroits" et "très exagérés". "Il faut avoir à l'esprit qu'on a une responsabilité particulière quand on est responsable d'une organisation patronale aussi importe que le Medef", a-t-elle déclaré, poursuivant que "cette responsabilité signifie d'abord tendre la main, [...] et non pas mettre de l'huile sur le feu".
Vidéos Argent/Bourse
Le Medef a appelé mardi les entreprises bloquées par les grévistes à déposer plainte. Thibault Lanxade, vice-président du Medef, a expliqué sur LCI qu'on ne pouvait "pas prendre en otage un pays". Il a rappelé que le droit de grève n'est plus, "c'est une méthode de contestation qui bloque le pays". Selon lui, il s'agit là d'un "délit d'entrave".
Vidéos Argent/Bourse
Christophe Sirugue, rapporteur de la loi Travail à l'Assemblée nationale, député PS de Saône-et-Loire, était l'invité de 18h l'Heure H, du mardi 31 mai 2016. - 18h l'heure H, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Pierre Gattaz, le président du Medef, a qualifié lors d'une interview au Monde la CGT de "terroriste". Des propos que le syndicat condamne. Philippe Martinez a annoncé ce mardi sa décision de porter plainte pour diffamation.
Vidéos Argent/Bourse
Thibault Lanxade, vice-président du Medef, a dénoncé, lundi sur BFMTV lors d'un débat avec Karl Ghazi, porte-parole de la CGT, certaines incitations à la violence de la CGT. "Lorsque la CGT montre un tee-shirt ensanglanté et dit, ce tee-shirt est celui du Medef, du parti socialiste et de la CFDT, c'est un appel à la violence que vous tenez", a-t-il lancé. "Non seulement, vous êtes en train de bloquer l'économie mais le discours que vous diffusez est un discours de violence", a-t-il déploré.
Vidéos Argent/Bourse
"Terroristes", "dictature stalinienne" ... Dans une interview publiée dans le journal Le Monde, Pierre Gattaz a lourdement critiqué l'organisation syndicale. Le président du Medef a également adressé un message clair au gouvernement et l'appelle à ne pas toucher à l'article 2 du texte. "On ne peut pas laisser une minorité agissante, révolutionnaire, paralyser l'économie", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage".
Vidéos Argent/Bourse
La mesure concernant les franchisés crée une nouvelle polémique autour de la loi Travail. Elle prévoit d'imposer aux réseaux de franchisés de plus de 50 salariés de se doter d'un seul comité d'entreprise. C'est une folie car ce dispositif a été rajouté en dernière minute dans le 49-3, sans aucune discussion, estime Geoffroy Roux de Bézieux. Pour lui, il faut supprimer cet amendement. De plus, la loi Travail ne servira à rien dans son état actuel. Non seulement elle ne va pas créer de l'emploi mais elle risque de compliquer le travail des chefs d'entreprise. - Avec: Geoffroy Roux de Bézieux, vice président délégué du Medef. - Good Morning Business, du jeudi 26 mai 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Invité de LCI Soir, pour parler la grève qui s'étend à l'appel de la CGT, le vice-président du Medef en charge des TPE-PME Thibault Lanxade a dénoncé "les méthodes de contestation d'une autre époque" du syndicat. "Il y a un moment où il faut qu'on passe à (une communication) 2.0", a-t-il lancé à l'attention de l'organisation syndicale.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Gilbert Cette, professeur à l'Université d'Aix-Marseille II. Léonidas Kalogéropoulos, président directeur général de Médiation & Arguments, et vice-président d'Ethic. Et Laurent Vronski, directeur général d'Ervor. - Les Experts, du lundi 23 mai 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Gilbert Cette, professeur à l'Université d'Aix-Marseille II. Léonidas Kalogéropoulos, président directeur général de Médiation & Arguments, et vice-président d'Ethic. Et Laurent Vronski, directeur général d'Ervor. - Les Experts, du lundi 23 mai 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
François Asselin, président de la CGPME, était l'invité de C'est votre argent, du vendredi 20 mai 2016. - C'est votre argent, présenté par Marc Fiorentino, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
L'Afep et le Medef ont annoncé ce vendredi une révision de leur code de bonne conduite sur les rémunérations des dirigeants en donnant au "say on pay", cette procédure de consultation des actionnaires sur la rémunération des dirigeants. - Avec: Yvan Best, rédacteur en chef adjoint à La Tribune. Et Jean-Sébastien Ferjou, co-fondateur et directeur de la publication d'Atlantico. - 18h l'heure H, du vendredi 20 mai 2016, présenté par Sophie Tusseau, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le MEDEF et l'association du CAC 40, l'AFEP, vont tenir une conférence de presse tout à l'heure pour répondre aux injonctions de Manuel Valls qui veut légiférer sur la rémunération des grands patrons, et rendre obligatoire le respect du vote des assemblées générales. Les organisations patronales vont tenter de proposer un compromis, sans grand espoir néanmoins.

Pages

Publicité