Revue du web
Avec La Tribune
[Série] Les enjeux européens pour 2017. Quatrième partie : la BCE devrait continuer à mener l'an prochain une des politiques monétaires les plus accommodantes du monde. Mais va-t-elle, à l'image de la Fed, s'engager réellement dans un resserrement monétaire en raison de la remontée de l'inflation et malgré une demande toujours faible en zone euro ?
Revue du web
Avec Atlantico
Face à cette crise qui n’en finit pas d’être derrière nous, il y a toujours dans l’attitude de la BCE une prime au non concret, un culte évident de l’irréel, tout ce qui détourne l’attention de ce qui se passe dans la vraie vie y est accueilli avec ferveur.
Revue du web
Avec Atlantico
Face à cette crise qui n’en finit pas d’être derrière nous, il y a toujours dans l’attitude de la BCE une prime au non concret, un culte évident de l’irréel, tout ce qui détourne l’attention de ce qui se passe dans la vraie vie y est accueilli avec ferveur.
Revue du web
Avec Atlantico
Cette politique de l’argent facile a toutefois un revers. Dans l’euphorie qu’elle engendre, elle tend à émousser les volontés de réformes, en donnant à penser aux gouvernements qu’ils disposent de temps pour modifier des structures qui sont pourtant au bout du rouleau.
Revue du web
Avec Atlantico
Les tensions internes à la zone euro n'en finissent pas de revenir sur le devant de la scène, le dernier épisode en date étant le vote "non" au référendum italien. Dans un contexte politique troublé, le conseil des gouverneurs de la BCE se réunira ce jeudi pour prendre, ou non, les mesures qui s'imposent.
Revue du web
Avec La Tribune
Jeudi, Mario Draghi pourrait prolonger sa politique de rachats d'actifs tout en préparant le terrain à une réduction des rachats. Difficile équilibre.
Revue du web
Avec Atlantico
Le gouverneur de la Banque centrale européenne prévoit toujours 2% d'inflation alors que les chiffres ne s'orientent pas dans cette direction.
Vidéos Argent/Bourse
La Banque Centrale Européenne a lancé une campagne de rachat d'actifs auprès des États de la zone euro et des entreprises. Cette initiative s'est inscrite dans une politique monétaire "non conventionnelle" qu'on appelle en économie le "quantitative easing" ou assouplissement quantitatif. La BCE a donc mis en oeuvre à partir du 8 juin son programme de rachat d'obligations d'entreprises, comme annoncé le 10 mars. Il s'agit également de favoriser leurs investissements mais aussi celui des PME. Quel bilan peut-on alors tirer pour les mesures d'assouplissement quantitatif mises en oeuvre par Mario Draghi ? - Avec: Sébastien Barthélémi, responsable de la recherche crédit chez Kepler Cheuvreux. - Intégrale Bourse, du mercredi 20 juillet 2016 présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le face à face a opposé Alexandre Attal, analyste et gérant de portefeuille chez Russell, et Alexandre Baradez, chef de la stratégie de marché chez IG. - Intégrale Placements, du mardi 19 juillet 2016, présenté par Cédric Decoeur, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le face à face a opposé Alexandre Attal, analyste et gérant de portefeuille chez Russell, et Alexandre Baradez, chef de la stratégie de marché chez IG. - Intégrale Placements, du mardi 19 juillet 2016, présenté par Cédric Decoeur, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Après deux semaines, les marchés semblent avoir effacé le choc du "Brexit". D'après Nicolas Chéron, stratégiste chez CMC Markets, le FTSE 100 est très rapidement repassé au-dessus de ses plus hauts annuels avec la baisse de la Livre à 10%. Quant aux indices américains, ils ont baissé en 48 heures après l'annonce du "Brexit", mais sont repartis à la hausse 72 heures plus tard. Et en Europe les marchés sont revenus sur les niveaux "pré-Brexit". La succession assez rapide de David Cameron par Theresa May a également été très positive pour les marchés financiers. Ce rebond sur les marchés peut-il alors se poursuivre ? - Plan de Trading: chaque Lundi, des experts vous livrent leurs stratégies de trading pour la semaine à venir. - Intégrale Bourse, du lundi 18 juillet 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Les marchés actions reprennent leur souffle après le choc provoqué vendredi par les résultats du référendum sur le Brexit. Après deux séances consécutives de baisse, ils remontent la pente et poursuivent leur rebond ce mercredi. Vers 10h20, l'indice CAC 40, affichait un gain de 1,6% à 4153 points, après avoir déjà repris 2,6% la veille. S'agit-il d'une réelle stabilisation ? - Avec: Quentin Perromat, directeur général et responsable de la gestion d'AssetFi. - Intégrale Bourse, du mercredi 29 juin 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Le Président de la Banque centrale européenne n'a pas laissé le Brexit gâcher la bonne humeur ce mardi sous le soleil de Sintra, au Portugal. Même si la veille il avait avoué que le sentiment qui décrivait le mieux sa réaction au vote britannique était la tristesse. Mario Draghi a pris soin d'éviter le sujet donc, dans son intervention au forum annuel de la BCE - l'équivalent européen du rendez-vous de la Réserve fédérale américaine à Jackson Hole - pour plaider en faveur d'un alignement mondial des politiques monétaires. 'Peut-être qu'une coordination formelle de nos politiques n'est pas nécessaire, mais nous pouvons bénéficier de leur alignement. Par alignement je veux dire un diagnostic commun des causes à l'origine des défis qui nous affectent tous. Et un engagement commun à baser nos politiques intérieures sur ce diagnostic,' a-t-il notamment déclaré. Dès vendredi, dans le sillage de la Banque d'Angleterre, la BCE s'est engagée à fournir des liquidités aux banques si nécessaire. Le thème de l'alignement aurait d'ailleurs dû être au coeur d'un débat avec ses homologues britannique et américaine. Mais l'événement a été annulé pour permettre à Mario Draghi de participer au sommet européen de Bruxelles.
Vidéos A la une
Mario Draghi semble sur la même longueur d'onde qu'Angela Merkel à propos de l'immigration. S'exprimant au Forum économique de Bruxelles, le président de la Banque centrale européenne a estimé qu'avec sa population déclinante, l'Europe avait besoin des migrants. 'Même avec des réformes structurelles déterminées, une part plus importante d'actifs ne permettra plus de compenser la chute de la population en âge de travailler, a-t-il expliqué. Et même la hausse attendue du nombre de migrants a peu de chances de compenser pleinement ce déclin naturel de la population. Les politiques publiques peuvent néanmoins entraîner des effets temporaires, en favorisant l'accueil et l'intégration des migrants.' L'argument de Draghi rejoint ceux réitérés par la chancelière allemande tout au long de la crise migratoire, une crise qui a contribué à la poussée de l'extrême-droite en Europe.
Vidéos Argent/Bourse
C'est depuis Vienne que la Banque Centrale Européenne a annoncé, sans surprise dans un contexte d'inflation négative, le maintien en l'état de sa politique de taux zéro. Le taux de dépôt qui s'applique sur les liquidités en excès stockées par les banques pour 24 heures auprès de la BCE, il reste négatif à -0,40%. Le taux de prêt marginal, auquel les banques empruntent pour 24 heures à ses guichets, demeure quant à lui à 0,25%. Les taux resteront longtemps à ce niveau #BCE en direct https://t.co/YozzxKkcUh ecb #Europe pic.twitter.com/6m1922FLYC- L'Echo (lecho) 2 juin 2016 Relèvement des prévisions de croissance et d'inflation Plus surprenant : la banque centrale a relevé ses prévisions de croissance et d'inflation. Elle table désormais sur une hausse de 1,6% du PIB cette année en zone euro et sur une inflation de 0,2%. 'Les dernières données indiquent une croissance continue au deuxième trimestre, bien que probablement plus faible qu'au premier. Pour l'avenir, nous anticipons une croissance économique modérée mais à un rythme régulier,' a précisé son président, Mario Draghi, qui veut y voir les effets de sa politique accommodante. Concernant son programme de rachat d'actifs, la BCE commencera à acquérir des obligations d'entreprises à partir du 8 juin. Pas de faveurs pour les banques grecques Beaucoup attendaient par ailleurs la réactivation du waiver(littéralement 'dérogation'), ce régime de faveur accordé jusqu'à début 2015 aux banques grecques. Il leur permettait de se refinancer gratuitement auprès de la BCE en échange d'obligations souveraines grecques, en dépit de leur classement en catégorie spéculative. Mais la BCE a dit non. 'L'Eurogroupe a demandé aux institutions de vérifier l'application d'actions préalables aux termes du protocole d'accord complémentaire. Des discussions sont en cours avec le gouvernement grec. Une fois ces actions préalables mises en oeuvre, le conseil des gouverneurs prendra une décision en faveur du rétablissement du _waiver,_' a expliqué Mario Draghi. La #BCE relève sa prévision d'inflation de la zone euro pour 2016, à 0,2% https://t.co/YozzxKkcUh ecb #Europe- L'Echo (lecho) 2 juin 2016 Contre un Brexit Enfin la BCE s'est prononcée en faveur du maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne lors du référendum du 23 juin. Mais quel que soit le choix des électeurs britanniques elle se dit 'prête à toutes les éventualités'. Draghi: The ECB has a view that the UK should remain in the EU. Both the UK and the EU benefit.- ECB (@ecb) 2 juin 2016
Vidéos Argent/Bourse
La Banque centrale européenne a tenu ce jeudi une conférence à Vienne, lors de laquelle son président Mario Draghi a livré ses dernières prévisions économiques. L'institution a laissé comme prévu ses taux directeurs inchangés. L'horizon s'est également un peu éclairci pour les prix en zone euro cette année, et l'institution a révisé en hausse sa prévision d'inflation, à 0,2% contre 0,1% précédemment. Pour 2017 et 2018, les prévisions d'inflation restent inchangées par rapport à celle de mars, à 1,3% et 1,6% respectivement. - Avec: Benaouda Abdeddaïm, éditorialiste chez BFM Business. Et Frederik Ducrozet, économiste Europe Senior chez Pictet Wealth Management. - Intégrale Bourse, du jeudi 2 juin 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Ce mois-ci, la conférence de presse de son président Mario Draghi aura lieu à Vienne et non à Francfort comme à l'accoutumée. La banque centrale se réunira donc ce jeudi pour décider de la politique à mettre en oeuvre pour soutenir la croissance au sein de la zone euro. Mario Draghi est également très attendu sur le dossier grec après un accord récent entre Athènes et ses créanciers internationaux permettant le déblocage d'argent frais pour la Grèce en échange de réformes. - Avec: Benaouda Abdeddaïm, éditorialiste de BFM Business. Thierry Sarles, responsable gestion de taux chez CPR AM. Et Frederik Ducrozet, économiste Europe Senior chez Pictet Wealth Management. - Intégrale Bourse, du jeudi 2 juin 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Aujourd'hui, tous les regards se tournent vers Vienne et non à Francfort comme à l'accoutumée. La BCE tient en effet sa réunion de presse mensuelle. Mario Draghi doit notamment dévoiler ses nouvelles prévisions de croissance et d'inflation pour la zone euro. - Intégrale Bourse, du jeudi 21 janvier 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Selon les statistiques d'Eurostat, les prix à la consommation ont reculé de 0,1 % sur un an en mai après une baisse de 0,2 % en avril. Le crédit aux entreprises a, quant à lui, augmenté de 1,2 % en avril, sa plus forte progression depuis novembre 2011, d'après la BCE. Ces chiffres devraient conforter l'institution de Francfort dans sa volonté de rester attentiste demain. Elle devrait également relever ses prévisions d'inflation pour 2016 et 2017 en raison de la stabilisation des cours de l'or noir. Alors, que faut-il attendre de la réunion de la BCE demain ? - Décryptage de l'actualité macroéconomique avec Guillaume Menuet, chef économiste pour la zone euro chez Citigroup. - Intégrale Bourse, du mercredi 1er juin 2016, présenté par Guillaume Sommerer, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Thibault François, co-fondateur et associé de Fastea Capital, et Jean-François Gilles, dirigeant d'Erasmus Gestion, ont commenté l'évolution des titres du portefeuille d'Intégrale Placements. - Intégrale Placements, du mercredi 1er juin 2016, présenté par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
L'inflation en zone euro est restée négative en mai, mais légèrement moins qu'en avril en raison d'un ralentissement de la baisse des prix de l'énergie, d'après une première estimation publiée ce mardi par Eurostat. Conformément aux attentes des économistes, les prix à la consommation ont reculé de 0,1% sur un an après une baisse de 0,2% en avril. Un chiffre qui devrait inciter la Banque centrale européenne à privilégier le statu quo jeudi lors de sa réunion de politique monétaire. - Décryptage avec John Plassard, directeur adjoint de Mirabaud Securities. - Intégrale Bourse, du mardi 31 mai 2016, présenté par Guillaume Sommerer, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Ce lundi, l'Insee a livré sa deuxième estimation de la croissance du PIB au premier trimestre. L'institut a rehaussé son évaluation, qui passe de 0,5 à 0,6%. Cette progression remarquable de l'économie française s'explique avant tout par la force des moteurs internes de la croissance que sont la consommation des ménages, en hausse de 1% au premier trimestre, et notamment l'investissement des entreprises, qui bondit de 2,4%. Toutefois, la période d'avril à juin devrait être moins bonne. Alors, la croissance en zone euro peut-elle se maintenir durablement sans plus de réformes ? - Décryptage avec Samy Chaar, chef économiste chez Lombard Odier. - Intégrale Bourse, du lundi 30 mai 2016, présenté par Guillaume Sommerer, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Yannick Lopez, directeur de la gestion taux chez OFI AM, a analysé les mouvements sur les marchés obligataires. - Intégrale Bourse, du lundi 30 mai 2016, présenté par Guillaume Sommerer, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
La politique monétaire menée par la BCE, conjuguant taux d'intérêt négatifs, achats de titres sur les marchés financiers et prêts très avantageux aux banques, est la cible de plusieurs critiques. En Allemagne, certains responsables politiques lui reprochent de pénaliser les retraités modestes et de favoriser les partis d'extrême droite. Alors, la politique accommodante de la Banque centrale européenne va-t-elle trop loin dans sa volonté de soutenir l'économie ? Pour François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, qui est aussi membre du conseil des gouverneurs de l'institution de Francfort, la politique non conventionnelle menée actuellement par la BCE "est indispensable". - 18h l'heure H, du mercredi 18 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Pauline Tattevin, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Gilles Moëc, chef économiste chez Bank of America-Merrill Lynch a décrypté l'actualité macro-économique, du jeudi 12 mai 2016. La banque centrale nippone (BoJ) envisagerait d'élargir sa politique de taux d'intérêt négatifs à ses programmes de soutien au crédit, a rapporté l'agence Bloomberg. Cette option pourrait être alors dévoilée lors de la réunion de politique monétaire les 27 et 28 avril. - Intégrale Bourse, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Mario Draghi à l'offensive face à Wolfgang Schäuble. Le Président de la Banque centrale européenne a profité du sommet de la Banque asiatique de développement ce lundi à Francfort, pour répondre une nouvelle fois aux critiques du Ministre allemand des Finances. Celui-ci accuse sa politique de taux zéro de ruiner les épargnants allemands. 'Les taux très bas ne sont pas le problème,' a estimé Mario Draghi. 'Ils sont le symptôme d'un problème sous-jacent, à savoir, une demande d'investissement insuffisante à travers le monde pour absorber toute l'épargne disponible dans l'économie. Et donc, la bonne manière de relever les défis posés par les taux bas n'est pas d'essayer de supprimer les symptômes, mais de traiter les causes sous-jacentes.' Pour Mario Draghi, relever les taux dans le contexte actuel de croissance faible et d'inflation négative conduirait à la récession. Il le répète, même si ses effets se font attendre, la stratégie d'assouplissement quantitatif est la meilleure option pour relancer le crédit, la consommation et l'investissement.
Vidéos A la une
Mario Draghi s'est porté à la rescousse des banques ce lundi à Bruxelles. Le président de la banque centrale européenne a profité de son intervention au parlement européen pour souligner les progrès réalisés depuis la crise de 2008 : hausse des fonds propres et régulation renforcée. Il s'est aussi montré rassurant quant à la capacité de la zone euro de solder sans vagues ses créances douteuses. 'Il y a un sous-ensemble de banques avec des niveaux élevés de prêts non performants. Toutefois, ces prêts ont été identifiés lors de stress-tests, réalisés pour la première fois sur la base d'une définition commune, et les montants adéquats ont depuis été provisionnés. Nous sommes donc bien placés pour réduire ces créances douteuses de manière ordonnée au cours des prochaines années,' a assuré Mario Draghi. L''Italie':http://www.wsj.com/articles/italian-banks-are-all-in-it-togetherand-that..., qui a tardé à réunir ses créances douteuses au sein d'une bad bank, est la première concernée. Mais depuis janvier, c'est tout le secteur bancaire européen qui dévisse en bourse. En cause : 'tout ce qui entame les profits des banques':http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2016/02/12/le-grand-toboggan-..., du ralentissement de la croissance mondiale à la chute des cours du brut en passant par les taux de dépôt négatifs de la BCE. La sanction boursière infligée aux banques a d'ailleurs été évoquée par Mario Draghi. 'A la lumière des récentes turbulences financières, nous allons analyser l'état de la transmission de nos impulsions monétaires par le système financier, et en particulier par les banques,' a-t-il déclaré. Les banques ne sont pas près de sortir de l'ornière alors que la BCE pourrait procéder à un élargissement de son programme d'assouplissement monétaire début mars.
Vidéos A la une
Alexandre Maï, candidat des Talents du Trading - saison 4, était l'invité d'Intégrale Bourse, du vendredi 4 décembre 2015. - Avec: Julien Nebenzahl, membre du jury Les Talents du Trading saison 4. Et Marie-Capucine Lemétais, responsable des Talents du Trading chez Saxo Banque. - Intégrale Bourse, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Débrief de la séance du vendredi 4 décembre 2015. - Avec: Julien Nebenzahl, président de Futur Asset Management. Samy Chaar, chef économiste chez Lombard Odier. Nicolas Chéron, stratégiste chez CMC Markets. Et Sabrina Quagliozzi, correspondante BFM Business à New York. - Intégrale Bourse, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Comme prévu, lors de sa conférence de presse mensuelle, Mario Draghi a annoncé que le taux de dépôt de la Banque centrale européenne passera de -0,20 % à -0,30 %. Et le programme de rachats d'actifs est prolongé jusqu'en mars 2017. - Avec: Guillaume Menuet, chef économiste pour la zone euro chez Citigroup. - Intégrale Bourse du vendredi 4 décembre 2015, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.

Pages

Publicité