Vidéos A la une
Marc Trévidic avait mis en examen Larossi Abballa en 2012, le jihadiste qui a assassiné le couple de policiers des Yvelines. "Je me souviens que dans le dossier il y avait un bout de papier avec des repérages de commissariats, je crois même qu'il y avait des mosquées (...) Le projet immédiat c'était d'aller s'entrainer au Waziristan, zone frontalière du Pakistan et d'Afghanistan qui était tenue par al Qaeda. L'entraînement a pour but de passer à l'action après, ce n'est jamais anodin", a expliqué le Ancien vice-président chargé de l'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris dans une interview accordée à Ruth Elkrief sur BFMTV, ce vendredi.
Vidéos A la une
Ancien vice-président chargé de l'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris, Marc Trévidic a mis en examen Larossi Abballa en 2012, avant qu'il ne soit condamné en 2013. Le profil du tueur du couple de policiers des Yvelines l'avait inquiété. "C'était quelqu'un d'hermétique, il était impossible d'ouvrir un dialogue. (...) Il était complétement fermé. Il ne répondait pas aux questions, il niait tout. Il était dans une position de fermeture totale", raconte le juge. "Ça fait partie des personnes pour lesquelles quand on a fini l'instruction on se dit nécessairement qu'on le reverra", se souvient-il dans une interview accordée à Ruth Elkrief pour BFMTV.
Vidéos A la une
Invité du 16/18 de LCI, pour présenter son roman "Ahlam", l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic a assuré que beaucoup de gens qui sont partis en Syrie ne sont "pas radicalisés". Il a expliqué que ceux-là avaient le goût de "l'aventure" et d'une "nouvelle vie". Selon lui, le jihadisme est devenu "une mode".
Vidéos A la une
Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste voit dans le départ de nombreuses jeunes filles pour le jihad un phénomène de mode. "C'est la mode chez les jeunes, c'est vachement bien d'être intégralement voilée de noire, avec une belle kalach'. Elles baignent là-dedans, ça fait branché", explique-t-il.
Vidéos A la une
Interrogé ce dimanche sur BFM Politique sur la question de la pertinence de ce régime d'exception en matière de lutte contre le terrorisme, le magistrat Marc Trévidic s'est montré prudent. "Il va falloir qu'au bout des trois mois d'état d'urgence, le gouvernement explique au parlement et aux Français ce que ça a donné", a-t-il prévenu.
Vidéos A la une
"Dans cette situation exceptionnelle, si on veut que je revienne faire de l'antiterrorisme, je reviendrai faire de l'antiterrorisme", a déclaré Marc Trévidic, ex-magistrat du pole antiterroriste du parquet de Paris, ce dimanche sur BFMTV.
Vidéos Vu à la télé
Samedi 14 novembre, l'ancien juge du pôle antiterroriste Marc Trévidic, qui officie aujourd’hui au tribunal de grande instance de Lille, est intervenu sur le plateau de France 2. Face à David Pujadas, le magistrat pointe du doigt les choix diplomatiques et économiques des pays qui ont contribué, au...
Vidéos A la une
Les juges antiterroristes Marc Trevidic et Nathalie Poux, après avoir dû y renoncer deux fois, doivent se rendre dimanche en Algérie, pour une autopsie des têtes des sept moines de Tibéhirine, assassinés en 1996.
Vidéos A la une
Marc Trévidic, juge antiterroriste était l'invité de BFM Story.
Publicité