Revue du web
Avec Atlantico
Le maire de Bordeaux serait prêt à travailler avec les sarkozistes Eric Ciotti, Gérald Darmanin, Luc Chatel, Eric Woerth et même Brice Hortefeux. En revanche, il lui semble plus improbable de laisser la présidence du parti à Laurent Wauquiez qui, selon les juppéistes, "n'est pas sarkoziste" et a son propre agenda en tête.
Vidéos A la une
Benoist Apparu, député LR de la Marne, a été invité par Ruth Elkrief à réagir mercredi soir sur BFMTV aux propos polémiques de Luc Chatel lors du Conseil national des Républicains. Le député de la Haute-Marne avait déclaré: "Les Républicains doivent être le parti du principe d'innovation plus que du principe de précaution, le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotechs". Benoist Apparu ne le suit pas complètement sur le gaz de schiste en revanche il le rejoint sur les organismes génétiquement modifiés. "En quoi les OGM sont par principe un problème? Quelle est la difficulté française? Vous avez peut-être sur 300.000 OGM inventés, 10.000, 50.000 qui seront nocifs. Il faudra les écarter. Si demain on trouve un OGM qui permet par exemple de lutter efficacement contre le moustique tigre pour éviter les épidémies comme on les voit en ce moment en Amérique du Sud? Ce serait une très bonne chose", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Luc Chatel succède à Jean-Pierre Raffarin en devenant samedi le nouveau président du Conseil national des Républicains. Soutenu par le président du parti, Nicolas Sarkozy, l'ancien ministre a totalisé 55,3% des voix devant sa concurrente Michèle Alliot-Marie.
Vidéos A la une
A la tribune du Conseil national des Républicains samedi, le président du parti Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il présentera dimanche un "texte" sur les orientations qui "l'engagera", et qui sera "soumis au vote des adhérents en avril". Dans la foulée, Luc Chatel a été élu président du Conseil national du parti, pour succéder à Jean-Pierre Raffarin.
Vidéos A la une
Invité mardi dans Politique matin, le député Les Républicains Luc Chatel a réagi à la défaite dimanche de Claude Bartolone aux élections régionales face à Valérie Pécresse pour la région Île-de-France. "Nous avions alerté lorsque Claude Bartolone s'est présenté à la présidence de la région Île-de-France en disant, ça pose un problème que le président de l'Assemblée nationale soit aussi candidat", a rappelé le député de Haute-Marne. (...) Aujourd'hui c'est l'institution Assemblée nationale qui est affaiblie parce que son président a été battu sèchement."
Vidéos A la une
Brice Hortefeux, Luc Chatel et Thierry Solère évoquent la nécessité d'une droite unie à la veille des élections régionales. La campagne en vue de la primaire du parti ne commençant qu'au lendemain des régionales.
Vidéos A la une
Après Alain Juppé qui oublie son nom, c'est au tour d'un autre Républicain, Luc Chatel, de commettre un lapsus à propos du président de la République, sur le plateau de LCI et Radio Classique. La bourde n'est pas passée inaperçue.
Vidéos A la une
Le député Les Républicains de la Haute-Marne, Luc Chatel, était l'invité de LCI. "La France est aujourd'hui le malade de l'Europe... Est-ce que la France doit faire disparaître son rayonnement économique ? Je ne m'y résignerai pas", a-t-il affirmé.
Vidéos A la une
Invité de LCI, le député Les Républicains de la Haute-Marne, Luc Chatel, est revenu sur les incidents survenu lors du CCE d'Air France.
Vidéos A la une
Invité de la Matinale LCI-Radio Classique, le député de la Haute-Marne et conseiller politique Les Républicains Luc Chatel n'a pas hésité à égratigner le Premier ministre Manuel Valls. Ce dernier compte réformer le code du Travail. Un effet d'annonce selon l'invité.
Vidéos A la une
Au programme du zapping politique de jeudi : Myriam El Khomri explique sur RTL ne "pas être un poids lourd" politique mais avoir "une légitimité". Luc Chatel estime sur LCI que "ce n'est pas le casting" qui changera la situation. En outre, Nathalie Kosciuzko-Morizet sur France Inter et Gilbert Collard sur France Info ont réagi sur la crise des migrants.
Vidéos A la une
Invité de la Matinale LCI-Radio Classique, le député de la Haute-Marne et conseiller politique Les Républicains Luc Chatel a évoqué le mouvement des agriculteurs convergeant vers Paris. Pour lui, "le gouvernement a sous-estimé les difficultés du monde rural".
Vidéos A la une
Invité de la Matinale LCI-Radio Classique, le député de la Haute-Marne et conseiller politique Les Républicains Luc Chatel a répondu aux accusations du FN notamment à l'encontre de Nicolas Sarkozy en matière d'immigration. Il a vivement rappelé l'implication du président des Républicains pour une rénovation de Schengen.
Vidéos A la une
Luc Chatel était invité sur le plateau de BFMTV ce jeudi. L'ancien ministre de l'Education nationale a justifié le revirement de position de Nicolas Sarkozy de mercredi dernier sur la gestion de la crise grecque. "Nous avons le choix entre deux mauvaises solutions", explique Luc Chatel. Les Républicains soutiennent donc la voix d'un accord avec la Grèce, plutôt que de la voir quitter la zone euro, mais cela reste, pour eux, problématique face aux efforts réalisés par les autres pays européens.
Vidéos A la une
"Je rêve d'un monde où l'on pourrait travailler 32 heures par semaine..." Le "rêve" de la garde des Sceaux Christiane Taubira n'est pas du goût de Luc Chatel : "La gauche n'en a pas fini avec ses vieux démons, déplore-t-il. Ça fait 20 ans que, non seulement, cette théorie a échoué sur le plan économique, mais elle a en plus bloqué les consciences." Interrogé ensuite sur l'éventuelle suppression des 35h en cas de retour de la droite au gouvernement, le député "Les Républicains" de Haute-Marne a préféré esquiver : "Nous avons un vrai sujet sur les questions qui tournent autour du travail : temps de travail, contrat de travail, flexibilité, nouveau mode de travail...".
Vidéos A la une
Invité de Guillaume Durand ce mercredi matin sur LCI et Radio Classique, Luc Chatel - député UMP de la Haute-Marne - s'est montré très critique à l'égard de la politique économique mise en place par le gouvernement. Il estime que "François Hollande est à la recherche de la croissance qu'il a lui même cassé".
Vidéos A la une
Invité ce mercredi soir sur BFMTV, Luc Chatel a réagi au décret sur la réforme du collège publié dans la journée. Pour l'ancien ministre de l'Éducation nationale, il s'agit d'une "provocation" et d'un "acte de fébrilité". "C'est un peu curieux. Toute la semaine, le Premier ministre et la ministre de l'Éducation nationale nous ont expliqué qu'ils étaient ouverts au dialogue. Et, tout d'un coup, au milieu de la nuit, on prend un décret qui met en oeuvre la réforme. Donc ça cloue le bec à tout dialogue", a estimé le député UMP.
Vidéos A la une
Luc Chatel, député de la Haute-Marne, estime que la victoire de la droite, et en particulier de l'UMP, est un bon résultat pour son président Nicolas Sarkozy. L'ancien Président de la république qui a fait de l'apaisement et du rassemblement sa ligne conductrice, devrait ainsi pouvoir mettre en oeuvre dans les départements la ligne politique du parti, notamment la réduction des dépenses publiques.
Vidéos A la une
Luc Chatel, député de la Haute-Vienne, conseiller politique de l'UMP, était l'invité de "La Newsroom", ce lundi sur LCI. Qualifiant les résultats de l'UMP au premier tour des départementales ce dimanche de "bon score", il a évoqué "une responsabilité très importante" pour le parti qui "est le seul à incarner la vraie alternance."
Vidéos A la une
Luc Chatel, député de la Haute-Vienne, conseiller politique de l'UMP, était l'invité de "La Newsroom", ce lundi sur LCI. "Nous n'acceptons pas de leçon de morale" a -t-il indiqué en réaction aux propos de Manuel Valls qui a exhorté lundi la droite et le centre à "faire barrage partout au Front national" au second tour des départementales dimanche.
Vidéos A la une
Luc Chatel, député de la Haute-Vienne, conseiller politique de l'UMP, était l'invité de "La Newsroom", ce lundi sur LCI. Réagissant aux propos de Manuel Valls qui a exhorté lundi la droite et le centre à refuser le "ni-ni mortifère", il a estimé que "ce qui est mortifère c'est l'attitude du Premier ministre".
Insolite
A l'occasion des soixante ans de Nicolas Sarkozy, Luc Chatel s'est efforcé de lui trouver un présent pour le moins original. 
Vidéos A la une
Interrogé sur LCI samedi matin, Luc Chatel, le secrétaire général du parti, a notamment indiqué que sa formation avait porté plainte.
Vidéos A la une
Luc Chatel, secrétaire général de l'UMp est revenu samedi matin, sur la cyber-attaque subie par le site dans la soirée de vendredi. "Le vote a re^ris mais nous sommes très vigilants".
Politique
Les adhérents UMP sont appelés, depuis vendredi soir, à élire pour son nouveau président du parti jusqu'à ce samedi à 20h. Mais peu après l'ouverture du scrutin électronique, le site a été victime de cyber-attaques.
Vidéos A la une
Le secrétaire général de l'UMP, Luc Chatel, avait convié les cameras pour montrer à quel point le vote électronique était simple et rapide. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu...
Vidéos A la une
Après la mort de Christophe de Margerie, Pierre Moscovici estime que la France a perdu un "capitaine d'industrie". Pour Luc Châtel, le PDG de Total était "un grand ambassadeur de la France". Nicolas Dupont-Aignan demande quant à lui que "toute la vérité soit faite" sur l'accident.
Vidéos A la une
Alors que le Sénat est passé à droite, Luc Chatel de l'UMP, estime que cela "confirme la progression de (leur) force politique, c'est un nouveau camouflet pour François Hollande". Du côté du NPA, Olivier Besancenot affirme qu'il faut "abolir le Sénat, cela permettrait de faire pas mal d'économie".
Vidéos A la une
Luc Chatel, secrétaire général de l'UMP par intérim, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur les propos d'Emmanuel Macron qualifiant d'illettrés les salariés de la société Gad. Il estime que "c'est une vraie faute parce que ces propos sont indignes et méprisants". Devant l'Assemblée nationale, le ministre de l'Économie a présenté "ses plus plates excuses" aux employés bretons qu'il a blessés.
Vidéos A la une
"Nous avons été désastreux", a reconnu lundi Luc Chatel, invité du Club LCI. "C'est très difficile de remonter la pente" et "d'être audible", a expliqué le secrétaire général de l'UMP. "Les gens entendent le tambour mais ils n'entendent pas la petite musique de la reconquête".

Pages

Publicité