Société
A l’issu du match de la France contre l’Irlande dimanche dernier, Antoine Griezmann a offert le ballon de la rencontre au fils du policier tué à Magnanville au début du mois.
Vidéos A la une
La police nationale est endeuillée après l'assassinat de deux policiers à Magnanville.
Vidéos A la une
Le 18 juin, les habitants de la commune de Mantes-la-Jolie (Yvelines) s'étaient rassemblés pour rendre hommage à Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider qui ont longtemps travaillé dans cette ville. Le lendemain, c'est la communauté musulmane de la commune qui a voulu se réunir pour dénoncer le crime de Larossi Abbala qui a tué les deux policiers à leur domicile le 13 juin dernier.
Vidéos A la une
Un millier de personnes se sont rassemblées à Mantes-la-Jolie (dans les Yvelines) pour saluer la mémoire de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider , ce couple de policiers assassinés ce 13 juin à leur domicile de Magnanville, qui ont exercé leur métier dans cette même ville. Cette brève marche blanche a abouti aux portes du commissariat où les deux agents ont travaillé.
Vidéos A la une
Lors de l'hommage à Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, les deux policiers tués à Magnanville, un policier a refusé de serrer la main à François Hollande, qui présidait la cérémonie, puis à Manuel Valls. "Je comprends ce geste", assure Marine Le Pen. "Il est éminemment symbolique, détaille la présidente du Front national. On fait une telle violence aux policiers, on les désarme tellement moralement, on les livre à des missions qui ne cessent d'augmenter avec des moyens dérisoires, je ne suis pas étonnée de ce geste."
Vidéos A la une
Marc Trévidic avait mis en examen Larossi Abballa en 2012, le jihadiste qui a assassiné le couple de policiers des Yvelines. "Je me souviens que dans le dossier il y avait un bout de papier avec des repérages de commissariats, je crois même qu'il y avait des mosquées (...) Le projet immédiat c'était d'aller s'entrainer au Waziristan, zone frontalière du Pakistan et d'Afghanistan qui était tenue par al Qaeda. L'entraînement a pour but de passer à l'action après, ce n'est jamais anodin", a expliqué le Ancien vice-président chargé de l'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris dans une interview accordée à Ruth Elkrief sur BFMTV, ce vendredi.
Vidéos A la une
Ancien vice-président chargé de l'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris, Marc Trévidic a mis en examen Larossi Abballa en 2012, avant qu'il ne soit condamné en 2013. Le profil du tueur du couple de policiers des Yvelines l'avait inquiété. "C'était quelqu'un d'hermétique, il était impossible d'ouvrir un dialogue. (...) Il était complétement fermé. Il ne répondait pas aux questions, il niait tout. Il était dans une position de fermeture totale", raconte le juge. "Ça fait partie des personnes pour lesquelles quand on a fini l'instruction on se dit nécessairement qu'on le reverra", se souvient-il dans une interview accordée à Ruth Elkrief pour BFMTV.
Vidéos A la une
Ils sont plus de 2.500 à avoir participé à la marche blanche organisée en hommage à Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, deux fonctionnaires de police tués lundi chez eux à Magnanville par un homme se réclamant de Daesh. Il y avait des amis, mais aussi beaucoup d'anonymes en soutien de la police.
Vidéos A la une
Après l'assassinat de deux policiers lundi soir à leur domicile de Magnanville, beaucoup de gardiens de la paix partagent la même émotion et la même peur. S'ils sont habitués au fait de courir un risque dans le cadre de leurs fonctions, l'idée d'être pris pour cible chez eux est relativement nouvelle et redouble leurs inquiétudes. "Il y a une cinquantaine d'années, on était fier de dire 'mon fils est policier', maintenant on va arriver à un système où on va dire 'surtout, il ne faut pas qu'on sache qu'on est policier', explique sur BFMTV un policier à la retraite qui participait ce jeudi à la marche blanche organisée à Mantes-la-Jolie, en hommage à Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing.
Vidéos A la une
Après le drame, c'est l'heure du recueillement. A l'appel des collègues des deux policiers assassinés à Magnanville lundi soir, une marche blanche s'est élancée de Mantes-la-Jolie ce jeudi matin. Sur plusieurs kilomètres, policiers et citoyens ont déambulé en nombre pour rejoindre le domicile de Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing. Selon les chiffres communiqués par la police, au moins 2.500 personnes étaient présentes dans le cortège, avec des fleurs à la main ou des t-shirt blancs à l'effigie du couple.
Vidéos A la une
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a rendu hommage ce mercredi aux deux policiers tués lundi soir à Magnanville. "Deux fonctionnaires du ministère de l'Intérieur sont tombés, victimes d'une violence abjecte, sous les coups d'un criminel agissant au nom de l'organisation terroriste Daesh", a-t-il déclaré lors de son discours Place Beauvau. Le ministre de l'Intérieur a tenu à adresser aux proches des victimes "un message de sympathie, de compassion et de soutien au nom de la nation tout entière".
Vidéos A la une
Deux jours après l'assassinat d'un couple de policiers à Magnanville, une minute de silence a été respectée Place Beauvau en présence du président de la République François Hollande, du Premier ministre Manuel Valls et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Une Marseillaise a également été entonnée à la fin du recueillement.
Vidéos A la une
Les deux policiers abattus lundi soir à leur domicile de Magnanville laissent derrière eux une famille, des amis et des collègues. Ceux-ci les décrivent comme des personnes joviales, qui aimaient leur métier. Dans la ville d'enfance du commandant de police, on se souvient d'un jeune passionné de rugby, au "caractère agréable".
Vidéos A la une
Le vice-président du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez, invité ce mercredi de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, s'est dit "écoeuré et en colère" après l'assassinat de deux policiers par un terroriste lundi soir à Magnanville, dans les Yvelines. "Si le gouvernement avait agi, avait pris des vraies mesures, cette famille aurait pu être préservée", a-t-il accusé. Le député de Haute-Loire a également considéré que les personnes radicalisées comme Larossi Abballa devraient être soit expulsées, soit enfermées.
Vidéos A la une
Après l'assassinat des deux policiers, lundi soir, à leur domicile de Magnanville, la profession est sous le choc. Ce drame intervient dans un contexte déjà tendu: état d'urgence, "haine anti-flics". Pour Patrick, 46 ans et 25 ans de métier, la peur est devenue quotidienne. Conscient des risques, il les sent encore plus peser sur lui et ses proches.
Vidéos A la une
Brice Hortefeux a exprimé son indignation ce mardi sur BFMTV, au lendemain du meurtre du couple de policiers à Magnanville revendiqué par Daesh. Celui qui fut ministre de l'Intérieur sous Sarkozy a témoigné de son "émotion faite de colère", car selon lui cet attentat vient s'inscrire sur une longue liste dans laquelle le drame de Joué-les-Tours en 2014 et l'attaque du commissariat parisien de la Goutte d'Or en janvier dernier, constituent des précédents. Il a condamné un signal "extraordinairement violent, inacceptable et insoutenable". "Il faut en tirer un certain nombre de leçons pour l'avenir", a-t-il affirmé, critiquant de manière à peine voilée la gestion de ces "signaux", par le gouvernement actuel.
Vidéos A la une
Le procureur de la République de Paris a tenu une conférence de presse ce mardi, au lendemain du meurtre d'un couple de policiers à Magnanville, dans les Yvelines. Le meurtrier présumé, Larossi Abballa, a été tué par les hommes du Raid. Après plusieurs fouilles dans la maison, les enquêteurs ont pu saisir "une liste de cibles mentionnant des personnalités ou des professions: rappeurs, journalistes, policiers ou personnalités publiques", a détaillé François Molins. "Un coran, une djellaba blanche, deux livres intitulés 'La croyance authentique' et 'L'explication des trois fondements'" ont également été retrouvés dans le véhicule du forcené.
Vidéos A la une
Jérôme Bonet, porte-parole de la Police nationale, est revenu sur le plateau de BFMTV sur le déroulement de l'assaut du Raid contre le suspect du meurtre d'un policier et de sa compagne, lundi soir à Magnanville, dans les Yvelines. Selon lui, "la négociation a été brève, notamment parce qu'on était face à un individu qui n'avait absolument pas d'ambition de négociation". Le suspect était "plutôt dans une logique d'opposition et d'affrontement, et finalement de quasi-suicide".
Société
Un couple de policiers a été tué à son domicile lundi soir à Magnanville dans les Yvelines. Le tueur de 25 ans s’est revendiqué de Daesh et avait déjà été condamné pour radicalisation.  Il a été abattu par les forces de l’ordre. Découvrez les premières photos de la tuerie.
Vidéos A la une
Le président de la République a dénoncé un acte "incontestablement terroriste" à propos de l'assassinat de deux policiers lundi soir à Magnanville, dans les Yvelines. "J'ai une pensée pour ce couple qui ne faisait que son devoir", a indiqué François Hollande, tout en assurant que "la lutte contre le terrorisme ne vaut pas que pour un territoire donné". "Elle doit appeler une action internationale, résolue. Un échange d'informations" a souhaité le chef de l'État.
Vidéos A la une
Hier soir, un homme armé d'un couteau a tué un couple de policiers à Magnanville, dans les Yvelines. Face à ce drame, François Hollande a très vite réagi. Dans quelques minutes, il organisera une réunion à l'Elysée avec Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Jean-Jacques Urvoas. L'Elysée considère qu'il faudrait d'abord comprendre ce qui s'est réellement passé avant de prendre des décisions. Apolline de Malherbe estime qu'actuellement, on fait face à deux formes de terrorisme: les terroristes classiques ainsi que les terroristes solitaires. - Bourdin Direct, du mardi 14 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Avant de se rendre à Magnanville, où deux policiers ont été tués lundi soir par un forcené se revendiquant de Daesh, le ministre de l'Intérieur a rappelé "la mobilisation totale du gouvernement" face à la menace terroriste. "Plus de 100 individus ont été arrêtés depuis le début de l'année", a indiqué Bernard Cazeneuve.
Vidéos A la une
Alors qu'un poilicier a été tué devant son domicile lundi à Magnanville dans les Yvelines, Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a annoncé aux environs de minuit l'intervention du Raid. "Les négociations ne pouvant aboutir, il a été décidé de donner l'assaut", a-t-il précisé. Le bilan de cette soirée meurtrière est lourd, selon ses termes: le corps d'une femme a été trouvé au domicile du policier tué, ainsi qu'un petit garçon de trois ans, qui est lui sain et sauf.
Publicité