De nombreuses compagnies d'assurance auto pratiquent un tarif plus élevé pour les demandeurs d'emploi que pour les salariés. Une situation paradoxale révélée dans Auto Plus cette semaine.

Il s'agit d'un constat peu amiable : la dernière enquête menée par Auto Plus, paru lundi, révèle que 11 des 27 compagnies d'assurance françaises auto imposent un tarif plus élevé aux sans emploi.

Chômeurs et salariés ne sont donc pas égaux devant les contrats d'assurance de leur voiture.

Les mauvais élèves sont listés par le magazine : Allsecur, Amaguiz et Assurbike où l'écart est de +28%. %. Mais aussi Acommeassure (+17%), Allianz (+10%), Direct Assurance (+8%) ou encore SOS Malus (+7%).

Dans certains cas l'écart peut même grimper jusqu'à 180 euros, soit 33% du prix de l'assurance.

Publicité
Pour mener son enquête, le magazine a pris deux profils similaires (même voiture, même nombre de kilomètres parcourus, même bonus etc...). Seule différence : un conducteur est chômeur et l'autre salarié. Auto Plus a fait établir le même jour des devis pour les deux cas, par le biais des trois comparateurs sur Internet (Assurland.com, Lesfurets.com, Lelynx.fr), pour obtenir ces résultats (cf. Plus haut dans l'article.).

 

Les assureurs justifient ces écarts de deux manières. Première raison : il y a plus de risque qu'un chômeur ne paie pas sa prime d'assurance. Il doit donc payer cet aléa.

Seconde raison : un chômeur se déplace d'avantage (entretiens d'embauche, temps libre) et est donc susceptible d'avoir plus d'accidents.

Auto Plus rappelle cependant avoir annoncé le même kilométrage pour les deux profils durant sa simulation... 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité