Vidéos A la une
La police belge a du faire usage de canons à eau pour disperser une centaine de manifestants quand des scènes de violence ont été constatées lors d'une manifestation à Bruxelles. 60 000 personnes sont descendues dans la rue pour protester contre des projets de réforme du travail, comme la possibilité pour des employeurs d'imposer à certaines conditions des semaines de 45h.
Vidéos A la une
Dans cet édition d'Europe weekly, Audrey Tilve revient sur cette première semaine de la Commission Juncker. Elle avait bien commencé. Le nouveau président Jean-Claude Juncker s'était même offert le luxe d'une mise au point visant les dirigeants David Cameron et Matteo Renzi pour leurs critiques envers Bruxelles. Mais le scandale des arrangements fiscaux entre le Luxembourg et de nombreuses multinationales a changé la donne. Jean-Claude Juncker s'est lui-même retrouvé sous le feu des critiques en tant qu'ancien Premier ministre du Luxembourg. Une affaire qui n'est pas de nature à apaiser la colère de ceux qui défient l'austérité. Ils étaient d'ailleurs plus de 100.000 à défiler jeudi dans les rues de Bruxelles contre les mesures du nouveau gouvernement. Enfin, nous évoquons le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin et recueillons les témoignages de deux eurodéputés, la Lettone Marju Lauristin qui participa activement à la libération de son pays du joug soviétique et le Polonais Jaroslaw Walesa, le fils du héros de Solidarnosc Lech Walesa.
Vidéos A la une
La manifestation qui a tourné à la confrontation en fin de parcours. Rassemblés à Bruxelles pour dénoncer les mesures d'austérité du nouveau gouvernement belge, quelques centaines de manifestants ont jeté des fusées et des pavés sur les forces de l'ordre qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des pompes à eau. Mais pour l'essentiel, c'est dans le calme que s'est déroulé cette journée de mobilisation. Au moins 100.000 personnes ont défilé. Dans leur ligne de mire : la nouvelle coalition de centre-droit et ses 11 milliards d'économie. ' Je suis contre les mesures qui sont prises à l'heure actuelle. Je trouve cela trop dur. On change les règles du jeu en cours de route pendant qu'on travaille ', nous dit une manifestante. ' Je manifeste parce que les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres ', proteste un autre. Parmi les projets qui fâchent, la fin de l'indexation automatique des salaires et des allocations qui suivaient jusqu'ici l'inflation en Belgique, et la retraite à 67 ans en 2030. Les syndicats ont d'ores et déjà fixé le prochain grand rendez-vous. Le 15 décembre, ils promettent de paralyser toute la Belgique.
Vidéos A la une
A Bruxelles le premier ministre tunisien a été accueilli par une délégation de Femen. Les jeunes femmes protestaient contre l’emprisonnement de trois membres de leur groupe en Tunisie. Reçu au bureau d’Euronews, Ali Laarayedh a condamné cet évènement, au nom des femmes… “La femme libre, la...
Publicité