Société
Depuis lundi, les quelques 527 hommes, majeurs ou mineurs, du lycée Fénelon-Notre-Dame de La Rochelle sont soumis à un test ADN en vue d’identifier l’auteur du viol d’une adolescente de 16 ans en septembre dernier. Alors qu’il ne reste plus qu’une trentaine de prélèvements à faire, un seul jeune a pour l’instant refusé de s’y soumettre.
Publicité