Vidéos A la une
Trois jeunes filles, âgées de 16 et 17 ans, en stage dans une maison de retraite de Seine-et-Marne, ont été mises en examen vendredi pour violences en réunion avec préméditation, diffusion sur internet de scènes de violence et atteinte à la vie privée. La secrétaire d'État chargée de la Famille, de l'Enfance, des Personnes âgées et de l'Autonomie a souligné dimanche qu'il n'y avait pas eu de "maltraitance physique" mais des "humiliations", de la "violence verbale" et "une atteinte à la dignité de ces personnes". Laurence Rossignol juge que l'établissement scolaire comme l'EHPAD ont "très rapidement pris la mesure des faits".
Publicité