Vidéos A la une
La police malaisienne en est désormais convaincue. L'attaque à la grenade du 29 juin dans un restarurant de l'Etat de Selangor était bien l'oeuvre du groupe Etat Islamique. Deux suspects auraient reçu leurs instructions de Syrie. L'explosion avait fait huit blessés. L'Asie semble désormais être la nouvelle cible de Daech.
Vidéos Insolite
En Malaisie, un conducteur de pelleteuse a réussi à descendre une paroi avec son engin. Impressionnant !
Vidéos A la une
Le dessinateur kényan Gado et son homologue malaisien Zunar se sont vus remettre le prix international du dessin de presse. Un prix remis à Genève dans le cadre de la Fondation Cartooning for Peace, des dessins pour la paix. Kofi Annan est le président honoraire de cette fondation : 'Je suis toujours étonné par le talent créatif de ces artistes qui avec une seule image peuvent saisir les paradoxes et les absurdités des injustices d'un problème complexe. Bien mieux que ne pourraient le faire des centaines de discours. Des artistes comme Gado et Zunar prennent des risques pour dire la vérité. Ils méritent toute notre reconnaissance qui peut aussi participer de leur protection.' Gado : 'C'est un grand encouragement parce que quoi que vous fassiez il y a des gens qui sont derrière vous et ce sont des gens qui reconnaissent votre travail et cela vous aide à aller de l'avant.' Jusqu'à récemment Gado a travaillé pour le Daily Nation un des quotidiens les plus importants d'Afrique centrale et orientale. Il dénonce régulièrement l'avidité et la corruption du personnel politique. Gado : 'Je pense que ce que nous avons vu dans de nombreux pays africains c'est la diminution de l'espace des médias. Cet espace est un lieu de revendications et le défi c'est de toujours protéger cet espace.' Zunar est le dessinateur de presse le plus connu de Malaisie. Lui aussi par le biais de l'humour et de la dérision dénonce la corruption des élites ainsi que les abus de pouvoir. ll est actuellement l'objet de poursuites judiciaires dans le cadre d'affaires d'insurrection pour lesquelles il risque 43 années de prison. Zunar : 'Ce prix est très important pour moi parce qu'il peut faire pression sur le gouvernement de Malaisie. Et il peut aussi faire ouvrir les yeux de la communauté internationale sur mon cas et sur le degré de liberté d'expression et des droits de l'homme en Malaisie.' Tous ces témoignages du combat des dessinateurs pour la liberté d'expression sont exposés à Genève jusqu'au 4 juin. Signalons en France la disparition à 87 ans d'un grand dessinateur, Siné, un ancien de Charlie Hebdo. Il était l'un des derniers représentants de cette génération de grands caricaturistes des années 70 politiquement incorrects, réunis autour de Charlie Hebdo, comme Reiser, ou encore Wolinski et Cabu, assassinés en janvier 2015 dans l'attentat contre le journal.
Vidéos A la une
Les ouvriers d'un chantier en Malaisie ont fait une découverte terrifiante le 7 avril dernier. Ils ont en effet trouvé un python de huit mètres de long, pesant 250 kg. Ce python pourrait être le plus long serpent jamais capturé. (Images : Reuters TV)
Vidéos A la une
Il y a 2 ans, le MH370 s'est volatilisé mais un jeune sud-africain vient de révéler avoir découvert une pièce de métal d'un mètre de long retrouvée sur une plage du Mozambique. Un nouveau débris qui pourrait relancer l'enquête.
Vidéos A la une
Le lundi 21 décembre 2015, Benjamin Eymère, directeur général de Jalou Media Group, a commenté le lancement des nouvelles éditions de L'Officiel. Le magazine poursuit en effet son expansion en Asie, notamment au Japon et en Malaisie. Des projets sont également en cours pour se développer aux Etats-Unis. - Goûts de Luxe Paris, présenté par Vicky Bogaert, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Le sommet annuel de l'ASEAN, l'Association des nations du sud-est asiatique à Kula Lumpur, en Malaisie, a été l'occasion, outre les sujets économiques, d'afficher la détermination de ces pays à lutter contre l'extrémisme et le terrorisme. Ban Ki-moon, a appelé les Américains et les Russes à coopérer en ce sens. Le secrétaire général de l'ONU dévoilera un plan global à ce sujet début 2016. 'Détruire l'organisation Etat islamique n'est pas simplement un objectif réaliste, c'est un objectif que nous atteindrons, a assuré le président américain Barack Obama. Si la Russie cible ses efforts sur cette organisation, cela peut nous aider. Et je pense qu'avec la revendication de l'Etat islamique dans l'explosion de l'avion fin octobre, il y a une conscience plus aiguë de la part du président Poutine.' Les autorités russes ont annoncé ce dimanche que dix combattants ayant prêté allégeance à l'organisation Etat islamique ont été tués récemment lors d'une opération des forces spéciales dans une république du Caucase. Sur le front syrien, la flotte russe de la Caspienne a lancé ce vendredi 18 missiles de croisière sur des cibles de Daesh, à Raqqa, Idlib et Alep notamment. Quant au nombre de sorties aériennes russes en Syrie, il aurait doublé ces derniers jours.
Vidéos A la une
En visite à Kualalumpur en Malaisie, le président américain Barack Obama a promis de détruire le groupe Etat islamique et de couper son financement, une semaine après les attentats.
Vidéos A la une
Pourquoi le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s'est-il écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine ? On devrait avoir quelques éléments de réponse ce mardi, puisque le Bureau néerlandais pour la sécurité va rendre public à la mi-journée son rapport final sur les causes du crash de ce vol MH17. L'avion avait décollé d'Amsterdam à destination de Kuala Lumpur. A son bord, 298 personnes. *la cause, pas les responsables' En survolant la zone des combats dans l'est de l'Ukraine, l'appareil aurait été abattu. A-t-il été touché par un missile ? Les experts donneront leur version des faits. Pour autant, ils ne désigneront aucun responsable. Forces gouvernementales ukrainiennes et groupes séparatistes pro-russes se livraient à d'intenses combats dans cette zone à ce moment-là. Et jusqu'à présent, chaque camp a accusé l'autre d'être responsable du crash.
Vidéos A la une
Nomades sur la mer, les Bajaus vivent au grès des courants. Pour vivre, ils pèchent. C'est le produit de cette pèche qui les nourrit et qu'ils vendent pour acheter du riz ou réparer leurs navires.
Vidéos A la une
C'est un peuple qui s'éteint et sans doute avec lui sa culture, son histoire, sa langue. Les Bajaus sont des nomades apatrides qui naviguent entre la Malaisie, les Philippines et l'Indonésie. Un peuple de mers, qui vit sur des bateaux. Mais la pauvreté, la répression des autorités et l'évolution de l'écosystème marin détruisent leur mode de vie unique.
Vidéos A la une
Deuxième jour de manifestation et de contestation à Kuala Lumpur en Malaisie, où l'ancien dirigeant Mahathir Mohamad est apparu, comme la veille. Les Malaisiens se sont à nouveau rassemblés pacifiquement par milliers ce dimanche pour réclamer la démission du Premier ministre Najib Razak soupçonné de détournement. Ancien homme fort du pays, âgé aujourd'hui de 90 ans, Mahathir Mohamad a estimé que le chef du gouvernement ne démissionnerait pas. 'La seule façon pour le peuple de faire revenir l'ancien système est de destituer le Premier ministre. Et pour le destituer, le peuple doit montrer son pouvoir', a ajouté Mahathir qui fut peu tolérant envers la contestation quand il était au pouvoir, de 1981 à 2003. L'affluence ce dimanche après-midi semblait moins élevée que celle de la veille. Malgré l'interdiction des autorités, les manifestants ont répondu à l'appel du collectif Bersih, qui veut dire 'propre' en malais et dont la couleur est le jaune. Des manifestations ont été organisées dans d'autres villes. 'Nous montrons que le peuple a un pouvoir immense, indiquait un manifestant. Nous ne changerons pas les choses demain. Mais c'est un début qui montre que nous prenons une direction'. Les appels à la démission de Najib Razak se sont multipliés en juillet, après des révélations du Wall Street Journal selon lesquelles des enquêteurs malaisiens avaient découvert que l'équivalent d'environ 640 millions d'euros avaient atterri sur ses comptes personnels. Najib Razak a démenti tout acte répréhensible. Selon des ministres, il s'agirait de 'dons politiques' non identifiés venant du Moyen-Orient. Avec AFP
Vidéos A la une
Alors que la France s'apprête à lancer des recherches aériennes pour retrouver des débris du vol MH-370 de la Malaysia Airlines, celles-ci risque d'être perturbées par le mauvais temps.
Vidéos A la une
Les proches des disparus se méfient des déclarations du Premier ministre malaysien. Ghyslain Wattrelos, père de famille qui a perdu sa femme et deux de ses trois enfants dans ce vol, reste très suspect. "J'attends que le juge français le confirme à 100%" a-t-il déclaré au micro de TF1.
Vidéos A la une
La compétition entre l'enquête internationale et l'enquête française se poursuivait à coups de déclarations ce jeudi, concernant la découverte de coussins de siège et des vitres d'avion à La Réunion, où un premier fragment avait été retrouvé la semaine dernière. Annoncée par le ministre malaisien des Transports, l'information n'a pas été confirmée par le parquet de Paris. Détails.
Vidéos A la une
Sara Weeks, soeur d'une victime du MH370, a réagi aux annonces du parquet de Paris et du Premier ministre malaisien qui ne sont pas parvenus à accorder leurs violons quant à l'origine du fragment d'avion retrouvé à La Réunion. "Ils auraient du attendre d'être tous d'accord pour dire quelque chose", a-t-elle regretté.
Vidéos A la une
Le fragment d'aile d'avion retrouvé sur l'île de la Réunion appartient bien au MH370 de la Malaysia Airlines disparu en mars 2014. C'est ce qu'a indiqué ce mercredi soir le Premier ministre malaisien Najib Razak à Kuala Lumpur, après les premières analyses du fragment effectuées près de Toulouse en France. 'C'est le coeur lourd que je dois vous annoncer qu'une équipe d'experts internationaux a définitivement confirmé que le débris de l'avion trouvé sur l'île de La Réunion provient bien du MH370', a déclaré Najib Razak. (...) 'Nous avons maintenant la preuve physique que(...), le vol MH370 s'est terminé de manière tragique dans le sud de l'océan Indien', a ajouté le dirigeant malaisien. Mais quelques minutes plus tard à Paris, la justice française a été moins affirmative. Elle a parlé de 'très fortes présomptions.' Des présomptions basées sur le fait que le constructeur Boeing a confirmé que le flaperon provenait bien d'un 777 et sur la documentation technique communiquée par la compagnie Malaysia Airlines. 'Il a été permis d'effectuer un rapprochement entre la pièce examinée par l'expert et le flaperon du Boeing 777 du vol MH370, a déclaré le procureur-adjoint de la République Serge Mackowiak (...) Ces très fortes présomptions seront à confirmer par des analyses complémentaires qui débuteront dès demain'. Le Boeing 777 du vol MH370 effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin avec 239 personnes à bord. Il avait changé brusquement de cap, une heure après le décollage et cesser tout contact avec les contrôleurs aériens. Sa trace s'était perdue au-dessus de l'océan indien. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
Problème technique, incendie, détournement... L'enquête sur la disparition mystérieuse du vol MH370 de la Malaysia Airlines aura duré près d'un an et demi, sans succès. Retour sur une affaire qui a suscité l'émoi dans le monde entier.
Vidéos A la une
Le Premier ministre malaisien a annoncé ce mercredi soir que le débris retrouvé à La Réunion appartient bien au vol MH370 disparu le 8 mars 2014. "L'équipe internationale a conclu que le débris retrouvé appartient en effet au vol MH 370", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Juges, gendarmes et experts aéronautiques français et malaisiens se sont réunis pendant près de deux heures au palais de justice de Paris ce lundi pour coordonner leur action dans l'enquête sur la disparition du vol MH370. Aucune déclaration n'a été faite à la fin de la réunion qui s'est déroulée deux jours avant le début de l'expertise du flaperon retrouvé sur une plage de La Réunion et transféré le week-end dernier près de Toulouse. Ce morceau d'aile d'avion appartient-il à l'avion du vol MH370 de la Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin et mystérieusement disparu le 8 mars 2014 ? Des millions de personnes dans le monde attendent la réponse. Située à 200 km de La Réunion, l'île Maurice a annoncé ce lundi qu'à la demande de la Malaisie, elle allait entamer des recherches pour localiser des débris éventuels. Par ailleurs, selon l'université de Cologne, un de ses chercheurs a identifié les crustacés accrochés au flaperon. Il s'agirait des anatifes évoluant dans des zones marines fraîches, au sud-ouest de l'Australie, là où s'étaient concentrées les recherches l'an dernier. Avec AFP
Vidéos A la une
Le débris d'avion trouvé à la Réunion est arrivé ce matin à l'aéroport d'Orly à Paris. Il doit désormais être acheminé à Toulouse dans le sud-ouest de la France. C'est là que se trouve un laboratoire d'analyses spécialisé, qui dépend du ministère de la défense. #MH370 : le débris découvert à La Réunion est arrivé à Paris http://t.co/ri8wc2drtT #AFP pic.twitter.com/T6kjDWYk08- Agence France-Presse (@afpfr) 1 Août 2015 Les experts vont tenter de déterminer si ce débris provient du Boeing de la Malaysia Airlines disparu depuis plus d'un an. Les autorités malaisiennes sont associées aux derniers développement comme le confirme le ministre des Transports, Liow Tiong Lai. 'Nous avons dépêché deux équipes, a-t-il précisé : l'une en France métropolitaine et l'autre à la Réunion. Celle-ci est chargée de voir s'il y a d'autres débris ou d'autres pièces d'avion échoués sur l'île'. Le morceau d'aile a été découvert mercredi sur la plage de Saint-André, dans le nord-est de la Réunion. Une valise marron retrouvée à proximité, a également été acheminée vers Paris pour y être là aussi analysée. Les familles des passagers du vol MH370 attendent beaucoup de ces derniers développements, avec l'espoir d'obtenir enfin quelques réponses au mystère qui entoure la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines.
Vidéos A la une
Le vol Air France, transportant un débris d'avion retrouvé à La Réunion et qui doit être expertisé pour déterminer s'il s'agit d'un débris du vol MH370 disparu depuis mars 2014, s'est posé samedi matin l'aéroport parisien d'Orly, selon Aéroports de Paris (ADP). Le vol AF671 s'est posé à 6H17 en provenance de Saint-Denis de la Réunion, précise ADP sur son site internet. Emballé dans une caisse, le débris doit maintenant être convoyé par la route, escorté par des gendarmes, dans un laboratoire près de Toulouse où il sera expertisé à partir de mercredi.
Vidéos A la une
Direction Paris avant Toulouse pour le débris d'avion retrouvé mercredi sur une plage de la Réunion. Il est déjà établi qu'il s'agit bien d'une pièce d'un Boeing 777, reste à déterminer s'il ce volet métallique, un 'flaperon', situé sur l'une des ailes de l'avion, appartient bien au vol MH370. Des experts en aéronautique, français et malaisiens, vont procéder à son examen à partir de mercredi. Le Boeing de la Malaysia Airlines reliant Kuala Lumpur à Pékin a disparu depuis le 8 mars 2014 avec 239 personnes à son bord. 'Sur cette pièce, on va, avec quasi certitude, dire : il n'y a pas eu d'explosion ou il n'y a pas eu de feu. Si l'appareil, par exemple, est tombé en piqué, les traces de compression sur ce flaperon seront très faibles, alors que s'il est tombé à plat, il y aura des traces extrêmement importantes. Donc on va éliminer certains scénarios grâce à ces indices, plutôt que d'en construire un', estime Bertrand Vilmer, expert en aéronautique. Cette pièce pourrait être la toute première trace du MH370. Car malgré la coopération internationale mise en place depuis un an et demi, l'épave de l'avion reste introuvable. Les recherches dirigées par l'Australie se sont concentrées jusqu'ici principalement dans le sud de l'Océan indien. D'autres objets tels qu'une valise ou des bouteilles de détergent vont également faire l'objet d'une étude approfondie.
Vidéos A la une
Un numéro partiel sur le débris d'avion retrouvé à La Réunion 'confirme qu'il provient d'un Boeing 777'. C'est ce qu'a indiqué ce vendredi le ministère malaisien des Transports. Mais il faudra encore faire preuve de patience avant de savoir si le fragment d'aile appartient bien à l'appareil de la compagnie Malaysia Airlines mystérieusement disparu le 8 mars 2014. Ce fragment et d'autres objets ont été retrouvés par des membres d'une association de nettoyage mercredi sur la plage de Saint-André dans le nord-est de l'île. 'Ce jour-là, vers 5h, je suis allé chercher un morceau de caillou, un morceau de pierre pour piler les épices. Et c'est là que j'ai vu les débris d'avion, a raconté Johnny Bègue. 'Au même endroit, dans les galets, un peu plus haut, à un mètre de l'aile de l'avion, on a retrouvé une bouteille où est écrit Indonesia Jakarta, a précisé Philippe Sidam, président de l'association. Nous ici, à la Réunion, on n'a pas trop de produits (indonésiens). Moi, personnellement, je ne connais pas de produits indonésiens (destinés à) La Réunion.' Le morceau d'aile, long de deux mètres, doit être transporté à Toulouse via un vol commercial d'Air France qui devait partir ce vendredi soir puis via un acheminement par la route, selon des sources aéroportuaires. Le fragment sera expertisé la semaine prochaine par un laboratoire dépendant du ministère de la Défense. AVec AFP
Vidéos A la une
Le morceau d'aile d'avion retrouvé sur une côte de La Réunion, dans l'océan Indien, va être expédié en métropole, où il doit être réceptionné samedi matin. Il sera analysé dans un laboratoire spécialisé à Balma, dans la banlieue de Toulouse. Des experts malaisiens se rendront sur place pour l'analyser et découvrir s'il appartient au Boeing 777 du vol MH370, disparu en mer en mars 2014.
Insolite
Grâce à une caméra équipée d’un flash infrarouge, des scientifiques ont récemment révélé les taches invisibles à l’œil nu de la panthère noire de Malaisie. Une découverte sans précédent qui permettra de recenser chaque félin.
International
Dix touristes sont actuellement recherchés sur l’île de Bornéo (Malaisie) après s’être dénudés au sommet d’une montagne sacrée. Selon les populations autochtones, leur geste aurait provoqué… un séisme.
Vidéos A la une
Le séisme intervenu en Malaisie ce jeudi a fait 11 morts. Huit personnes sont toujours portées disparues. Ce tremblement de terre de magnitude 6 avait secoué une partie de l'île de Bornéo.
Vidéos A la une
Les autorités malaisiennes poursuivent leurs investigations au sujet des tombes découvertes en début de semaine dans la jungle. Des tombes avec des restes humains qui seraient ceux de migrants venus de Birmanie et du Bangladesh. Les enquêteurs disent avoir arrêté une dizaine de policiers. Ils sont accusés de complicité avec des trafiquants présumés d'êtres humains. Pour plusieurs observateurs, ce sont de véritables réseaux qui avaient été mis en place, avec des passeurs, ainsi que des garde-frontières complices. Cette région servait de zone de transit. Une partie de ces migrants sont des Rohingyas. Cette minorité de confession musulmane vit en Birmanie mais elle est considérée comme apatride, et est victime de persécutions. En Birmanie, justement, le sujet semble agacer, au point que certains Birmans sont descendus dans la rue ce mercredi. Dans une manifestation organisée à Rangoon, ces bouddhistes nationalistes ont accusé l'ONU de trop en faire en faveur les Rohingyas. Cela témoigne en tout cas du sentiment anti-musulman dans ce pays, un climat qui contribue à accélérer l'exode des Rohingyas. Ces dernières semaines, plus de 3.500 migrants sont arrivés par la mer en Thaïlande, en Malaisie et en Indonésie. Un sommet régional se tient sur le sujet à Bangkok en Thaïlande, à partir de ce vendredi. - avec AFP
Vidéos A la une
La police malaisienne a entrepris des fouilles dans la jungle près de la frontière thaïlandaise, dans ce qui semble bien être des camps. Et c'est là que des restes humains ont été déterrés. Ces restes pourraient être ceux de migrants venus de Birmanie et du Bangladesh. Si c'est bien le cas, comment sont-ils arrivés là ? Ou devaient-ils aller ? Et comment sont-ils morts ? Autant de question qui attendent des réponses. Pour plusieurs ONG de défense des droits de l'homme, ces découvertes macabres semblent conforter l'hypothèse de trafics d'êtres humains. Il s'agirait de réseaux apparemment bien structurés, et qui, d'après ces ONG, disposaient de la complicité des garde-frontières. > Voir la page Facebook de l'ONG Tenaganita. Cette région servait de zone de transit. Les migrants étaient ensuite utilisés comme main d'oeuvre bon marché voire comme esclave. La Malaisie fait figure de pays prospère dans la région. C'est pourquoi elle attire de nombreux migrants, notamment les Rohingyas. Cette minorité vit en Birmanie mais elle y est victime de persécution. D'où l'exode via la Thaïlande, vers la Malaisie et l'Indonésie. Les Bangladais, eux, quittent leur pays pour échapper à la misère.

Pages

Publicité