Elles sont une exception, elles pourraient bien devenir la règle. Des associations de défense des usagers de la route militent en effet pour que la vitesse autorisée en ville soit diminuée de 50km/h à 30 km/h.

Certaines zones urbaines sont déjà limitées à 30 km/h. De nombreuses associations de défense des usagers des transports et de défense des piétons et des cyclistes ont lancé une pétition afin que la vitesse maximale autorisée en ville soit limitée à 30km/h partout. « Jusqu’à présent, les zones 30 étaient considérées comme des dérogations au 50 km/h en ville, souvent concédées sous la pression de parents ou de riverains devant une école ou dans certaines rues » expliquent les signataires de la pétition. L’objectif est de réduire le nombre d’accidents et d’offrir un meilleur environnement aux citadins (moins de pollution, moins de bruit…).

Le Parlement européen a déjà émis une recommandation en ce sens le 27 septembre 2011. Dans une résolution, l’Assemblée européenne en effet indiqué qu’il était recommandé « aux autorités responsables de plafonner à 30 km/h la vitesse maximale dans les zones résidentielles et sur toutes les routes à voie unique des zones urbaines qui ne présentent pas de piste distincte pour les cyclistes ».

Publicité
S’il s’agit pour l’heure d’une simple préconisation, cette mesure pourrait prochainement faire l’objet d’une loi. C’est en tout cas ce qu’espèrent les associations : si elles récoltent un million de signatures d’ici novembre (www.30kmh.eu), la Commission européenne pourrait s’en saisir et en faire une proposition de loi. « Lors d’un choc avec un piéton ou un cycliste à 50 km/h, le risque de décès est multiplié par neuf par rapport à un accident à 30 km/h » rappellent-elles.