L’alternance politique, avec l'élection de François Hollande, permet aux automobilistes d’envisager leur avenir sous un autre angle, jusqu’ici bien raide. Si l’on peut considérer le thème de la sécurité routière comme l’un des grands flous de la campagne présidentielle, l’heure est semble t-il aux mesures concrètes. Dissection d’une mise en chantier.

Une brise nouvelle souffle sur l’asphalte, encore faut-il qu’elle aille dans le sens des conducteurs, lorsque  ces derniers penchent aujourd'hui pour la fin du tout-répressif. François Hollande a vraisemblablement entendu cette prière mais a néanmoins avoué, en mars dernier, qu’il était globalement en accord avec la ligne de conduite du gouvernement Fillon sur ce point.

Pas d'amnistieSon refus de pratiquer l’amnistie des contraventions, à l’instar de son prédécesseur, n’est malheureusement pas de bon augure. Toutefois, la volonté affichée du socialiste de réintroduire la totalité des prélèvements dans le cercle de la Sécurité Routière, et notamment dans le domaine de la prévention, réduira la sensation de "vache à lait" des conducteurs.

Antenne spécifiqueCes dossiers sont à la charge du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.  Qui s’attire de fait les critiques des professionnels du secteur demandant depuis un certain temps la création d’une antenne gouvernementale spécifique.

Relents SarkozystesNotons que l’ancien directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, vient d’être nommé délégué interministériel à la Sécurité Routière. Sa prise de fonction dans les jours à venir est la promesse d’un maintien de la politique des radars, un goût de Sarkozysme qui peut rendre sceptique quant au fameux changement désiré.

 

Mesures phares

CarburantsLa mesure phare du programme de François Hollande reste le blocage des prix du carburant sur 3 mois, période qui permettra d’élaborer un système fiscal adapté aux variations des cours du baril. Seul problème, le pétrole étant en baisse depuis plusieurs semaines, cette manœuvre n’a pour l’heure plus rien d’une urgence. La nouvelle reste bonne, même si il ne s’agit que d’une réduction tarifaire minime pour l’usager.

Permis de conduireL’évocation de la gratuité du permis de conduire pour les jeunes en service civique devrait être suivie d’effets, avec une moyenne de 100.000 allocations, tandis que l’on ne sait du fameux thème de la formation continue (après l’obtention du papier rose) qu’une chose : elle sera applicable jusqu’à 25 ans.

VitesseHormis cela, il faut aller piocher dans les propos de Roland Ries, chargé du transport et de la mobilité urbaine lors de la campagne, qui fait partager son désir de voir les véhicules conserver la même allure sur un tronçon comportant plusieurs passages dangereux, plutôt que d’assister à des limitations de vitesse en yo-yo.

Publicité
Des annonces à venirEnfin, la fraîcheur de l’élection justifie sans doute la timidité actuelle sur nombre de sujets. Il faudra  attendre la fin des législatives, le 17 juin,  pour avoir droit à diverses annonces. Des mesures qui ne révolutionneront certes pas la route telle qu’elle est aujourd’hui, mais qui auront au moins le mérite d’essayer de moraliser la répression.
Publicité