Politique
En mars dernier lors d’une séance à l’Assemblée, le Premier ministre a été pris de forts tremblements à la main gauche. Rapidement, l’opposition, et notamment l’extrême droite, l’a attaqué sur sa "nervosité" et son état "anormal". Fallait-il réellement s’inquiéter ? Manuel Valls avait-il vraiment "perdu le contrôle" ? Eléments de réponse avec Stephen Bunard, coach et synergologue.
Publicité