Vidéos A la une
C'est le premier acte politique depuis les attentats terroristes contre la France : cet après-midi, après un hommage rendu aux victimes à la place des traditionnelles questions au gouvernement, l'Assemblée nationale se prononce sur la poursuite des frappes aériennes françaises en Irak. L'issue du vote ne fait a priori aucun doute : les députés devraient donner leur accord pour continuer cette intervention française débutée il y a quatre mois, le 19 septembre dernier. Ce vote prend un relief particulier après la semaine d'horreur et d'effroi que vient de vivre le pays. " Les événements d'aujourd'hui en France renforcent notre conviction que soutenir l'engagement français était la bonne décision ", a souligné Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée. Amedy Coulibaly, l'auteur de la dramatique prise d'otages de l'épicerie casher de Vincennes, s'est lui-même revendiqué du groupe Daech et a affirmé avoir reçu des instructions du califat, dirigé par Abou Bakr al-Baghdadi. Pour la majorité, comme pour une partie de l'opposition, la guerre contre le terrorisme sur le territoire national commence en Irak. Mais pour certains experts, les frappes aériennes ne suffisent pas. Mais les pays occidentaux ne souhaitent pas engager des opérations au sol. Faut-il envoyer des hommes au sol pour lutter contre Daech ? Quelle réponse militaire faut-il apporter aux attentats terroristes qu'a connus la France ? Invités : Elisabeth Guigou, députée PS de Seine-Saint-Denis et présidente de la commission des affaires étrangères Alain Marsaud, député UMP des Français de l'étranger Régis Le Sommier, directeur adjoint de Paris Match Jacques Follorou, journaliste au Monde Question JDD : La France doit-elle engager des troupes au sol pour combattre Daech ? Réagissez également sur Twitter avec le hashtag #CVR.
Publicité