L’examen de ces 7 critères permet d’être sûr que l’établissement où vous envisagez de placer un proche ou de vous retirer n’est pas une pétaudière.

En juin 2017, une résidente de l’Ehpad de Neuvic-sur-l’Isle (24) a été trouvée ébouillantée. Ce n’est pas la première fois qu’une personne âgée est victime de négligence, voire pire. Toutes les précautions doivent être prises pour que l’entrée dans une une maison de retraite ne se transforme pas en voyage vers l’enfer. Intéressez-vous :

1 : à la solution d’hébergement proprement dite : selon l’état de santé de la personne âgée, 4 solutions sont possibles : les résidences-autonomie (ex-logements-foyers), les résidences services, les EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) et les USLD (unités de soin de longues durée). Existe aussi la possibilité d’un hébergement chez des accueillants familiaux.

Bon à savoir : les EPHAD présentent l’avantage d’être médicalisés.

2 : aux effectifs : c’est le problème essentiel. On demande parfois à 2 aides-soignantes de s’occuper d’une vingtaine de pensionnaires. C’est insuffisant : le ratio soignants/résidents considéré comme probant doit être de 0,6 (6 soignants pour 10 résidents). La moyenne actuelle est autour de 0,3. Si elle est trop basse, le risque de maltraitance existe.

3 : à l’emplacement : la maison de retraite doit être facile d’accès pour les amis et les parents du pensionnaire. La présence de transports en commun est un critère essentiel. Faute de desserte, les visites des proches s’espaceront, ce qui aggravera le sentiment d’abandon du résident.

Faites un tour dans l’établissement et observez l’attitude des pensionnaires. Elle en dit long. L’architecture des bâtiments doit être chaleureuse et ouverte sur l’extérieur. De façon générale, donnez la préférence à un établissement labellisé.Demandez aussi un exemplaire du contrat de séjour et du règlement intérieur.

4. aux tarifs : l’essentiel de la dépense est lié à l’hébergement : hôtellerie, restauration, entretien, animations. Vérifiez ce qui est compris dans le prix de journée et ce qui ne l’est pas. En fonction des ressources du pensionnaire et des établissements, des aides peuvent lui être allouées : il s’agit principalement de l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie), de l’APL (Aide Personnalisée au Logement) et de l’ASH (Aide Sociale à l’hébergement).

L'annuaire du portail www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr fournit des informations sur les prix et prestations des EHPAD. Un comparateur des prix et des « restes à charge » mensuels permet d’effectuer une comparaison sur la base d’une sélection de 2 ou 3 établissements.

5 : à la disposition de la chambre : c’est un espace privé dans lequel une personne âgée doit pouvoir apporter quelques meubles chargés de souvenir. Elle doit être équipée d’un cabinet de toilette (lavabo + WC + douche) individuel.

Renseignez-vous sur la permanence de nuit. Compte tenu de leur perte d’autonomie, les résidents en EHPAD ont souvent besoin d’une surveillance 24 h/24. Les chambres doivent être reliées à cette permanence.

6 : aux repas : lorsque l’on prend de l’âge, cela fait partie des derniers petits plaisirs quotidiens. Consultez les menus de la semaine et essayez de prendre un repas sur place avec les pensionnaires. L’agencement de la cantine a son importance. Tout ce qui favorise la communication joue positivement.

Publicité
7 : aux sorties : renseignez-vous sur leur fréquence. Comme les animations (spectacles, jeux de sociétés, etc.), elles permettent de rompre la monotonie du quotidien et favorisent une certaine mobilité intellectuelle grâce aux contacts avec le monde des actifs.

De même, les nouvelles technologies fournissent des outils pour maintenir une certaine activité intellectuelle et entretenir des relations sociales avec ses proches et le reste du monde.

En vidéo - Strasbourg : une maison de retraite permet aux plus anciens supporters d'assister aux matches du Racing

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet