Vidéos à la une
Le procès de l'affaire des "mariages chinois" interrompu avant son ouverture en avril par le suicide du sénateur-maire socialiste Jean Germain, reprend ce mardi à Tours. L'origine de cette affaire remonte à la période 2007-2010 où des couples chinois venaient renouveler symboliquement leurs voeux de mariage à la mairie de Tours avant de visiter les châteaux de la Loire. L'organisatrice de ces noces romantiques est soupçonnée de prises illégales d'intérêts et de détournements de fonds publics. La mort du maire de Tours pèsera forcément sur le débat, le procès doit durer jusqu'à jeudi.
Vidéos à la une
Deux cérémonies ont été organisées vendredi à Tours pour rendre hommage à l'ancien maire de la ville, Jean Germain. L'une a rassemblé 500 personnes, l'autre 800. Des fleurs ont été déposées aux pieds du monument aux morts de la ville. Le sénateur socialiste s'est suicidé mardi alors qu'il devait comparaitre comme prévenu dans le procès dit des "mariages chinois". Emus, les Tourangeaux se sont exprimés au micro de BFMTV.
Vidéos à la une
L'ex-maire de Tours et sénateur Jean Germain s'est donné la mort avec un fusil de chasse. Poursuivi pour "complicité" dans une affaire de simulations de mariages pour touristes chinois, qui ont donné lieu à des malversations, il a laissé une lettre de protestation et d'adieu. "Jean Germain est mort parce qu'il a été sali par des ragots portés avec des arrière-pensées politiques", a expliqué son avocat Dominique Tricaud.
Politique
Alors que s’ouvrait le procès de l’affaire des "mariages chinois", l’ancien édile de Tours a été retrouvé mort par la police, ce mardi matin. Retour sur cette figure emblématique d’Indre-et-Loire.
Vidéos à la une
Le sénateur PS Jean Germain, ancien maire de Tours, ne s'est pas présenté ce mardi à l'ouverture du procès des "mariages chinois" auquel il devait comparaître comme accusé. Contacté par BFMTV, son avocat, Dominique Tricaud, est "très inquiet" et "bouleversé". Il a laissé "des lettres d'adieu", a annoncé son avocat.
Société
Jean Germain devait comparaître ce mardi pour "détournement de fonds publics". Mais l'ancien édile ne s'était pas présenté à la justice et avait laissé une lettre d'adieu. Les policiers l'ont retrouvé mort près de son domicile.
Publicité