Vidéos à la une
Manuel Valls a annoncé, ce lundi, qu'il souhaitait être candidat pour la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron, aux élections législatives de juin prochain. La candidature de l'ancien Premier ministre n'a pas encore été officialisé par la direction d'En Marche!. Pour Mathieu Hanotin, porte-parole de Benoît Hamon, cette annonce écarte de fait Manuel Valls du Parti socialiste: "Il faudra qu'il y ait face à Manuel Valls, un candidat de la gauche soutenu par le PS (...) Notre objectif est d'avoir une majorité de gauche à l'Assemblée nationale pour défendre les idées de la gauche. Manuel Valls n'est plus dans cette histoire-là", explique-t-il.
Vidéos à la une
Le directeur de campagne de Benoît Hamon Mathieu Hanotin a appris en direct sur BFMTV le nom du successeur de Bruno Le Roux au ministère de l'Intérieur, Matthias Fekl. Légèrement surpris, Mathieu Hanotin a expliqué que le désormais ancien secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur "était très investi dans la campagne de Benoît Hamon jusqu'à aujourd'hui". "Je ne peux que considérer que c'est un bon choix", a-t-il également affirmé.
Politique
Benoît Hamon a remporté dimanche la primaire de la gauche. Une victoire que le socialiste doit en partie au travail de deux hommes qui ont œuvré dans son ombre. 
Vidéos à la une
Invités : - Mathieu Hanotin, député socialiste de Seine-Saint-Denis - Franck Riester, député Les Républicains de Seine-et-Marne
Vidéos à la une
Le 16 septembre, Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV, Bernard Sananès, président de l'Institut de sondages CSA, Laurent Neumann, éditorialiste politique de BFMTV, Henri Guaino, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Mathieu Hanotin, député PS de Seine-Saint-Denis et Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale ont été reçus par Olivier Truchot, dans une édition spéciale sur le résultat du vote de confiance du nouveau gouvernement de Manuel Valls, sur BFMTV.
Vidéos à la une
À l'Assemblée nationale, Manuel Valls doit faire face à une fronde au sein de son propre camp. Des parlementaires socialistes dont Mathieu Hanotin, député PS de Seine-Saint-Denis, contestent effectivement la politique menée par le gouvernement et pointent même du doigt le pacte de responsabilité. Lors du vote de confiance, 33 députés frondeurs s'abstiennent et privent le Premier ministre de la majorité absolue au Parlement.
Publicité