C’est la découverte du corps de cette jeune femme, qui provoqua la création du carré blanc en 1961 dans une France gaulliste où l’on ne badinait pas avec la bagatelle.

La scène se déroule dans un téléfilm baptisé l’Exécution réalisé par Maurice Cazeneuve d’après un roman de Robert Badinter. Elle montre l’actrice dans un lit, aux cotés de son amant. Soudain, elle se lève. On l’admire.

Ces quelques secondes de nue intégral ont beau avoir été tournées avec pudeur, elles suscitèrent un débat explosif.

Trois mois après la diffusion du téléfilm, le fameux "carré blanc" était mis en place pour préserver la morale publique.

Les "speakrines", Jacqueline Caurat à l’époque, furent tenues d’avertir les téléspectateurs de la présence d’images de nature à choquer le "jeune public". 

Jusqu’alors connue pour ses "scopitones",les clips de l’époque, dont le bouillant "mon mari, c’est Frankenstein", le nu de Nicole Raquin est diffusé à une période de pudibonderie.

Publicité
Janvier 1961, c’est l’année de lancement de la Fiat 600 en version 5 portes mais aussi le début de la crise diplomatique entre les Etats-Unis et Cuba. En France, l’approbation de l’autodétermination algérienne par voie référendaire est approuvée. Quelques mois plus tard, ce sera l’attentat à raté contre le Général de Gaulle de Pont-sur-Seine. C’est la pluie qui lui sauva la vie : trempés les explosifs utilisés pour le tuer firent long feu.  

A noter que la télévision de 1961 est beaucoup plus prude que le cinéma où l’on recense les premiers nus vers 1930, avec un strip-tease inaugural,le coucher d’Yvette, recensé… dès 1897 !

 

©INA

Découvrez l'extrait du passage du film de Maurice Cazeneuve :


Publicité