Vidéos A la une
Le Japon est sous le choc après le meurtre à l'arme blanche de 19 personnes handicapées dans un centre de traitement spécialisé. Le...
International
Quelques jours après la tuerie perpétrée dans une boite de nuit gay à Orlando, certains rescapés se sont confiés sur l’effroyable moment qu’ils ont vécu. La fusillade a fait 50 morts et 53 blessés.
International
Présent dans le club gay attaqué dimanche par un homme se revendiquant de Daech, un jeune homme caché dans les toilettes de l'établissement a prévenu sa mère par SMS.
Vidéos A la une
Par solidarité avec les opposants à la loi Travail, l'une des dernières rescapées du massacre d'Oradour-sur-Glane, vient de refuser d'être décorée. Le 17 mai dernier, Camille Senon, 93 ans, recevait un courrier de Matignon l'informant qu'elle allait être nommée commandeur de l'ordre national du mérite. Une distinction qu'elle a tout bonnement décidé de refuser. Dans une lettre adressée à Manuel Valls fin mai, Camille Senon, ancienne syndicaliste de la CGT, explique son choix. "Dans le contexte actuel, il m'est impossible d'accepter de votre part cette distinction (...) alors que je suis totalement solidaire des luttes menées depuis deux mois par les salariés, les jeunes, une majorité de députés et de Français, contre la Loi travail que vous venez d'imposer par le 49-3. Accepter cette distinction aujourd'hui serait renier toute ma vie militante pour plus de justice, de solidarité, de liberté, de fraternité et de paix ". Déjà décorée de la Légion d'honneur, Camille Senon fait partie des rescapés du massacre d'Oradour-sur-Glane, où le 10 juin 1944, 642 habitants avaient été tués par la division SS Das Reich. Ce jour-là, Camille Senon perdait toute sa famille.
Vidéos A la une
NAIROBI - Rentrée sous haute surveillance pour l'université de Garissa à Nairobi, cible d'une terrible attaque qui avait fait 148 morts, des étudiants pour la plupart. Des shebab, des islamistes basés dans la Somalie voisine, étaient arrivés à l'aube. Ils avaient séparé musulmans et non musulmans et avaient massacré les derniers. Le carnage avait pris fin après plusieurs heures de siège et la mort des quatre assaillants. L'université comptait 800 étudiants avant le massacre. Seulement quelque dizaines ont repris les cours dans un premier temps.
Vidéos A la une
Le 44e président américain s'est exprimé sur la circulation d'armes sur son territoire, non sans émotion. Barack Obama s'engage à limiter au...
Vidéos A la une
Attention, images choquantes : cette vidéo difficilement soutenable montre le sort fait aux animaux vivants sur le point d'être abattus pour terminer sous plastique dans nos supermarchés, parfois dans notre assiette et souvent directement à la poubelle 24 heures avant leur date d'expiration.
Vidéos A la une
Attention, images choquantes : cette vidéo difficilement soutenable montre le sort fait aux animaux vivants sur le point d'être abattus pour...
Vidéos A la une
Voilà 81 ans que l'Amérique fête le Colombus Day, le jour anniversaire de la découverte du continent. En revanche, les nationalistes oublient...
Vidéos A la une
L'Union Soviétique, née des révolutions populaires de 1917 et démantelée en 1991, a influencé la pensée de millions de Russes et...
International
La semaine dernière, l’ONG Sea Sheperd a mis en ligne une vidéo montrant le massacre de plus de 200 dauphins au large de l’archipel des îles Féroé. Cette tradition crée chaque année de vives polémiques.
Vidéos A la une
Zvornik, Bosnie-Herzégovine - 8 Juil 2015 - Il y a 20 ans, le massacre de Srebrenica, en Bosnie, faisait 8000 morts. En juillet 1995, 15 000 Bosniaques, musulmans du pays, ont fui la ville pour échapper aux forces serbes de Bosnie. Seulement 7000 ont survécu. Mercredi, des milliers de personnes ont entamé une "marche pour la paix" sur ce même chemin, mais dans le sens inverse. Parmi cette foule de marcheurs, des rescapés n'hésitent pas à revenir, pour transmettre un message de paix. "En 1995, on marchait avec la mort, la chaleur, la violence. Aujourd'hui, on essaie de raconter une nouvelle histoire, pour célébrer la vie, l'amour et la tolérance", déclare Muhzin Omerovic, un survivant du massacre. Mercredi, la Russie a mis son veto à un projet de résolution de l'ONU, qui prévoyait de reconnaître le massacre comme un génocide. Les marcheurs devraient arriver à Sbrebrenica vendredi, à la veille de ce 20ème anniversaire.
Vidéos A la une
Des hommes et des femmes ont convergé de tous les États-Unis vers Charleston pour assister aux cérémonies d'hommage aux neuf noirs assassinés mercredi dans une église de la ville. Le drame de Charleston vient s'ajouter à une longue série de tuerie de masses aux États-Unis où les partisans d'un contrôle accru sur les armes à feu n'arrivent pas à contourner le poids du lobby des armes. Mais la tuerie de Charleston renvoie aussi, un demi-siècle après les grandes marches du mouvement pour les droits civiques et la lutte contre la ségrégation, aux tensions raciales qui sont réapparues avec force ces derniers mois aux États-Unis à la suite de la mort de plusieurs Afro-Américains abattus par des policiers alors qu'ils n'étaient pas armés.
Vidéos A la une
El Estadio Nacional accueillera la Copa America, le plus vieux tournoi de foot au monde. Cependant, ce lieu n'a pas toujours été dédié au...
Vidéos A la une
Le mouvement pro-démocratie des parapluies est l'héritier direct des idées qui animaient le mouvement étudiant de la place Tiananmen. Il y a...
Vidéos A la une
LIMA - 27 mai 2015 - Le journaliste de Charlie Hebdo Antonio Fischetti a appelé mardi à résister aux menaces des djihadistes sur la liberté de la presse. "Si on commence à céder à la pression des terroristes, demain il faudra encore céder davantage", a-t-il dit dans une conférence à Lima. Antonio Fischetti était absent le jour du massacre au journal Charlie Hebdo le 7 janvier car il assistait aux obsèques d'une tante. Deux djihadistes français, les frères Saïd et Cherif Kouachi ont tué 11 personnes au siège du journal à Paris ainsi qu'un policier arrivé à proximité des lieux. Parallèlement, un autre djihadiste, Amedy Coulibaly a tué le lendemain une policière et le surlendemain quatre personnes dans un supermarché cacher. Les trois djihadistes ont été tués par la police.
Vidéos A la une
Un massacre à l'arme blanche s'est déroulé dans un collège espagnol. Un élève a tué lundi matin un enseignant dans un établissement de Barcelone et a blessé quatre autres personnes. Un collégien de 14 ans a notamment été atteint au thorax mais ces jours ne sont pas en danger. La police n'a pas précisé la nature de l'arme. Les médias espagnols parlent de leur côté d'une arbalète. Le suspect a été maîtrisé par les forces de l'ordre. Mais selon un porte-parole de la police, ce dernier n'a pas été arrêté puisqu'il a moins de 14 ans, l'âge minimum pour être poursuivi. Pour le moment, le mineur est gardé par la police à l'intérieur du collège. Selon des médias espagnols, l'élève est arrivé en retard et a tiré sur une professeure, peu après le début des cours. Les témoins ont expliqué que le garçon avait ensuite blessé une élève de sa classe, probablement la fille de l'institutrice. Alerté par les cris, un autre enseignant a tenté d'intervenir mais a été touché au niveau de la poitrine. Il est décédé quelques instants plus tard.
Vidéos A la une
L'ancien avocat de Chérif Kouachi appelle son client à se rendre à la police "afin de faire toute la lumière sur cette affaire". Vincent Ollivier qui a défendu son client de 2005 à 2008 le décrit comme un homme "pétrifié de peur à l'idée de rejoindre la Syrie" et qui ne correspondait pas, à l'époque, au profil d'un terroriste. "Ça ne cadre pas avec l'image que j'ai gardée de Chérif Kouachi" a déclaré l'avocat.
Vidéos A la une
Les messages de soutien se multiplient depuis le massacre perpétré mercredi à "Charlie Hebdo". Des passants ont déposé des bouquets de fleurs et des bougies devant les bâtiments se trouvant à proximité de l'attentat, en hommage aux douze personnes décédées. Un rassemblement est également prévu dimanche à 15 heures.
Vidéos A la une
CAIRNS - 19 déc 2014 - Le drame a plongé une nouvelle fois l'Australie dans l'effroi. Les cadavres de huit enfants de 18 mois à 15 ans ont été découverts vendredi dans une maison à Cairns, ville du nord-est du pays. Plusieurs médias australiens rapportent que les enfants sont morts de coups portés à l'arme blanche. La police n'a pas confirmé ces informations pour le moment. Une femme de 34 ans a également été retrouvée blessée sur les lieux du crime et emmenée à l'hôpital. Elle se trouve dans un état stable et elle est en ce moment interrogée par la police. Selon un ambulancier, la victime a été atteinte de coups de couteau à la poitrine. Son lien de parenté avec les enfants n'a pas été confirmé de source policière, mais selon l'une de ses cousines, il s'agirait de la mère des enfants. Ce drame intervient trois jours après la sanglante prise d'otages de Sydney qui a endeuillé le pays. Le Premier ministre Tony Abbott a immédiatement réagi face à cette nouvelle tuerie, qu'il a qualifié de " crime innommable ".
Vidéos A la une
Olivier Roy, politologue et spécialiste de l'Islam, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur les tueries survenues au Pakistan. Un commando rebelle taliban a attaqué, ce mardi 16 décembre, une école accueillant des enfants de militaires à Peshawar, faisant plus de 140 morts dans l'établissement, selon les derniers bilans rendus publics par les médias pakistanais. L'attaque a duré près de 7 heures et la police a annoncé la mort de tous les assaillants qui étaient au nombre de six. Cette attaque s'inscrit dans la lutte entre les talibans pakistanais partisans de la guerre contre le gouvernement et l'armée.
Vidéos A la une
IGUALA - 6 oct 2014 - Deux membres d'un gang criminel mexicain ont avoué le meurtre de 17 des 43 étudiants. Ces derniers avaient disparu il y a 2 semaines près de la ville d'Iguala, au centre du Mexique.Ces étudiants (de l'école normale d'Atzoyinapa, proche de Chilpancingo, capitale de l'Etat de Guerrero, à 100 km d'Iguala) étaient venus récolter des fonds et manifester. Selon les personnes interrogées, leur bus avait été mitraillés. Mais depuis la fusillade, plus une trace de ces jeunes gens. Selon le procureur général de l'Etat, 28 corps ont été retrouvés calcinés dans une fosse . Les deux meurtriers ont raconté avoir fait descendre les étudiants de l'autobus, s'emparer de 17 d'entre eux pour les transférer vers les hauteurs d'une colline où ils ont creusé des fosses clandestines et où ils disent les avoir abattus ", a déclaré le procureur, dimanche. Mais les deux détenus ont assuré que l'ordre de se rendre sur les lieux où se trouvaient les étudiants avait été donné par le directeur de la sécurité publique d'Iguala. Ce dernier, ainsi que le maire d'Iguala, Jose Luis Albarca, ont pris la fuite après les fusillades. Ils sont actuellement recherchés par la justice.
Vidéos A la une
BANGUI - 12 sept 2014 - 5186 morts depuis le début de l'année. C'est le bilan des affrontements entre chrétiens et musulmans en Centrafrique, selon un décompte de l'agence américaine AP. Un chiffre deux fois plus élevé que celui des Nations Unies. Au mois d'avril, l'organisation humanitaire parlait de plus de 2000 morts. L'agence a dressé son propre bilan grâce aux données récoltées auprès d'organismes humanitaires, de prêtres, d'imams et d'habitants. Autre constatation, les exécutions se sont largement poursuivis ces derniers mois, alors que l'ONU avait déjà donné son accord pour l'envoi d'une force de maintien de la paix dans le pays. Votée en avril, la résolution tarde à être mise en application. Les premières troupes doivent arriver la semaine prochaine. Mais seul 60% des effectifs prévues seront déployés dans un premier temps, le reste attendra début 2015. Pour le moment, quelque 2000 soldats français sont déployés sur le territoire centrafricain dans le cadre de l'opération Sangaris. Une opération lancée en décembre 2013 pour mettre fin aux massacres communautaires.
Vidéos A la une
TABQA (nord-est de la Syrie)- 27 août 2014 - Une colonne dans le désert. Des hommes en sous-vêtement. D'autres, armés, vraisemblablement des djihadistes de l'État islamique. Ce sont eux qui ont tourné et posté ces images sur internet. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les prisonniers ont été pris au piège sur la base aérienne de Tabqa dans le nord-est de la Syrie. Parmi eux, une majorité de soldats fidèles à Bachar al-Assad. L'issue de leur marche ne fait pas beaucoup de doute. L'État islamique se complaît à publier le témoignage de ses exactions. Il a d'ailleurs revendiqué l'exécution de près de 200 captifs. Un nouveau massacre en Syrie.
Vidéos A la une
Un hommage a été rendu aux 124 victimes du massacre de Maillé par les nazis, 70 ans après les faits.
Vidéos A la une
Harold Hyman, spécialiste en géopolitique de BFMTV, analyse la situation du nord de l'Irak. Alors que les Etats-Unis ont envoyé des armes aux soldats kurdes qui luttent intensément contre les jihadistes, la France, elle, y réfléchit toujours. Quel type d'armes ont livré les Etats-Unis et pour quoi faire? Où est située la ligne de front? Harold Hyman répond à toutes ces questions.
Vidéos A la une
La présidente de la commission des Affaires étrangères, Elisabeth Guigou, a réagi ce lundi sur BFMTV à l'attitude de l'Union européenne au sujet de l'offensive de l'Etat islamique en Irak. Elle a jugé "l'inertie et l'inexistence de l'Union européenne absolument consternantes" et a dénoncé "l'absence de politique étrangère européenne". "Il va falloir que ça change", a-t-elle lancé.
Vidéos A la une
Elisabeth Guigou, présidente de la commission Affaires étrangères, a réagi ce lundi sur BFMTV à la situation irakienne. "Il est indispensable de briser l'encerclement des Yazidis dans le Sinjar et de faire en sorte que l'on puisse avoir un pont aérien humanitaire", a-t-elle notamment demandé. "C'est l'absolue urgence car il y a des gens qui sont menacés de mort", a-t-elle ajouté.
Vidéos A la une
BAGDAD - 5 août 2014 - Une députée yazidie, Vian Dakhil, est devenue le visage de sa communauté après avoir lancé un appel poignant mardi pendant une session parlementaire. Elle a appelé le Parlement irakien à intervenir "immédiatement" contre les persécutions des djihadistes de l'Etat islamique contre les minorités ethniques et religieuses présentes en Irak, comme les Yazidis. "Nous sommes massacrés au nom du fait qu'il n'y a d'autre Dieu que Allah, explique-t-elle. Cinq cents hommes yazidis ont déjà été massacrés. Nos femmes sont vendues comme esclaves et vendues sur des marchés". "Dépassons nos différends politiques, nous demandons une solidarité humanitaire. Je parle ici au nom de l'humanité entière. Sauvez-nous ! Sauvez-nous !" Vian Dakhil a fait état dimanche de la fuite des monts Sinjar de 20 000 à 30 000 déplacés qui se trouvent désormais dans la région autonome du Kurdistan irakien, soulignant que "plusieurs milliers" d'autres se trouvaient encore dans les montagnes.
Vidéos A la une
Plusieurs expositions et événements ont déjà été organisés en Belgique pour la circonstance. A Bruxelles, il est toujours possible de...

Pages

Publicité