Plus de 1000 véhicules dangereux ont été remis en circulation dernièrement après une expertise se révélant "nulle et non avenue". Et leurs propriétaires ne sont peut-être pas au courant. 

Le Parisien révèle vendredi que plus de 1000 véhicules dangereux ont été remis en circulation, sans que leurs propriétaires ne soient forcément au courant. Ces véhicules ont été achetés d’occasion en région parisienne et doivent faire l’objet d’une nouvelle expertise d’ici le 30 juin.

"Une lettre recommandée signée du délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, a été envoyée à plus de mille automobilistes qui ont acheté un véhicule d'occasion en région parisienne. Objectif de la lettre que nous avons pu consulter : inciter ces propriétaires à effectuer en urgence une expertise", explique le journal.

924 voitures, 27 motos, 45 camionnettes…

Dans le détail, ce sont 924 voitures, 27 motos, 45 camionnettes, 15 triporteurs et 10 voiturettes qui sont concernés. Mais comment une remise en circulation a-t-elle pu être possible ? Ces véhicules, qui avaient été "déclarés dangereux", ont été remis en circulation "sur le fondement" d'un rapport d'expertise "se révélant nul et non avenu", ajoute Le Parisien.

Publicité
Le rapport avait été effectué par un expert qui n’a désormais plus le droit d’exercer sa profession. Il a permis de remettre ces véhicules en circulation alors que ces derniers avaient été "gravement endommagés à la suite d'un accident de la route et qui, dans l'attente de travaux, étaient interdits à la circulation", indique la Sécurité routière au quotidien.

Si vous recevez ce courrier, ne tardez pas à faire expertiser votre véhicule.