Non, les hôtesses des salons automobiles ne sont pas des potiches. Loin de jouer les simples faire-valoir, elles peuvent se révéler parfois indispensables pour les constructeurs automobiles, comme l'explique le quotidien Le Monde. 

Si vous pensiez que les hôtesses présentes dans les salons automobiles n’étaient là que pour jouer les faire-valoir des nouveaux bolides, détrompez-vous. Elles peuvent être bien plus que cela. "Longtemps cantonnées à la distribution de documents publicitaires, ces jeunes femmes sont depuis belle lurette formées à délivrer des informations techniques et commerciales aux visiteurs", explique Le Monde dans un article publié lundi.

Principalement recrutées pour leur physique, les hôtesses, au plus proche des visiteurs, jouent d'ailleurs parfois les petites souris pour les grands groupes automobiles. "Ces hôtesses ne sont pas (seulement) recrutées pour faire joli ni même pour vanter les performances ou l’aménagement intérieur d’une voiture mais pour scruter les réactions des visiteurs concernant certains aspects du véhicule, qu’il s’agisse de son style, de ses caractéristiques ou de son niveau d’équipement", ajoute le quotidien. Selon le Wall Street Journal, certaines ont même pour mission de rédiger un briefing quotidien tandis que d’autres doivent remettre un rapport complet, pouvant prendre parfois jusqu’à deux mois de travail.

Publicité
Face aux nombreuses critiques sur l’utilisation de ces femmes comme des "objets", d’autres veulent au contraire aller jusqu’à interdire les hôtesses dans certains salons automobiles. "Les organisateurs du salon de Shanghai, qui s’ouvrira le 20 avril prochain, viennent en effet de faire savoir aux constructeurs qu’il était envisagé d’interdire le recours aux mannequins sur les stands, dites 'booth babes'", rappelle Le Monde. Ce qui devrait évidemment faire des déçus... 

En vidéo sur le même thème : Préparation des hôtesses de Genève 

Publicité
Publicité