Vidéos A la une
Retour sur le témoignage de Michèle, la mère d'un jeune Niçois converti qui est parti combattre en Syrie. Comment a-t-elle vécu cette semaine ? Son histoire et les liens fragiles qu'elle entretient avec son fils. C'est un témoignage recueilli par Thomas Misrachi , Vincent Deby et Julie Papet.
Vidéos A la une
Les candidats au jihad sont jeunes, hypersensibles et sont issus de la classe moyenne. Ce sont les conclusions d'un rapport sur l'embrigadement des jeunes Français partis faire le jihad, remis lundi au ministère de l'Intérieur. Dounia Bouzar, qui a dirigé cette étude, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Mélanie Vecchio, envoyée spéciale BFTMV à Bosc-Roger-en-Roumois (Eure), était en duplex pour BFM Story. Des "indices circonstanciés confirment l'implication de Maxime Hauchard dans la décapitation de prisonniers syriens montrée dans une vidéo de l'organisation de l'État islamique publiée dimanche". Dans son village natal, à Bosc-Roger-en-Roumois, les habitants sont sous le choc et n'en reviennent pas.
Vidéos A la une
Interrogé par BFMTV, Matthieu, un ami d'enfance de Maxime Hauchard, un jeune français identifié comme l'un des bourreaux de Daesh, a expliqué que le jeune homme était un "garçon très calme, très discret, poli et bien élevé". "C'était quelqu'un de faible je pense et très influençable. Il s'est fait influencé malheureusement, par une organisation pas fréquentable. Il a basculé, il n'y a pas de gourou derrière. Il regardait des vidéos de propagande sur Internet. Au début, il regardait des vidéos comment prier, ce qu'il fallait faire et ne pas faire puis au fil des années, il est tombé sur ces vidéo", ajoute le jeune homme.
Vidéos A la une
Des "indices circonstanciés confirment l'implication d'un Français dans la décapitation de prisonniers syriens montrée dans une vidéo du groupe Etat islamique diffusée dimanche", a annoncé lundi le parquet de Paris. Dans le village d'enfance de Maxime Hauchard, à Bosc-Roger-en-Roumois, les habitants sont sous le choc et n'en reviennent pas.
Publicité