D'après le magazine Elle du 15 mars dernier, pour une femme de 40 ans, le nouveau must est de prendre une amante. L'article a été posté sur Twitter le 21 mars, et depuis il fait beaucoup parler de lui sur le site. Planet.fr revient sur la polémique qui déchaine le réseau social.

"Parce que si on n'est pas sorti avec une fille à 40 ans, c'est qu'on a raté sa vie." Le magazine Elle fait encore une fois parler de lui. Il y a peu, un article intitulé "La pipe, ciment du couple" avait déjà fait beaucoup réagir les lecteurs. C'est maintenant une incitation à une expérience lesbienne qui est au centre du débat.

Le dossier en lui même est déjà provocateur : "40 ans, quel amant". On peut ensuite lire qu'une amante est beaucoup plus à la mode qu'un amant. Cela donnerait "une crédibilité swag", permettant "d'être au centre des conversations à la cantine". L'article surenchérissait même que c'était bien pratique pour s'échanger "des beauty tips sur le vernis".

C'est la caricature des relations homosexuelles et en particulier lesbiennes qui est critiqué sur Twitter. Les internautes désapprouvent ouvertement l'article, comme Hélène :  "je me suis demandée si c'était à prendre au 10ème degré ou si ce magazine est juste affligeant de bêtise". Un autre internaute n'était pas d'accord de considérer l’homosexualité comme une mode, il tweetait : " Je voudrais dire à @ELLEfrance que l'homosexualité n'est pas une 'mode'. On meurt de l'homophobie, encore aujourd'hui."

"Juste du second degré"Qualifier l’homosexualité de mode pourrait être interprété par déduction comme n'étant toujours pas considéré comme une pratique sexuelle dite "normale". Cela reviendrait à mettre "cette expérience" au même niveau qu'un nouveau sac à main à acheter, ou un nouveau cours de Pilate à essayer.

Chez Têtu, une blogueuse dénonçait le caractère homophobe de l'article. Pour elle, en remplaçant le terme lesbienne par le terme "maliens" ou "arabes" ou juifs" ou "SDF", on se rendrait plus compte de la dimension de ces propos. Le magazine Elle quant à lui s'est défendu sur Twitter expliquant "Dites c'est juste du second degré". 

Publicité
Il faut rappeler qu'en janvier le magazine se positionnait pour le Mariage pour tous. Une Une du magazine représentant un couple de femmes habillées en robes blanches de mariée militait en ce sens. Second degré incompris, ou humour mal placé ? Ce qu'on retiendra c'est surtout que la pilule est mal passée sur Twitter.