Petit rappel des règles et du fonctionnement du contrôle technique pour ne pas risquer d’amende. 

Depuis le 1er janvier 1992 le contrôle technique est obligatoire en France. Depuis il n’a cessé d’évoluer. Sachant que sa périodicité et son contenu peuvent facilement varier, voici un petit rappel de ses règles et de son fonctionnement afin de ne pas risquer une amende !

Qui est concerné ?

Tout propriétaire d’un véhicule particulier (VP sur la carte grise), d’une camionnette (CTTE) ou d’un camping-car dont le poids total autorisé en charge (PTAC) est inférieur à 3,5 tonnes est potentiellement soumis au contrôle technique. Pour les voitures ayant moins de quatre ans, il n’est pas obligatoire. Passé ce délai, le véhicule doit avoir un contrôle technique conforme. Attention, il faut toujours prendre en compte la date de première mise en circulation inscrite sur la carte grise. Seule celle-ci fait foi.

Quand faire le contrôle ?

Là aussi il faut faire attention. Le premier contrôle technique doit toujours être réalisé avant le quatrième "anniversaire" de la première mise en circulation. Ensuite il faut faire un contrôle technique tous les deux ans. Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un véhicule de collection, vous devez aussi avoir un contrôle technique à jour. En revanche celui-ci ne s’effectue que tous les 5 ans.

Comment faire le contrôle ?

Rien de plus simple, il suffit de prendre rendez-vous avec un centre agréé dans l’Hexagone ou dans les DOM/TOM. Il en existe plus de 5 900 répartis sur l’ensemble du territoire. Lorsque vous amenez votre véhicule vous devez présenter l’original de la carte grise. Toute photocopie doit être refusée. Conseil utile : n’hésitez pas à comparer les tarifs des centres agréés. Leurs prix peuvent en effet varier du simple au double. Vous pouvez donc réaliser une économie conséquente…

En quoi consiste le contrôle ?

Tout dépend du type de véhicule ! Pour faire simple, le contrôle "classique" vérifie les pneus, les freins, la direction, l’éclairage, la pollution, les équipements,... En revanche les véhicules roulant au GPL subissent des contrôles plus exigeants sur l’étanchéité du système, le réservoir et les accessoires de fixation. Quant aux véhicules utilitaires, ils doivent en plus passer une visite technique annuelle pour vérifier s’ils ne produisent pas trop de pollution.

Apte à circuler ou non ?

Si votre véhicule est conforme, le centre de contrôle vous remet un procès verbal sur lequel est écrit la date du contrôle, l’identité du propriétaire du véhicule, les défauts remarqués et le kilométrage. Dans ce cas la personne qui a vérifié votre véhicule appose aussi une vignette sur le pare-brise ainsi qu’un timbre avec la lettre A sur le certificat d’immatriculation.  Si votre véhicule n’est pas conforme, vous devez passer une contre-visite. Si vous avez deux mois pour la réaliser, il est impératif de faire réparer les problèmes constatés avant de vous représenter au contrôle technique.

Attention amende !

Si un policier vous arrête et que votre contrôle technique n’est pas à jour, vous risquez une amende qui peut aller jusqu’à 750 euros ! La majorité du temps une "gentillesse" est faite et vous aurez à acquitter une amende forfaitaire de 135 euros. Néanmoins, vous n’aurez que 7 jours pour faire passer le contrôle technique à votre véhicule.

Que faire en cas de vente ou d’achat d’un véhicule d’occasion ?

Publicité
Le vendeur d’un véhicule d’occasion de plus de quatre ans doit obligatoirement remettre à l’acquéreur le procès verbal d’un contrôle technique datant de moins de 6 mois. Ainsi chacun est pleinement conscient de l’état du véhicule.

Bonne route et même avec un contrôle technique parfait, restez prudents !

En vidéo sur le même thème : Trouver le contrôle technique le moins cher 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité