Vidéos à la une
Lufthansa a publié ce jeudi ses résultats annuels. Ils sont conformes aux prévisions. La compagnie aérienne allemande anticipe une légère baisse de son bénéfice cette année. En cause : le renchérissement de la facture des carburants et la concurrence sur les prix des billets. La veille, Lufthansa et ses pilotes ont trouvé un accord qui devrait voir leur salaire augmenter au total de 11, 4 % d'ici à 2022. Le bras de fer durait depuis 2014, les grèves ayant déjà coûté 351 millions d'euros à l'entreprise. 'Nous avons vraiment travaillé dur pour trouver une solution et je suis convaincu que nous en avons trouvé une qui prend en compte toutes les parties. Les besoins des consommateurs, la sécurité pour que les gens puissent s'organiser, pour nos pilotes, qui désormais ont vraiment un avenir et des possibilités de carrière, ce qui était particulièrement important. Mais aussi pour assurer notre compétitivité', a déclaré Bettina Volkens, des ressources humaines. En contrepartie de leur augmentation de salaire, les pilotes ont accepté de porter progressivement à 60 ans l'âge auquel ils peuvent prétendre à une retraite anticipée. Les salariés ont, par ailleurs, donné leur accord à des hausses de productivité, précise la compagnie. En 2016, le géant européen affiche un bénéfice net de 1,78 milliard d'euros.
Vidéos Argent/Bourse
Latam suspend ses vols dès ce mardi à destination du Venezuela. la plus importante compagnie aérienne d'Amérique latine invoque la crise économique qui frappe le pays Elle emboîte ainsi le pas à la compagnie allemande Lufthansa, qui avait quant à elle décidé d'interrompre ses liaisons avec Caracas samedi dernier. En raison de la pénurie de devises au Venezuela, les compagnies aériennes peinent à récupérer leurs recettes.
Vidéos à la une
La Lufthansa a décidé de suspendre provisoirement ses vols à destination du Venezuela à compter du 18 juin prochain. En cause : la baisse de fréquentation de la liaison entre Francfort et Caracas, mais aussi et surtout l'impossibilité pour la compagnie allemande de récupérer correctement ses revenus perçus en monnaie locale, en raison de difficultés de change avec le dollar américain. Cette nouvelle illustre la profonde crise qui frappe le pays. La chute des cours du pétrole a aggravé la situation économique. Le pays souffre d'une pénurie de produits alimentaires et de médicaments. Au niveau politique, l'opposition réunie dans la coalition de la Table pour l'unité démocratique (MUD) et majoritaire au Parlement, réclame la tenue d'un réferendum pour révoquer le président Nicolas Maduro. Mais le successeur d'Hugo Chavez tient bon. Il a décrété l'état d'exception, synonyme pour lui de pouvoirs accrus. Son mandat court théoriquement jusqu'en 2019.
Vidéos Argent/Bourse
Un Brexit serait néfaste au transport aérien en Europe : c'est l'avertissement lancé ce jeudi par le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr. Le patron de la compagnie allemande estime en effet qu'une sortie des Britanniques de l'Union européenne entamerait la croissance en Europe, ce qui se traduirait par une baisse de la demande pour le secteur aérien. Peu présente au Royaume-Uni, Lufthansa s'y maintiendra quoi qu'il arrive, mais précise espérer que le référendum du 23 juin débouchera sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union.
Vidéos à la une
Une année émotionnellement difficile, mais économiquement réussie pour Lufthansa. Le géant européen du transport aérien a multiplié son bénéfice net par 30 en 2015 à 1,7 milliard d'euros. C'est mieux que prévu. Et ce, en dépit de grèves à répétition et du crash d'un avion de sa low cost Germanwings, qui a pour la première fois généré des bénéfices et a vocation à devenir le numéro 3 des vols à bas prix en Europe. Après une année blanche, Lufthansa va de nouveau verser un dividende à ses actionnaires, de 0,50 euro par titre pour 2015. Le groupe allemand, qui - outre Lufthansa et Germanwings - opère aussi les compagnies Swiss, Austrian Airlines et la société de fret aérien Lufthansa Cargo, a bénéficié des effets de la chute des cours du brut. Son chiffre d'affaires s'est lui envolé de 7% sous l'effet d'une amélioration de son activité passagers. Lufthansa reste confronté à une concurrence féroce à la fois des compagnies du Golfe dans le haut de gamme et d'EasyJet et Ryanair dans le low-cost. Pour 2016, Lufthansa compte voir sa facture de carburant tomber à 4,8 milliards d'euros, soit un milliard d'euros de moins qu'en 2015, et table sur une baisse de ses coûts de fonctionnement.
Vidéos à la une
Un an après le crash de l'Airbus A320 de la Germanwings le 24 mars 2015 provoqué par le copilote Andreas Lubitz, le Bureau d'enquête et analyse (BEA) doit rendre dimanche son rapport final et ses recommandations sur la sécurité en vol. Un rapport déjà dévoilé aux familles des 150 victimes du crash dont certains veulent porter plainte contre l'école de pilotage de la Lufthansa en Arizona.
Vidéos à la une
Après une journée de relâche, la grève a repris chez Lufthansa. La compagnie allemande a annoncé la suppression de près d'un millier de vols ce lundi au départ des aéroports de Francfort, Düsseldorf et Munich. Plus de 100.000 passagers sont touchés par ce mouvement, entamé vendredi, et qui doit se poursuivre toute la semaine. Cet homme revient du Qatar. Il est très remonté : 'Je ne réserverai plus chez Lufthansa. C'est ce que je viens de dire à un représentant de la compagnie.' 'J'ai réservé une place sur un A380 a destination de San Francisco, dit cet Allemand, mais comme vous pouvez le voir, tous les vols sont annulés. S'il n'y a pas de vols transatlantiques, comment je fais : je nage ? Le syndicat du personnel naviguant, à l'origine de cette grève, dénonce les réductions de coûts opérées par Lufthansa pour lutter contre la concurrence des compagnies low-cost et du Moyen-Orient. Les négociations avec la direction butent notamment sur la question des retraites. 'C'est impressionnant, car il y a plus de collègues qui participent à cette grève qu'il y a de salariés syndiqués, souligne Nicoley Baublies, responsable du syndicat UFO. 95 % de tous les vols impactés par cette grève ont été annulés. Lufthansa n'a même pas été en mesure de garantir un service minimum, ce qui montre à quel point les gens sont en colère contre la compagnie en ce moment.' Les conflits sociaux chez Lufthansa n'ont cessé de se multiplier depuis l'an passé, les pilotes notamment ont fait grève treize fois en l'espace de 18 mois. Ce mouvement n'affecte toutefois pas les filiales de la compagnie allemande comme Germanwings ou SWISS.
Vidéos à la une
Un nouveau mouvement de grève touche Lufthansa. Lancé par le syndicat allemand des personnels de cabine (UFO), il doit prendre effet ce vendredi à midi et se poursuivre durant une semaine. Le géant allemand du transport aérien et son personnel navigant ne parviennent pas à s'accorder sur les salaires, les licenciements ou encore les retraites. Voilà près de deux ans que les négociations piétinent. Seule Lufthansa sera affectée par le mouvement de grève, les autres compagnies du groupe (Germanwings, Swiss, Austrian) étant épargnées. Le géant du transport aérien fait face depuis plusieurs années à des conflits sociaux à répétition. Les 5.400 pilotes du groupe ont fait grève treize fois entre avril 2014 et septembre 2015, provoquant des milliers d'annulations de vols. Avec AFP
Vidéos à la une
Le personnel de cabine de la Lufthansa menace de débrayer du 6 au 13 novembre prochain. Le syndicat UFO exige une meilleure offre contre les licenciements et pour les retraites. La grève affecterait uniquement la Lufthansa, mais pas les autres compagnies du groupe telles Germanwings, Swiss, et Austrian. Le géant du transport aérien fait face depuis plusieurs années à des conflits sociaux à répétition. Alors que les personnels navigants n'avaient plus cessé le travail depuis fin 2012, les 5 400 pilotes, représentés par le syndicat Cockpit, ont fait grève treize fois entre avril 2014 et septembre 2015, provoquant des milliers d'annulations de vols. Le conflit avec les pilotes n'est d'ailleurs toujours pas réglé. Avec AFP
Vidéos à la une
Le bras de fer entre les pilotes de la Lufthansa et leur direction n'est pas prêt de s'arrêter. Une nouvelle grève affecte mercredi les vols intérieurs et moyen-courriers de la compagnie allemande, 1000 vols ont été annulés aujourd'hui, surtout au départ et à destination de Francfort et Munich. Mais le groupe aérien, irrité par cette 13e grève en 18 mois, a saisi la justice. Le débrayage a été déclaré illégal et la reprise du travail ordonnée. Pour le syndicat des pilotes Cockpit, la manière de faire est pour le moins cavalière : 'Nous avons appelé nos membres à être de nouveau disponibles pour reprendre le travail explique Markus Wahl, porte-parole du syndicat des pilotes Cockpit. Cela veut dire que les vols peuvent reprendre à chaque instant. Mais Lufthansa doit savoir que malgré ce jugement, ce n'est pas ainsi que l'on résout les problèmes de personnel.' Le conflit porte sur les conditions de départ en préretraite et la réorganisation des activités du groupe, dure depuis 18 mois. Lufthansa se dit prêt à reprendre le dialogue. Mais le syndicat des pilotes refuse de parler retraite sans mettre aussi le projet de réorganisation sur la table des discussions. La compagnie entend passer sous la bannière de Germanwings ses vols intérieurs et européens pour lutter contre la concurrence des low-cost. C'est la première fois que Lufthansa se tourne vers la justice. Le blocage des négociations et la perspective de nouvelles grèves ont conduit la compagnie à durcir le ton. Les derniers débrayages ont coûté beaucoup d'argent au transporteur.
Vidéos à la une
Une nouvelle grève pour les pilotes de la Lufthansa. Les long-courriers de la compagnie allemande sont affectés ce mardi, 84 vols sur 170 sont annulés au départ ou à destination de Francfort, Munich et Düsseldorf. Le syndicat Cockpit bataille notamment sur les conditions de départ à la retraite et dénonce 'l'absence de volonté' de Lufthansa. 'Dans le passé, nous avons pratiqué une politique de petits pas et c'est ce que nous faisons aujourd'hui souligne un représentant syndical. Si Lufthansa ne bouge pas, d'autres scénarios sont possibles à l'avenir. Nous nous prononcerons à court terme.' C'est la 13e grève en 18 mois. Et le mouvement continue mercredi avec une grève des courts et moyens courriers qui s'annonce très suivie. 'Nous avons fait plusieurs offres ces derniers jours sur toutes les questions ouvertes indique une représentante de la compagnie allemande. Donc, le syndicat devrait normalement entrer en discussions avec nous. Leur réponse a été une grève des longs courriers, et une grève sur les courtes distances. Nous devons penser à nos prochaines étapes.' Pour faire face à la concurrence, Lufthansa, est en pleine réorganisation et entend transférer ses liaisons nationales et moyen-courriers à sa branche low-cost Germanwings. Certains personnels de la compagnie voient dans cette mesure une menace pour leur statut et leur rémunération.
Vidéos à la une
Quatre mois jour pour jour après le crash de la Germanwings, les proches des victimes sont revenues se recueillir au Vernet. Dans le petit village de Haute-Provence, les restes non identifiés de victimes avaient été inhumés la nuit précédente, en toute discrétion, dans une tombe collective, dans le cimetière au pied de la montagne. ' L'idée qu'on a quand même c'est de faire de ce col, un lieu de silence, un lieu de mémoire, un lieu de recueillement, pour que les familles puissent y venir et trouver la mémoire de leurs proches', a déclaré le maire du Vernet, Francois Balique. L'endroit du crash dans la montagne sera accessible dans un ou deux mois, et un mémorial y sera donc installé. Les familles étaient attendues au cimetière dans la soirée, pour un nouveau moment difficile, car elles ont déjà enterré les leurs, identifiés par ADN. Cent cinquante personnes, dont 72 Allemands et 50 Espagnols, ont péri dans l'accident de l'Airbus de Germanwings, précipité au sol par son copilote.
Vidéos à la une
Après l'épreuve du deuil, c'est un autre supplice qui attend les proches des victimes de la Germanwings. Plusieurs familles allemandes qui ont perdu quelqu'un dans l'accident en France le 24 mars refusent l'indemnisation proposée par la Lufthansa. 25 000 euros par victime, plus 10 000 pour les proches parents, trop peu selon leur avocat : 'Avec une action à sens unique de Lufthansa et Germanwings on n'arrivera à rien. C'est seulement possible s'il y a une coopération avec les proches et en accord avec les législations internationales, explique Christof Wellens. Il y a eu d'autres crashs d'avions dans d'autre pays, comme le Concorde d'Air France. On subit ici un traitement différend et c'est injuste.' L'avocat entend réclamer 200 000 euros par victime. Lufthansa n'a pas commenté. La compagnie réfléchit au montant pour les passagers non-allemands car les législations sont différentes selon les pays. L'avion avec 150 personnes à bord avait été précipité au sol par son copilote.
Vidéos à la une
"L'enquête va continuer dans le cadre d'une information judiciaire. Le dossier pourra se terminer sans que personne ne soit mis en examen", a indiqué jeudi le procureur de la République de Marseille, en charge de l'enquête sur le crash de la Germanwings dans les Alpes françaises le 24 mars. "On est légitimement en droit de s'interroger alors que certains médecins considéraient Andreas Lubitz comme inapte à voler", a poursuivi Brice Robin, qui a par ailleurs indiqué que les enquêteurs avaient fait "une reconstitution pour que les familles puissent vivre ce qu'il s'est passé dans le cockpit de l'avion (avant le crash) afin qu'elles n'ignorent rien."
Vidéos à la une
Les dépouilles des 16 lycéens allemands morts dans l'accident de l'avion de Germanwings en mars dans les Alpes françaises sont arrivées mercredi après-midi dans la ville de Haltern. Le convoi, formé de 16 voitures blanches et noires transportant les corps des élèves et de deux enseignants est passé lentement devant l'établissement où les adolescents étaient scolarisés et où de nombreuses personnes étaient rassemblées en silence. Au total, 150 personnes, dont 72 Allemands, ont péri dans l'accident.
Voyager pratique
Quand le constructeur automobile Mercedes-Benz s’associe à la compagnie aérienne allemande Lufthansa pour imaginer une cabine d’avion VIP en 1ère classe, ça offre un résultat assez extraordinaire. Découvrez-la en images.  
Vidéos à la une
Le 24 mars dernier, Andreas Lubitz, le copilote de l'A320 de la Germanwings reliant Barcelone à Düsseldorf, précipitait intentionnellement l'avion contre un relief des Alpes-de-Haute-Provence, entraînant la mort des 150 personnes présentes à bord. Le drame s'est produit entre Digne et Barcelonette. Depuis, les habitants du secteur font preuve de solidarité à l'égard des familles de victimes. Un mois et demi après le drame, le calme revient peu à peu. Une équipe de BFMTV est retournée sur place, au Vernet. C'est l'une des communes les plus proches de la zone du drame.
Vidéos à la une
Pour rendre hommage aux victimes du crash Germanwings, les ministres des Affaires étrangères français, espagnol et allemand se sont rendus...
Vidéos à la une
Une Allemande aurait profité du crash de l'A320 de Germanwings pour voyager gratuitement avec ses proches vers le sud de la France. Elle se serait fait passer pour la cousine d'une des enseignantes, qui était à bord de l'avion. La Lufthansa a demandé à la police d'enquêter sur cette affaire révélée par le 'journal local de la ville d'Haltern am See',http://www.halternerzeitung.de/staedte/haltern/Lufthansa-zieht-Konsequen..., qui a perdu seize lycéens et deux enseignants dans le crash. La personne, à l'origine de cette escroquerie, aurait profité des places offertes par la Lufthansa aux familles des victimes, pour se rendre sur le site de la catastrophe. Elle aurait même accepté d'être prise en charge par les psychologues. Vers un suivi médical renforcé des pilotes Le crash de l'A320 continue par ailleurs d'alimenter les débats sur le suivi médical des pilotes. Le président de l'association des médecins allemands du transport aérien demande qu'ils soient soumis à des examens plus fréquents. 'Il faut plus d'analyses médicales portant sur les taux de sucre et de graisse dans le sang. Ces analyses nous permettraient de détecter d'éventuels dommages au foie, une dépendance à l'alcool ou à la drogue'', explique le Dr Hans-Werner Teichmüller. Selon la presse allemande, des médicaments contre les troubles maniaco-dépressifs ont été retrouvés au domicile d'Andreas Lubitz, le copilote de Germanwings qui a volontairement projeté l'avion contre la montagne, tuant 149 personnes.
International
La maison mère de Germanwings a expliqué lundi qu'elle n'était pas obligé d'informer les autorités aériennes de la dépression de son copilote.
Vidéos à la une
La Lufthansa, maison mère de Germanwings, a-t-elle correctement informé l'Autorité de supervision du transport aérien (LBA) concernant l'état de santé d'Andreas Lubitz ? Depuis ce week-end, la question fait débat en Allemagne. Le co-pilote, soupçonné d'avoir provoqué le crash de l'Airbus de la Germanwings le 24 mars dernier, avait connu une dépression et suivait apparemment un traitement. L'Autorité de supervision du transport aérien affirme ne pas en avoir été informé. Or, c'est cet organisme qui délivre les brevets de vol aux pilotes. S'il y a eu manquement de la part de la compagnie aérienne, alors sa responsabilité pourra être engagée. Et dans ce cas là, l'indemnisation des victimes peut devenir beaucoup plus élevée. C'est ce qu'explique Elmar Giemulla, avocat spécialisé. Il souligne que notamment les avocats des victimes américaines ne manqueront pas d'exploiter une telle situation pour réclamer de très lourds dommages et intérêts. Les condamnations étant bien plus lourdes aux Etats-Unis qu'en Europe, la compagnie et ses assureurs proposent généralement des montants plus importants aux Américains pour éviter les poursuites. 'Tout dépendra, dit-il, du degré de responsabilité de Lufthansa'. Aussitôt après le crash, la compagnie a débloqué une première aide d'urgence allant jusqu'à 50.000 euros par victime. Il y avait 150 personnes à bord. Au final, le montant total des indemnisations versées pourrait s'élever à plusieurs centaines de millions d'euros. En savoir plus sur le processus d'indemnisation : > Germanwings : les assureurs mettent 300 millions de dollars de côté, par euronews. > Site de la Fédération françaises des sociétés d'assurances > La Convention de Montréal qui précise les règles relatives au transport aérien international, et notamment la question des préjudices.
Vidéos à la une
A Seyne-les-Alpes, dans le Sud de la France, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a rendu vendredi hommage à tous ceux qui ont participé aux opérations de secours après le crash de l'A320 de la Germanwings. Les secouristes, enquêteurs et différents services de l'État ont été honorés, mais le ministre a aussi remercié toute la population de la vallée : 'Personne n'est préparé jamais à faire face à un tel évènement, et pourtant immédiatement la solidarité s'est organisée, celle de toute une région, la belle solidarité des gens de montagne. Il appartient désormais à l'enquête de faire toute la lumière sur les causes de ce drame', a déclaré Bernard Cazeneuve. La deuxième boîte noire a été retrouvée jeudi sur le site du crash. Son analyse a confirmé les éléments extraits de la première, à savoir que le crash est bien dû à un acte volontaire. Elle révèle que le copilote a utilisé le pilote automatique pour engager la descente de l'appareil. L'appareil s'est écrasé le 24 mars dernier dans les Alpes-de-Haute-Provence, faisant 150 morts.
Vidéos à la une
La seconde boîte noire de l'A320 de Germanwings confirme la thèse d'un acte délibéré du copilote. Selon le BEA, le bureau d'enquêtes et d'analyses, Andreas Lubitz a utilisé le pilote automatique pour engager l'avion en descente et il a agi plusieurs fois sur les commandes pour augmenter la vitesse de l'appareil, qui s'est écrasé sur la montagne avec à son bord 150 passagers et membres d'équipage. La boîte noire avait été retrouvée jeudi par une gendarmette après plusieurs jours de recherche. Elle était enfouie à vingt centimètres sous terre. ''J'avais reperé un amas de vêtements. On a un peu fouillé, on a gratté, on a évacué des débris vers le bas, et c'est à ce moment-là que j'ai découvert une boîte, elle avait la couleur du gravier noir comme il y a partout sur la zone'', raconte Alice Coldefy, du peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix. Les gendarmes poursuivent leurs recherches sur le site du crash pour récupérer un maximum d'effets personnels et ainsi les rendre aux familles. Le travail de récupération des corps est, lui, terminé, mais pas l'identification qui pourrait prendre encore plusieurs semaines.
Vidéos à la une
VERNET - AVRIL 2015 - Plus d'une semaine après le crash de l'avion de la Germanwings, le travail des gendarmes sur zone touche à sa fin. la deuxième boite noire de l'A320 vient tout juste d'être retrouvée ce jeudi. Plus tôt dans la semaine les corps des 150 victimes ont tous été relevés. Quant aux identifications ADN elles suivent leur cours. Désormais seuls une vingtaine de militaires continuent à être mobilisés. Avec une mission bien précise. Une fouille minutieuse qui devrait s'achever d'ici samedi. Après cela, une société civile payée par la Lufthansa, la compagnie mère de Germanwings, procédera à la dépollution du site du crash.
Vidéos à la une
Neufs jours après, les patrons de Lufthansa et de la Germanwings sont venus rendre hommage mercredi matin aux victimes du crash qui a coûté la vie à 150 personnes. Ils en ont profité pour saluer le travail des secouristes qui poursuivent leurs recherches. Plus de 4000 pièces, des morceaux de corps et des débris d'avion ont déjà été retrouvés.
Vidéos à la une
La réputation de Lufthansa mise à mal par les nouvelles révélations sur le drame du crash de Germanwings, alors que la compagnie allemande traverse des turbulences financières. Ce mardi, Lufthansa, la maison-mère de Germanwings, a révèlé que Andreas Lubitz, le copilote de l'A320 sinistré, avait informé l'école de pilotage de Lufthansa en 2009 qu'il avait traversé un 'épisode dépressif grave'. Cette révélation remet en question le processus de sélection des pilotes, alors que la compagnie, par la voix de son PDG, se vante de 'former les meilleurs pilotes du monde', un gage de sécurité. Elle met aussi en mauvaise posture Carsten Spohr, qui avait dit le 26 ne pas avoir le droit de révéler les raisons de son interruption à l'époque : 'Par la suite, il n'a pas seulement réussi tous les examens médicaux, mais aussi tous les entraînements et tests de vols. Il était à 100 pour cent apte, sans aucune restriction et sans aucune condition. ' Les arrêts maladie déchirés trouvés dans l'appartement de Lubitz faisaient porter toute la responsabilité du drame sur un seul homme. Christoph Kumpa, le procureur de Düsseldorf en tirait cette conclusion : 'Le fait qu'ont été retrouvés des certificats médicaux, entre autres, des documents récents, y compris du jour même du crime, soutient l'hypothèse fondée sur les premiers examens, selon laquelle le défunt avait caché sa maladie à son employeur et ses collègues de travail.' Cette affaire vient plomber l'enviable réputation de fiabilité de Lufthansa, quelque part entachée par les grêves à répétition des pilotes depuis un an. 'Heureusement, nous avons des clients très fidèles. Même si nous constatons une baisse des réservations à chaque annonce de grève, ce n'est que pour une courte période. Pour autant, c'est une atteinte à notre réputation, et évidemment, c'est quelque chose que nous aimerions laisser derrière nous le plus vite possible' a précisé la porte-parole de la compagnie, Barbara Schäder. Le conflit a coûté à la compagnie plus de 230 millions d'euros en 2014, alors que Lufthansa doit impérativement réduire ses coûts pour faire face à ses concurrents low-cost en Europe, et sur les longs courriers, face à des rivaux comme Emirates et Turkish airlines.
Vidéos à la une
 Les patrons de Lufthansa et Germanwings se sont rendus près du site du crash de l'A320 que le copilote Andreas Lubitz a précipité dans les montagnes des Alpes-de-Haute-Provence mardi dernier.S'ils se sont recueillis près des lieux, les deux patrons ont cependant...
Vidéos à la une
Les deux dirigeants de la Lufthansa et de la Germanwings se sont rendus dans les Alpes ce mercredi, au plus près du lieu du crash qui a couté la vie à 150 personnes. Les deux hommes se sont recueillis et exprimés devant la presse. Ils n'ont cependant pas évoqué le passé dépressif du copilote.
Vidéos à la une
Un point presse de la compagnie aérienne Lufthansa est attendu ce mercredi. De nouvelles révélations sur la personnalité du co-pilote dépressif de l'Airbus 320, Andreas Lubitz pourraient être révélées. Le jeune homme avait bien alerté son employeur de ses problèmes de dépression au moment de sa formation, il y a six ans. La Lufthansa aurait-elle dû accentuer le suivi d'Andreas Lubitz?
Vidéos à la une
Le PDG de Lufthansa et celui de sa filiale lowcost Germanwings, sont arrivés ce mercredi 1er avril dans la matinée près de la zone du crash de l'A320 dans les Alpes-de-Haute-Provence. Ils vont se recueillir quelques instants avant un point presse.

Pages

Publicité