Vidéos à la une
Coups, gaz lacrymogènes, morsures de chiens, chaussures, vêtements confisqués en plein hiver... La police hongroise est accusée d'infliger des mauvais traitements 'systématiques' et 'routiniers' aux migrants qui tentent de se rendre illégalement en Hongrie, via la Serbie ou la Croatie. #Serbia: We denounce the widespread violence on migrants and refugees at the Serbian/Hungarian border https://t.co/ayZOwqSA4t pic.twitter.com/ps30UFpvt6- MSF International (@MSF) 9 mars 2017 L'accusation émane de l'ONG Médecins Sans Frontières qui s'appuie sur les témoignages de migrants, traités dans les centres de MSF, notamment à Belgrade : 'Il y a une multitude de plaintes de personnes qui disent avoir enduré des violences, qui ne laissent pas toujours de traces sur la peau. Au niveau des blessures physiques, nous avons des traces de coups, des contusions et, depuis le milieu de l'année dernière, des cas de morsures de chiens.', souligne Momcilo Djurdjevic, docteur auprès de MSF. La Hongrie a entamé la construction d'une deuxième clôture anti-migrants à sa frontière. Par ailleurs, une 'nouvelle loi:http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/07/2530975-hongrie-parlement-val... prévoit la détention systématique de tous les demandeurs d'asile et des nouveaux arrivants et leur placement dans des zones de transit à la frontière, où ils pourraient être logés dans des conteneurs aménagés. 'The [Hungarian] police made me take my shoes off and stand in the snow for an hour'. This 29 y/o is one of many who've told the same story. pic.twitter.com/f6KA7JFQ0g- MSF Sea (@MSF_Sea) 7 mars 2017 Avec AFP
Vidéos à la une
Le 23 mai, Médecins Sans Frontières a réussi à sauver 404 migrants à la dérive en mer Méditerranée, au large de la Libye. Les passagers de trois bateaux surchargés, soit 337 hommes, 59 femmes et 6 enfants, ont pu embarquer sur le bateau de l'association humanitaire et accoster à Pozzallo, en Sicile. Seules deux personnes, qui nécessitaient des soins, ont été transportées à Lampedusa. (Crédit : MSF - EVN)
Vidéos à la une
Un centre de Médecins sans Frontières (MSF) a été attaqué dimanche au Yémen. Un tir de roquette sur le dispensaire qui a fait quatre morts et 10 blessés. C'est la troisième fois en neuf mois de conflit que les installations médicales de MSF sont attaquées. (Images AP/Reuters)
Vidéos à la une
Un immense signe de la paix a été formé sur une colline de l'île grecque de Lesbos avec les gilets de sauvetage de milliers de migrants ayant traversé l'an dernier la mer Égée, au péril de leur vie, dans l'espoir d'une vie meilleure en Europe. L'opération a été menée par Médecins sans frontières et Greenpeace.
Vidéos à la une
Après le bombardement de l'hôpital de Médecins Sans-Frontières qui avait tué au moins 22 personnes la semaine dernière, les Etats-Unis s'engagent à indemniser les victimes de l'attaque et à verser de l'argent pour reconstruire un nouvel hôpital au même endroit.
Vidéos à la une
Médecins sans Frontières (MSF), dont 9 patients et 24 employés manquent toujours à l'appel, a dit craindre jeudi de "retrouver d'autres corps" dans les décombres de son hôpital de Kunduz, en Afghanistan, cinq jours après la frappe américaine qui a tué au moins 22 personnes. Détails.
Vidéos à la une
Le président des Etats-Unis Barack Obama a présenté ses "condoléances" après le bombardement d'un hôpital de Médecins Sans-Frontières ce samedi dans la ville de Kunduz, en Afghanistan. 19 personnes seraient mortes alors que selon les premiers témoignages, des talibans étaient retranchés dans l'hôpital au moment du bombardement.
Vidéos à la une
Le bombardement de l'hôpital de Médecins sans Frontières (MSF) dans la ville afghane de Kunduz, a fait 19 morts dans la nuit de samedi à jeudi. "Les bombardements ont perduré" alors même que les autorités avaient été alertées, a redit Mathilde Berthelot, responsable des programmes MSF en Afghanistan sur BFMTV.
Vidéos à la une
L'incident pourrait être dû à une frappe américaine. Neuf employés de Médecins sans frontières ont été tués et 37 personnes grièvement blessées dans le bombardement d'un centre de soins de l'ONG. Le drame s'est déroulé dans la ville afghane de Kunduz. Le bilan de ce raid risque de s'alourdir, car selon MSF, de nombreuses personnes manquent toujours à l'appel. Au moment du bombardement, 105 patients et 80 membres du personnel, des Afghans et des étrangers, étaient présents dans le bâtiment. L'Otan a confirmé que les forces américaines avaient mené une attaque aérienne sur la ville dans la nuit de vendredi à samedi. La frappe visait des " personnes qui menaçaient les forces de la coalition " selon l'organisation, qui admet qu'elle a " peut-être provoqué un dommage collatéral sur un bâtiment médical " situé à proximité.
Vidéos à la une
En Afghanistan, l'aviation américaine aurait bombardé un hôpital de Médecins Sans-Frontières (MSF) à Kunduz dans la nuit de vendredi à samedi. Le bâtiment a été détruit et neuf membres de l'équipe ont été tués, une vingtaine d'autres sont portés disparus. L'Otan annonce ce samedi matin qu'il pourrait s'agir de dommages collatéraux suite à une frappe de la coalition.
International
Au moins trois personnes sont mortes dans la nuit de vendredi à samedi après le bombardement d'un centre de soins de Médecins sans Frontières (MSF) à Kunduz, en Afghanistan. La frappe proviendrait des forces américaines. 
Vidéos à la une
Michel-Olivier Lacharité, superviseur logistique à Médecins Sans Frontières, indique que l'acheminement est en cours et que plusieurs éléments pourront partir dès demain mardi pour le Népal. Un hôpital gonflable est notamment prêt et il sera accompagné de services d'énergie et d'eau potable ainsi qu'une unité chirurgicale. Cependant, les moyens d'accès sont délicats en raison des destructions.
Vidéos à la une
Alors que le naufrage d'un chalutier en Méditerranée at fait au moins 800 morts le week-end dernier, Michaël Neuman, conseiller aux opérations à Médecins sans frontières (MSF), était mardi l'invité de BFM Story. L'humanitaire a indiqué que MSF était en train de préparer un plan de sauvetage des migrants, indépendamment des décisions qui seront prises jeudi par l'Union européenne lors d'un sommet extraordinaire sur la question. "Un bateau va commencer une campagne de sauvetage à partir du 2 mai. Elle va se dérouler sur une période de six mois", a précisé Michaël Neuman.
Vidéos à la une
Médecins Sans Frontières est très inquiet par leur manque de moyens face à la propagation du virus Ebola. Plusieurs pays dont la France ont annoncé l'envoi d'aides supplémentaires. Mais si les prévisions se confirment, il y aura bientôt 10.000 nouveaux cas par semaine.
Vidéos à la une
"Médecins Sans Frontières remplit une tâche remarquable" dans les pays d'Afrique touchés par le virus Ebola a salué François Hollande en conférence de presse. Le chef de l'Etat a évoqué la "soignante française (qui) vient d'être touchée par la maladie".
Vidéos à la une
Reportage RMC - Les crises humanitaires se succèdent, et les ONG manquent de moyens. C'est le cas de Médecins sans Frontières, qui lance un appel au don exceptionnel.
Vidéos à la une
Médecins sans frontières stocke du matériel médical dans un entrepôt à Mérignac, en Gironde. Ces fournitures permettent de protéger les médecins envoyés sur place et d'aider les populations touchées par le virus, en Afrique.
Vidéos à la une
Mego Terzian, président de Médecins sans frontières, est revenu mardi midi sur les conditions dans lesquelles interviennent ses équipes à Gaza après une "nuit très dure". La situation "est dramatique", explique-t-il.
Vidéos à la une
L'Autorité palestinienne a proposé un plan à l'Egypte : arrêt des combats à Gaza suivi de 5 jours de négociations avec Israël. Sur place, les réfugiés campent près des hôpitaux, refuges un peu plus sûrs. Les précisions de MSF sur la vie des Gazaouis. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos à la une
Bernard Kouchner, cofondateur de Médecins sans frontières et Médecins du monde, ancien ministre de la Santé, répond aux questions de Ruth Elkrief sur l'affaire "Bonnemaison". Le docteur Bonnemaison a été accusé d'avoir empoisonner sept malades en fin de vie. Son procès relance alors le débat sur l'euthanasie et la loi Leonetti.
Vidéos à la une
Michel Janssens, coordinateur médical pour Médecins Sans Frontières a passé plus d'un mois dans les régions d’Alep et d’Idlib en Syrie. Il nous livre son témoignage.
Publicité