La première version du Docteur Jekyll & Mister Hyde fut jugée si terrifiante qu’elle fut brûlée par son auteur. Le film de 1920 restitue bien cette atmosphère avec la magie du muet en bonus.

Adapté dès 1908 par Olis Turner, Docteur Jekyll & Mister Hyde est le plus ancien thème d’horreur adapté au cinéma.

Cette version native étant perdue, c’est celle de 1920 qui constitue la référence d’une longue série d’adaptation à laquelle après Murnau, Victor Fleming, tant d’autres, Jean Renoir sacrifiera avec son Testament du docteur Cordelier de 1959. Ecrit, suite à une nuit de cauchemar par le britannique Robert Louis Stevenson en 1886, le livre raconte l’histoire d’un médecin,docteur Jekyll, que l’absorption d’une potion transforme en monstre, Mister Hyde.

Une première version du roman a été brûlée par l’écrivain car elle fut jugée si horrifiante par son épouse que celle-ci lui demanda de la détruire. Ce qu’il fit avant d’écrire une version plus soft quelques années plus tard.

Accessible en streaming sur différents sites, le film illustre les inquiétudes que le progrès scientifique faisait naître dans la société victorienne et s’achève par le triomphe des valeurs morales avec la mort symbolique du monstre.

Dans la version de 1920, muette, le rôle titre est interprété par John Barrymore, un des acteurs américains les plus en vue entre 1910 et le début de la seconde guerre mondiale. Le long métrage dure 63 minutes. Réalisé par John S. Robertson, il fut filmé en 35 mm.

Techniquement, le film aux images très sombres se caractérise par de bons graphismes et une scène fameuse : celle où Mister Hyde regarde une araignée et réalise qu’il ne redeviendra plus jamais normal. 

Publicité
Avec les moyens de l’époque, les maquilleurs parvinrent à enlaidir un John Barrymore dont la prestation est encore jugée époustouflante par les cinéphiles tant au niveau des mimiques que de la folie exprimée par le regard. Certains passages du roman furent atténués dans le film mais il ne fait pas l’impasse sur le passage durant lequel M. Hyde bat un homme à mort. 

Avec le Frankenstein de Mary Shelley, les mésaventures du  Docteur Jekyll sont celles qui ont fait le plus d’adaptation dans toute l’histoire du cinéma.  

Pour la petite histoire on retiendra une autre version du Docteur Jekyll sortie en 1920 mais elle a été occultée par le succès de la version de S Robertson. 

 

©Capture d'écran

  

Publicité