Dès la fin de l'année 2012, les femmes verront augmenter le tarif de leur assurance auto, pour rejoindre celui des hommes. La raison ? La Cour de justice européenne estime qu'il s'agit là de discrimination. Les explications de Planet.fr.

A partir du 21 décembre 2012, les assurances auto devront cesser d'appliquer un tarif différent aux hommes et aux femmes. Jusqu'à présent, les femmes payent moins cher car elles "ont environ trois fois moins de risque d'être tuées et deux fois moins d'être blessées dans un accident de la route que les hommes", comme l'indique le site du gouvernement sur la sécurité routière. Chez les jeunes femmes, cette différence de risque est encore plus forte.

Mais la Cour de justice européenne souhaite lutter contre la discrimination faite dans le domaine des assurances. Jusqu'à fin 2012, les jeunes hommes sollicitant une assurance auto devront payer entre 50% et 100% plus cher qu'une jeune femme. Après cette date, les femmes de 17 à 29 ans subiront une augmentation de leur prime d'assurance de 30 à 45%. En moyenne, tout âge confondu, l'augmentation devrait atteindre environ 25%.

Une dérogation jusqu'à fin 2012C'est un texte de 2004 qui oblige désormais les assureurs à aligner leurs tarifs, et il ne concerne pas seulement les assurances auto : les contrats santé, les assurances retraite et les assurances vie subiront le même sort. Jusqu'à présent, il existait une exception "lorsque des données actuarielles et statistiques pertinentes et précises établissent que le sexe est un facteur déterminant dans l'évaluation du risque d'assurance".

Publicité
Ce ne sera plus le cas fin 2012. Les compagnies d'assurance s'élèvent contre cette décision : "La décision des juges de ne pas reconnaître que le sexe est un facteur légitime dans la tarification des contrats d'assurances (...) est une mauvaise nouvelle pour les clients des compagnies d'assurances" a déclaré au Figaro Michaela Koller, directeur général de la CEA (fédération européenne des compagnies d'assurance). De son côté, Franc Poindessault, avocat chez Norton Rose estime qu' "au-delà de cette décision, ce sont les questions des discriminations liées à l'âge et à l'état de santé qui pourraient être touchées"...

© MaxPPP

Publicité