Depuis 30 ans, le nombre de tués sur les routes n’a cessé de baisser et cette diminution s’est maintenue cette année : 26% de tués en moins sur les autoroutes en 2012. Ce n’est ainsi plus la vitesse qui est la première cause de mortalité sur les routes mais la somnolence.

Selon une étude de l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes (ASFA) publiée ce mercredi, 143 personnes ont été tuées sur les autoroutes en 2012, soit 4% de la mortalité routière. Cette même année, ce ne sont pas moins de 3.645 personnes qui ont perdu la vie en France.

Une baisse de 26% des tués En trente ans, le nombre de kilomètres parcourus a été multiplié par 4.5 tandis que le nombre de tués sur les routes a baissé de 50%. Alors qu’une proposition de loi vise à réduire la vitesse de 10 km/ heure sur l’ensemble des routes, le rapport de l’ASFA estime que la vitesse n’est désormais plus la cause première de mortalité sur les routes. La baisse de 26% des tués sur les autoroutes en serait ainsi la preuve. A plus forte raison que le document de l’ASFA affirme que la fatigue est désormais la première cause de mortalité sur les autoroutes.

Publicité
Des tranches horaires critiquesLe rapport souligne par ailleurs que les heures à risques se situent entre 5 et 8 heures du matin ainsi qu’entre 14 et 16 heures, après le repas. La fatigue et la somnolence représenteraient selon les statistiques un accident sur trois. L’étude ne remet toutefois pas en cause la place importante de l’alcool et des drogues dans la mortalité routière : 20% des accidents. 
Publicité