Vidéos à la une
'Aquarius' a été l'un des films les plus encensés cette année à Cannes. Le réalisateur brésilien Kleber Mendonça Filho raconte l'histoire d'une femme extraordinaire qui lutte seule contre une puissante entreprise immobilière. Clara, une ancienne journaliste de musique de 66 ans qui a survécu à une cancer essaye de profiter tranquillement de la retraite jusqu'au jour où elle est forcée d'aller en guerre contre une entreprise de construction qui veut démolir le bâtiment où elle vit pour construire à la place un complexe de luxe. Le grand thème de ce film c'est la mémoire. Clara refuse de quitter l'appartement parce que le bâtiment où elle a toujours vécu est sa propre histoire. Le personnage joué par Sonia Braga est une héroïne des temps modernes, une femme forte, indépendante et sensuelle qui ne cherche pas l'approbation des autres, des amis ou de sa famille, pour défendre ce en quoi elle croit. Sonia Braga est une icône de la télévision et du cinéma au Brésil. Elle a aussi fait une carrière aux Etats-Unis où il a reçu trois nominations pour un Golden Globe. Aquarius est une oeuvre majeure du cinéma brésilien qui aborde des questions intimes et personnelles et en même temps elle nous montre la violence des rapports de classe, la corruption et le népotisme. Le film sera dans les salles de cinéma dans une cinquantaine de pays dans les prochains mois. Bon film, à bientôt.
Vidéos Argent/Bourse
Virginie Grolleau, journaliste à L'Obs, Olivier Marin, rédacteur en chef Explorimmo / Le Figaro et Marie Coeurderoy, chroniqueuse de BFM Business, ont commenté l'actualité immobilière. - Intégrale Placements, du mercredi 18 mai 2016, présenté par Cédric Decoeur, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
En France, plus de 800 000 transactions immobilières ont été effectuées en 2015. La reprise se poursuit cette année et une hausse de 2 à 3% de ce chiffre est prévue. Les prix, qui varient d'une région à l'autre, sont stables. Les taux d'intérêt inférieurs à 2%, quant à eux, sont exceptionnels. Malgré ces excellentes opportunités, on remarque une certaine hésitation des acquéreurs. Ces derniers ne se sentent pas en sécurité à cause des différentes lois mises en place actuellement par les politiques. Est-ce le bon moment pour faire des achats ? Doit-on s'attendre à une hausse des prix dans les prochains mois ? - Avec: François Gagnon, président ERA Europe et ERA France. - Intégrale Placements, du lundi 16 mai 2016, présenté par Cédric Decoeur sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Pierre Chevillard, rédacteur en chef des publications immobilières PAP, Jérôme Porier, journaliste au Monde, et Marie Coeurderoy, chroniqueuse de BFM Business, ont commenté l'actualité immobilière. Les taux de crédit immobilier poursuivent leur baisse historique. Récemment, l'observatoire Crédit Logement a annoncé que le taux moyen toutes durées confondues est à 1,80 % contre 0,20% en mars et avril dernier. Une stabilisation de la situation est-elle à prévoir d'ici le mois de juin ? Les taux vont-ils remonter ou continuer leur baisse sur le reste de l'année ? Quels en sont les avantages pour les emprunteurs ? - Intégrale Placements, du mercredi 11 mai 2016, présenté par Guillaume Sommerer, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Alors que les trois quarts des Européens vivent en ville, quels sont les enjeux économiques de l'intégration urbaine ? Dans cette édition, nous parlons de l'accès au logement pour les plus vulnérables et de l'impact sur les infrastructures de l'arrivée de migrants avec des exemples d'initiatives en Espagne et en Finlande. Nous recueillons aussi le point de vue de la présidente d'Eurocities et maire de Nantes, Johanna Rolland et de la Commissaire européenne chargée de la politique régionale, Corina Cretu. Un Européen sur onze est en situation de privation matérielle d'après certains critères statistiques. Ils sont 30% à ne pas pouvoir faire face à une dépense imprévue et plus d'un sur dix consacre 40% de son budget à se loger.Certains ne peuvent pas couvrir leurs besoins de base, ils doivent s'éloigner des centres-villes où se trouvent les emplois, ils ne sont plus en mesure de travailler et finissent par dépendre des allocations. Ce qui engendre un coût pour les collectivités, notamment locales. Notre reporter Monica Pinna est allée voir comment une grande ville comme Barcelone gère les choses. Dans la capitale catalane, environ 10.000 logements sont accessibles pour un prix inférieur au marché et spécifiquement destinés aux personnes vulnérables, soit moins de 2% des hébergements de la ville. 'Barcelone compte 1,5% de logements sociaux, indique notre reporter avant d'ajouter : En comparaison, c'est 48% à Amsterdam ; Berlin, Londres et Paris complètent le quatuor de tête des villes européennes au parc HLM le plus développé.' Logement : une révolution est en marche à Barcelone Mais le nouveau conseil municipal de gauche, dirigé par Ada Colau, figure des Indignés, a décidé de faire du logement une priorité. Il inflige des amendes aux banques propriétaires de biens vides, acquiert de nouveaux logements pour accroître l'offre sociale, restaure l'existant et fait construire 2000 autres hébergements. Ce qui a déjà engendré pour la Ville, une dépense de 29 millions d'euros en huit mois. 'Le gouvernement catalan a déjà dépensé 12 millions en aides à la location pour aider les gens qui n'allaient pas être capables de payer leur loyer ou qui ne pouvaient déjà plus le payer, souligne Vanesa Valiño qui dirige le service logement au Conseil municipal de Barcelone. En faisant cela, poursuit-elle, la Ville évite de devoir leur attribuer un logement social.' Parmi les 3000 foyers aidés par la municipalité, Jorge Olaria Villar et son fils. Ils ont emménagé dans un logement social en décembre. Une association, la Plateforme des victimes des crédits hypothécaires (PAH) co-fondée par l'actuelle maire, les a aidés à éviter l'expulsion. 'J'ai vécu dans un sous-sol pendant sept ans jusqu'à ce que je perde mon emploi, raconte-t-il. Un jour, ils sont arrivés avec un papier comme quoi j'étais expulsé, cela faisait trois ans que je ne payais plus le loyer ; aujourd'hui, je verse 20% de mon revenu pour l'appartement : 85 euros par mois,' dit-il. Hoy euronews ha venido a entrevistar a Jorge de PAH_BCN para conocer la aplicación de la Ley 24/2015 #ILPesLey pic.twitter.com/llnWwlWUXM- afectadosxlahipoteca (@LA_PAH) March 11, 2016 Pressée par l'association PAH, la Ville a pris d'autres mesures : elle peut demander aux grands groupes - comme les banques - qui sont propriétaires d'appartements vides d'en faire des hébergements d'urgence pour les expulsés. De plus, elle considère désormais que ceux qui risquent de perdre leur appartement ont droit à un logement social. 'Il y a environ trente expulsions par jour à Barcelone dont plus de la moitié pour non-paiement du loyer, explique Luis Manuel Sanmartín, militant de l'association. On veut que ces 2500 appartements qui sont vides dans la ville fassent partie de l'offre sociale,' insiste-t-il. La municipalité de Barcelone a d'ores et déjà racheté 455 logements en négociant avec les banques qui les détenaient. LuchoMasan gracias a #PAH por la ayuda y las informaciones por nuestro #realeconomy sobre #inclusiónsocial pic.twitter.com/PSAuDp8CUP- Monica Pinna (_MonicaPinna) March 11, 2016 Johanna Rolland, d'Eurocities : 'Les politiques européennes doivent être pensées avec les villes' Evidemment, l'exemple de Barcelone n'est pas transposable partout ailleurs et c'est là qu'un réseau comme Eurocities prend tout son sens : il réunit les maires de 130 villes à travers l'Europe autour du partage d'expérience.Fanny Gauret a rencontré Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente d' Eurocities. Elle a commencé par lui demander quel était le plus grand défi que les villes européennes devaient relever aujourd'hui. Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente d'Eurocities : 'Le premier, c'est la question du logement. Demain, à l'échelle de l'Europe et même du monde, les villes seront amenées à concentrer beaucoup de population. Nous avons d'une part, des difficultés - par exemple, des enjeux de précarité, environnementaux -, mais surtout, d'autre part, des solutions. Pour être efficaces, les politiques européennes doivent être pensées avec les villes, parce que les villes, c'est du concret, ce sont des leviers : dans ma ville, par exemple, demain, on aura construit 6000 logements par an, 2000 logements sociaux. On se donne les moyens d'être actifs sur ces sujets. Quand on soutient une telle politique de logement, c'est aussi un soutien à l'économie locale et à l'emploi local.' Johanna_Rolland #urbanagenda 'To be efficient, EU policies have to be designed with cities' #realeconomy euronews pic.twitter.com/TQhVOrueKM- Fanny Gauret (@FannyGauret) March 17, 2016 Fanny Gauret, euronews : 'En matière de transport, si vous aviez des solutions à mettre en place, ce seraient lesquelles ?' Johanna Rolland : 'La responsabilité de nos villes, de nos grandes métropoles, c'est d'avoir une vision stratégique des enjeux d'intégration. Quand je regarde aujourd'hui en Europe, je vois des villes comme les nôtres où il y a le coeur de ville qui est traversé tout comme les quartiers populaires par un réseau de transports, cela crée du lien. Quand je regarde d'autres situations où il y a le coeur de ville, le périphérique et au-delà, les quartiers populaires : dans ces cas-là, on peut être très offensif en termes de politique sociale par exemple. Mais si la fracture physique est trop forte, la fracture dans les têtes en termes d'inégalités, de division, de segmentation reste présente.' Fanny Gauret : 'Parmi toutes les villes que vous représentez en tant que présidente d'Eurocities, est-ce qu'il y en a une en particulier qui vous paraît être un bon modèle ?' Johanna Rolland : 'Nos villes sont diverses, elles n'ont pas les mêmes histoires, pas les mêmes parcours. Je regarde avec attention ce que fait Amsterdam par exemple sur les enjeux de transition numérique, mais je regarde aussi avec attention ce que fait Barcelone, notamment sur la question culturelle. On a beaucoup échangé récemment avec les villes allemandes, y compris sur la question difficile des réfugiés. Quand on regarde ce que fait une ville comme Vienne par exemple, en particulier sur la question du logement abordable, on voit qu'il y a des choses dont on peut s'inspirer les uns les autres pour être plus imaginatifs, plus efficaces et pour porter au niveau européen, un certain nombre de solutions.' 'L'an dernier, dix fois plus de demandeurs d'asile sont arrivés en Finlande' On ne peut pas parler d'intégration urbaine sans évoquer l'arrivée en Europe depuis des décennies, de migrants en situation régulière ou en demande d'asile. Aujourd'hui, ils viennent par la plupart de pays en proie aux violences comme la Syrie, l'Afghanistan et l'Erythrée. Pour l'économie européenne, les effets sont positifs à court terme : la demande intérieure augmente avec les dépenses des gouvernements pour loger et soigner ces nouveaux arrivants. Mais à moyen et long terme, l'impact sur le PIB dépendra de l'intégration de ces populations à un marché du travail axé sur la flexibilité et les compétences. Dans ce contexte, notre reporter Monica Pinna s'est rendu à Vantaa en Finlande pour voir ce qu'on y fait en matière d'emploi et de prestations sociales. A Vantaa, toutes les cultures se cotoyent. Cette ville située près d'Helsinki accueille la plus forte proportion de personnes issues de l'immigration à l'échelle du pays. Nous rencontrons chez elle, Samira Chakir : elle fait partie des quelque 30.000 immigrés qui vivent ici. Elle est arrivée du Maroc il y a dix-neuf ans, un diplôme de droit en poche. Cette mère de cinq enfants travaille aujourd'hui dans un centre pour les réfugiés. 'En 1997, quand je suis arrivée en Finlande, je n'arrivais pas à trouver des cours de finnois, raconte-t-elle avant d'ajouter : A l'époque, les choses étaient faciles pour les réfugiés, mais pas pour moi.' La Ville de Vantaa s'est dotée d'un programme multiculturel Vantaa dispose aujourd'hui d'un programme multiculturel qui favorise l'accès des immigrés à l'emploi par le biais de l'éducation et de la formation. L'ONG Société internationale Hakunila notamment organise des cours de finnois et collabore avec les autorités locales en vue d'aider les immigrés. L'an dernier, 3000 personnes ont participé aux activités de l'organisation. 'Les problèmes à résoudre sont de tout ordre : comment obtenir un permis de conduire, gérer la garde des enfants ou encore toucher des prestations de retraite,' énumère Burhan Hamdon, son directeur exécutif. L'Agence locale pour l'emploi et la Ville envoient aussi leurs agents plusieurs fois par semaine au siège de l'ONG comme Suvi Lindén : 'J'aide les personnes à trouver un emploi, à se porter candidates à un poste et aussi à faire une demande pour différents types de formation,' explique cette spécialiste des questions d'immigration à l'Agence de développement économique et de l'emploi. Un défi social, politique et économique à l'échelle de l'Union européenne Comme nous l'indique Monica Pinna, 'Plus de 33,5 millions de personnes nées en dehors de l'Union vivent dans les différents Etats membres. Quant aux demandeurs d'asile, leur nombre a augmenté de plus de 150% au troisième trimestre 2015 par rapport à la même période l'année précédente au niveau européen : leur accueil est un défi social, politique et économique.' Ces dernières années, la Finlande enregistrait environ 3000 demandes d'asile par an, mais l'an dernier, leur nombre a dépassé les 32.000. 'L'an dernier, dix fois plus de demandeurs d'asile sont arrivés en Finlande,' souligne Hannele Lautiola, directrice des affaires multiculturelles au sein de la municipalité. 'On estime qu'environ 40% de ces demandeurs obtiendront un titre de séjour,' précise Anna Cantell-Forsbom dirige le service de la famille. 'Il nous faut bien sûr, beaucoup plus de services dédiés à ces arrivants,' renchérit Hannele Lautiola. L'Europe a mis en place le Fonds Asile Migration Intégration (FAMI) doté de 3,14 milliards d'euros pour promouvoir une gestion plus efficace des flux migratoires et développer une approche commune de l'asile et de l'immigration. Le Royaume-Uni est le premier bénéficiaire de ce Fonds, il est suivi par l'Italie et la France. Corina Cretu : 'Pour la première fois, nous allons donner des fonds directement aux villes' Que font les villes pour se développer et intégrer de nouvelles populations quand elles sont confrontées à cette arrivée de migrants ? Comment les politiques européennes se traduisent-elles concrètement ? Nous avons interviewé à ce sujet, la Commissaire européenne chargée de la politique régionale Corina Cretu. Maithreyi Seetharaman, euronews : 'Comment intégrer les migrants en situation régulière et les demandeurs d'asile sans délaisser les populations autochtones vulnérables ? Et avec quel argent ?' Corina Cretu, Commissaire européenne chargée de la politique régionale : 'C'est le plus grand défi que nous devons relever dans l'Histoire avec un nombre record de personnes déplacées qui arrivent en Europe et comme vous l'avez dit, nous avons déjà dans nos pays, des catégories de populations vulnérables. Plus de 120 millions d'Européens sont menacés par la pauvreté et bien sûr, nous devons aujourd'hui tenir compte de cette nouvelle priorité, à savoir gérer la crise des migrants. Il est très important de dire aux citoyens et aux villes que nous sommes au début d'une nouvelle période de programmation. On dispose de 450 milliards d'euros provenant de la politique régionale. Un montant qui avec la contribution des Etats membres, passera à 600 milliards. Grâce à tout cet argent, on veut s'attaquer à ces questions d'inégalité.' EU Urban agenda funds to go directly to cities to tackle integration & migration challenge #realeconomy euronews pic.twitter.com/3UqLit9M1H- Maithreyi (maithreyi_s) March 17, 2016 Maithreyi Seetharaman : 'Cette politique qui part de l'échelon européen pour atteindre le niveau des villes suscite-t-elle des réactions positives ou négatives ?' Corina Cretu : 'Concernant cette politique qui fait l'objet de discussions entre Etats membres, les maires sont les premiers qui doivent mener des actions et des mesures rapides pour faire face aux flux migratoires. Pour la première fois, il n'y a aucune réticence à ce sujet. C'est la première fois que sur les sept prochaines années, nous allons donner des fonds directement aux villes : 16 milliards d'euros seront versés aux villes dans les domaines qui représentent les plus grands défis, c'est-à-dire le logement et la gestion des groupes de population vulnérables. On a beaucoup d'exemples de villes qui gèrent déjà ces questions par exemple en Allemagne ou aux Pays-Bas. Mais dans d'autres pays, les collectivités locales ne savent vraiment pas quoi faire et on est là pour leur fournir de l'assistance technique.' Maithreyi Seetharaman : 'En 2016, sur quels aspects les villes devront-elles concentrer leurs efforts ?' Corina Cretu : 'L'intégration sociale sera de mon point de vue, la notion la plus importante de ces prochaines années. Mais il faudra aussi soutenir les start-up, favoriser l'efficacité énergétique, développer l'offre de logement, réhabiliter les zones urbaines défavorisées, créer des emplois, investir dans l'éducation, la santé... Ce sont toutes des priorités de la politique régionale pour les sept prochaines années.'
Vidéos à la une
Globalement, le marché immobilier est très dynamique cette année. Le rythme de progression est soutenu, même si la hausse de 10% attendue ne sera probablement pas atteinte. Dans le secteur de l'immobilier neuf, les ventes des promoteurs ont augmenté de 20% durant les 9 premiers mois, par rapport à celles de 2014. L'immobilier collectif a également bondi de 8,9%. - Avec: Michel Mouillart, professeur d'économie à Paris X. - Intégrale Placements, du jeudi 10 décembre 2015, présenté par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Benjamin Netanyahu et son Likoud sont-ils en passe de perdre les élections ? Oui, si l'on en croit les derniers sondages d'opinion autorisés à deux jours du scrutin législatif. L'opposition de centre-gauche surfe sur le 'Tout sauf Netanyahu' et semble pouvoir compter sur les partis arabes. Pourtant, quand il a convoqué ce scrutin anticipé en décembre, le Premier ministre semblait en position de force. Ce n'est plus le cas comme le dit ce résident de Tel Aviv : 'Je pense que Bibi est dépassé, on a besoin d'une révolution, d'un changement durable'. Récemment interviewé, Benjamin Netanyahu essayait de convaincre les indécis de voter pour son camp, l'écart est serré et il a vu le danger : 'Je suis certainement inquiet, je pense que quiconque constate ce fossé, comprend que nous n'avons plus beaucoup de temps pour le combler, ou sinon le nouveau Premier ministre d'Israël sera Tzipi ou Herzog, avec le soutien des Arabes.' Netanyahu a centré sa campagne électorale sur les questions de sécurité, la menace nucléaire iranienne, mais les priorités des électeurs sont économiques : flambée des prix des logements, augmentation du coût de la vie... Le conflit avec les Palestiniens a été peu abordé. Les électeurs en ont assez du va-t-en guerre Bibi et lui préférerait Isaac Herzog, surnommé 'Bougie' : 'Nous travaillons pour le changement, nous poussons en faveur du changement, il y a encore du chemin à faire mais nous espérons gagner'. Si le Likoud de Netanyahu obtient bien moins de sièges que les travaillistes à la Knesset, ensuite tout reposera sur le jeu des Alliances. La Liste commune des quatre partis arabes, les centristes et les socialistes soutiendraient l'Union sioniste d'Isaac Herzog et de Tzipi Livni. Est-ce-que ce sera suffisant pour 'déboulonner' Netanyahu ? Cela reste à voir.
Vidéos à la une
Le prix des logements en Grande Bretagne a connu sa plus forte baisse en près de deux ans au mois de mars selon une étude du prêteur immobilier Halifax. Cette information est plutôt...
Vidéos à la une
“Mes amis, au secours… Une femme vient de mourir gelée. Il faut que ce soir même, dans toutes les villes de France, des pancartes s’accrochent sous une lumière dans la nuit où l’on lise...
Vidéos Argent/Bourse
Le 20 décembre, l'année a été marquée par le shutdown, la reprise du marché de l'immobilier américain, l'annonce du tapering, la crise chypriote... Et la petite année de Laure Closier ,...
Vidéos à la une
Après vingt ans de procédure, une décision de justice a ordonné la démolition d’une luxueuse villa à Ramatuelle dans le Var, en France. Le permis de construire avait été délivrée pour 900...
Vidéos Argent/Bourse
Le 27 août, Laurent Vimont, président de Century 21 fait le point avec Stéphane Soumier sur la situation du marché immobiler du moment, interviewé par Stéphane Soumier dans Good Morning...
Publicité