Peugeot a remporté  l'appel d'offres public pour fournir près de 2 300 véhicules destinés à la police, la gendarmerie et la douane françaises.

Voilà qui devrait remettre du baume au cœur au groupe PSA Peugeot Citroën, qui connait actuellement des difficultés financières. La marque au lion a annoncé ce lundi avoir remporté un appel d'offres public pour fournir près de 2.300 véhicules à la police, la gendarmerie et la douane.

Les véhicules retenus pour la marque Peugeot sont des 208, 308, 508, Partner et Expert dans des versions aménagées en véhicules banalisés et sérigraphiés, précise Peugeot dans un communiqué.

Les premières livraisons de véhicules dans les unités débuteront au printemps 2013.

Les 208 réalisées en versions banalisées sont directement et intégralement produites dans les usines du groupe. Pour les autres véhicules, les aménagements ont été confiés aux carrossiers : Gruau et Durisotti, en étroite relation avec les représentants techniques de la marque selon les spécificités des cahiers des charges imposés.

Le groupe Gruau est une société française spécialisée dans la carrosserie et l’aménagement de véhicules utilitaires. Durisotti est également une société française travaillant en tant qu’unité de production et de conception pour différents constructeurs automobiles pour la modification et l’aménagement spécifiques de véhicules.

Ces deux partenaires, retenus par Peugeot, aménagent depuis plusieurs années une majeure partie des véhicules spéciaux destinés entre autre à la police, la gendarmerie et la douane.

 

1500 Ford et 400 RenaultL'autre marque française, Renault, fournira un peu moins de 400 véhicules. En revanche,  l'américain Ford, fournisseur traditionnel des pouvoirs publics tricolores, est suceptible d'en livrer près de 1.500 et l'allemand Volkswagen une centaine…

 

+ 7 milliards de l'Etat pour PSAUne bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, il a été établi - en dehors de cet appel d'offre -, que l'Etat apportera des garanties à hauteur de cinq à sept milliards d'euros pour le financement sur le marché de la Banque PSA Finance (BPF), qui souffre des difficultés du constructeur PSA Peugeot Citroën, sa maison-mère, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du dossier.

Publicité
Au cours d'une réunion lundi à Matignon avec le constructeur automobile, le gouvernement a également obtenu qu'un représentant des salariés et un administrateur "indépendant" qui "fasse le lien avec l'Etat" siègent au conseil de surveillance du groupe français, a précisé la même source. 
Publicité