Mme Hidalgo, automobiliste spolié... "remboursemabagnole.com" !!!

Mon dernier article était consacré à "la traque et à la taxe" de l’automobiliste comme politique de la mairie de Paris. Si la taxe est déjà un moyen de décourager de rouler dans Paris, les dernières annonces de Mme Hidalgo ont pour objectif d’avouer clairement l’interdiction pour certains véhicules de rouler dans Paris voire d’en exclure totalement l’accès dans certaines zones.

Le 7 Décembre 2014 madame Hidalgo annonçait dans une interview au JDD : "la fin du diesel à Paris en 2020" !! Cette annonce "politique et non rationnelle" a d’abord laissé pantois les automobilistes concernés et puis les a rendus furieux.

En effet, si l’association 40 millions d’automobilistes n’a pas à défendre ou promouvoir telle ou telle motorisation, elle est dans son rôle d’être le porte-parole des automobilistes et de défendre leurs intérêts.

N’oublions pas que pendant de nombreuses années on a incité les automobilistes à acheter du diesel, moins émetteur de CO2, en leur octroyant un bonus dit "écologique"... Que vaut alors la parole de l’Etat ?

> Lire aussi : Taxer et traquer l'automobiliste serait devenu un "projet politique" pour la mairie de Paris

 Pourquoi cette annonce c’est de la politique et non du rationnel ?

Parce que là, on range dans "le même sac" les vieux diesel (émetteurs) et les nouveaux diesels normes Euro 5 et Euro 6 qui n’émettent plus de particule, (parfois moins que des véhicules essence à injection directe) et d’oxyde d’azote.

Dans le même temps à Tokyo où les véhicules diesel étaient interdits, on autorise les diesels norme Euro 6 à circuler avec même des primes puisqu’ils sont plus faibles émetteurs de CO2. Aux USA ou le parc n’était pratiquement pas diéselisé, on assiste à la montée en puissance de cette motorisation  qui atteint maintenant 10% du parc.

Nous sommes donc complètement là à contre-courant. Imaginez la colère de l’automobiliste qui possède  un véhicule de 3 ou 4 ans d’âge ou pire qui vient d’acheter un diesel  à la norme Euro 6 et on lui dit qu’il ne pourra plus rouler en 2020… il vient d’un coup de subir une perte importante de  son capital et de voir son véhicule devenir rapidement "invendable".

Mais maintenant le diesel est devenu un débat idéologique, une croyance, hors de toute réflexion objective, on est pour ou on est contre, c’est stupide.

Imaginons en plus l’impact sur notre industrie automobile et l’emploi !

Beaucoup d’automobilistes nous ont appelé en nous disant : "Je viens d’acheter une voiture diesel norme Euro 6, je ne vais plus pouvoir l’utiliser, je demande à madame Hidalgo de me la rembourser".  C’est de là que vient l’idée de mettre en place le site : www.remboursemabagnole.com, afin que chacun puisse chiffrer le préjudice subit et en demander réparation.

Il semble que depuis madame Hidalgo ait entamé un "rétropédalage" puisque dès mardi dernier (invitée de Jean-Jacques Bourdin en direct sur RMC et BFMTV) elle semblait admettre qu’en 2020 les diesels  à la norme Euro 5 et Euro 6 pourraient continuer de rouler.

Ceci dit le diesel stigmatisé va faire que vendre une voiture diesel même récente va devenir compliqué et entraîner des pertes financières importantes pour leurs possesseurs.La réflexion devrait porter sur : comment régler le problème des "vieux" diesels et des vieux véhicules en général ? Ce sujet devrait donc mériter une attention toute particulière.

Ces véhicules appartiennent à des familles ou des personnes modestes, elles n’ont pas les moyens de s’acheter comme 2e ou 3e voiture, des véhicules à usages restreints comme l’électrique ou chers comme les hybrides.

Il semble que là encore il n’y a pas eu de véritable offre de solutions, soit en termes d’alternatives offertes à ces gens modestes qui avec  500 euros ne pourrons pas acquérir un véhicule récent et encore moins un véhicule neuf.

Encore une fois Paris n’est pas la France et encore moins l’Ile-de-France et imaginons le barman qui habite le département 93 et qui vient travailler de nuit à Paris, que fait-il avec son passe Navigo et son vélo électrique ?

À propos des véhicules pastillés…

Quant à la fameuse pastille multicolore, l’automobiliste modeste n’aura pas d’autre choix que d’arborer le rouge et de se faire montrer du doigt comme un triste pollueur.

On voit en fait que cette politique aux annonces fortes et changeantes est entachée  d’amateurisme avec des conséquences qui peuvent être désastreuses au plan humain, social, économique, sans apporter de véritables solutions à la pollution.

Bien sûr en tant que citoyens  les automobilistes,  car tous les citoyens qui sont quasiment tous automobilistes, au volant, ou comme passagers  sont bien entendu pour une véritable lutte contre la pollution.

La première des solutions est d’accélérer le renouvellement du parc mais avec une vraie politique  crédible et  l’amélioration de l’existant avec l’équipement des  véhicules anciens de systèmes de dépollution comme le fait l’Allemagne avec un crédit d’impôt.

Enfin il faut aussi noter que l’air de Paris contrairement aux idées reçues est en constante amélioration (voir : http://www.airparif.asso.fr/_pdf/echantillon-constant-stations-trafics.pdf#sthash.BwxJ8AVi.dpuf).

> Lire aussi : Royal annonce la création d'un "certificat vert" pour les véhicules propres

La nécessité d’une véritable offre de complémentarité entre les différents modes de transports

En conclusion :  l’observation de ce qui se passe dans les différentes villes européennes qui ont instauré certaines limites d’accès aux voitures dans certaines partie de la ville, le coût de mise en place, de son contrôle , son coût économique, eu égard aux résultats mitigés en terme de pollution comme on les trouve dans les études de l’ADEME, devrait nous amener à réfléchir.

L’amélioration des technologies automobiles  fera que l’air continuera de s’améliorer avec le renouvellement du parc.