Une visite au musée de la douleur et des tortures médiévales de florence, permet de relativiser le mythe de la fraternité universelle… Qu’il s’agisse de faire avouer aux coupables un adultère, ou à une conspiration contre le roi ou contre Dieu, les bourreaux disposaient d’instruments efficaces…

Semblable à deux pattes articulées pourvues de plusieurs griffes d’acier, cet instrument permettait d’agripper les victimes par une partie charnue, par exemple un sein, puis de les suspendre en attendant que la chair cède. Parfois, elles se vidaient de leur sang avant de tomber sur le sol.