Vidéos A la une
Le texte défendu par le gouvernement prévoit 3,8 milliards d'euros de crédits supplémentaires pour la Défense entre 2016 et 2019. Le budget de l'armée passerait donc de 158,6 milliards d'euros à 162,4 milliards. Le vote solennel sur le texte sur aura lieu mardi 9 juin. Un reportage de Thibaut Le Floch
Vidéos A la une
Les députés voteront le 9 juin, après en avoir débattu dès aujourd'hui, l'actualisation de la loi de programmation militaire 2014-2019, qui traduit l'augmentation des moyens financiers des armées décidée par François Hollande. Le budget de la Défense : 31,4 milliards d'euros en 2015 va bénéficier de 3,8 milliards d'euros supplémentaires entre 2016 et 2019, notamment pour financer une moindre réduction d'effectifs (près de 18 000 postes seront épargnés), selon le projet de loi défendu par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Cette rallonge budgétaire, destinée à assumer la lutte contre le terrorisme, devrait permettre d'accorder plus de moyens à la cyberdéfense, à l'aéronautique et au renseignement. Les forces armées devront ainsi être capables de déployer 7 000 hommes sur le territoire national, avec une capacité à monter en quelques jours jusqu'à 10 000 hommes pour un mois. Mais comment maitriser ce budget alors que le coût des Opex (coût des opérations menées à l'étranger) dérape ? Le dernier rapport de la Cour des comptes pointe un dépassement de 665 millions sur les 450 millions prévus, le plus élevé depuis 10 ans. Est-il normal que la France assume des coûts dans ce domaine supérieurs aux autres pays européens ? Le financement des opérations militaires extérieures qui contribuent à la sécurité de l'Europe doit-il être exclu du calcul des déficits ? Cette hausse des moyens sera-t-elle suffisante pour assurer la sécurité des Français, sur le territoire national comme en intervention extérieure ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités. Invités : - Gérard Longuet, sénateur Les Républicains de la Meuse - Gwendal Rouillard, député PS du Morbihan - Vincent Desportes, Général de division de l'armée de terre Question lejdd : Le financement des opérations militaires extérieures doit-il être exclu du calcul du déficit budgétaire français ?
Publicité