Vidéos A la une
Le projet de loi de finance rectificative est débattu en séance publique à l'Assemblée nationale à partir de ce lundi. Le texte vise à engager la première étape de mise en oeuvre de la stratégie d'économies budgétaires du gouvernement, et inscrit dans la loi les mesures du Pacte de responsabilité et de solidarité. Ce collectif budgétaire prévoit notamment l'annulation de 1,6 milliards d'euros de crédits pour l'État, portant à 3,3 milliards la diminution des dépenses de l'État en 2014 par rapport à 2013. Il met également en oeuvre une réduction exceptionnelle de l'impôt sur le revenu pour les ménages dont le revenu fiscal de référence n'excède pas 1,1 SMIC pour un célibataire et le double pour un couple, le montant de la réduction étant fixé à 350 euros pour une personne seule et à 700 euros pour un couple. Une mesure ayant pour objectif de compenser les effets du gel du barème de l'impôt sur le revenu au titre des années 2011 et 2012. Le gouvernement met donc en oeuvre sa politique de l'offre, compensée par des mesures sociales destinées aux plus modestes. Cela suffira-t-il à satisfaire les députés frondeurs de la majorité ? Voteront-ils ce PLFR, et si ce n'est pas le cas, le gouvernement usera-t-il de l'article 49-3 de la constitution, arme ultime du Premier ministre, permettant l'adoption d'une loi sans vote ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Publicité