Revue du web
Avec Atlantico
Le gouvernement indien a approuvé un projet de loi restreignant les services de gestation par autrui (GPA), en l'interdisant notamment aux étrangers.
Société
Alors que la polémique sur le port du burkini sur les plages ne cesse de croître, on fait le point sur ce qui est autorité ou non sur le territoire national.
International
Alors qu'en France le débat fait rage sur l'utilité d'interdire ou non ce maillot de bain islamique, les autres pays européens s'en accommodent plus ou moins bien.
Vidéos A la une
Uber face aux tribunaux britanniques, c'est une première. Deux chauffeurs londoniens ont porté plainte contre le géant technologique qui les met en relation avec leurs clients via son application. Le procès qui a débuté ce mercredi au tribunal du travail de Londres, devrait durer une semaine. Le service est illégal selon les deux hommes qui demandent le droit de prendre des vacances et des congés maladie. Le verdict, s'il leur est favorable, pourrait impacter la vie des 30 000 chauffeurs Uber de la capitale britannique. Ces derniers sont des indépendants et non des salariés, ils travaillent quand ils veulent et sont bien rémunérés, rétorque la société californienne qui a réalisé ce lundi son deux-milliardième voyage depuis sa création.
Vidéos A la une
Le rétablissement de la peine de mort de plus en plus d'actualité en Turquie. Quatre jours après le coup d'Etat manqué, la question est chaque jour plus présente. Et si la peine capitale a été abolie en 2004, le président Erdogan galvanise les foules en soutenant son retour. 'Cette question va être débattue au parlement, ces scélérats nous ont bombardés et je pense que les partis politiques sauront prendre la meilleure décision. Et s'il est décidé de rétablir la peine de mort je l'approuverai.' La peine de mort, envisagée pour les auteurs présumés du coup d'Etat, n'en déplaise à l'Union européenne qui a prévenu que cela refermerait ses portes à l'adhésion d'Ankara. Dans cette vidéosurveillance, diffusée par le gouvernement, on voit un bombardement aux abords du palais présidentiel, samedi matin. Depuis, la purge s'accélére, avec l'arrestation de près de 17 000 personnes, dans l'armée, la police et la magistrature.
Société
En juin dernier à Biarritz, Maurice Franc a enfreint le Code pénal en célébrant le mariage d'une femme atteinte d'un cancer en phase terminale. Elle est morte deux jours pus tard.
Vidéos A la une
Le Bundestag allemand a adopté le durcissement de la loi relative au viol. Le texte, qui a reçu l'ovation des députés, se base sur le principe du ''non, c'est non'. Concrètement, tout acte sexuel, comme des attouchements, commis contre la volonté identifiable d'une personne est désormais considéré comme une infraction pénale. La loi était, jusqu'ici, jugée trop restrictive. De nombreuses agressions sexuelles échappaient aux poursuites, au grand dam des associations de soutien aux victimes. Katja Grieger est membre de l'association 'Femmes contre la violence' : _'Avant, pour qu'un viol soit puni par la loi, il fallait qu'il y ait une résistance de la part de la victime, ou que son agresseur ait recours à la violence ou soit menaçant. Maintenant, il suffit de dire non. Cela signifie que de nombreuses agressions sexuelles qui, jusqu'à aujourd'hui, étaient totalement exemptes de sanctions judiciaires, peuvent faire l'objet de poursuites, si elles sont dénoncées.'' Cette loi fait suite aux évènements du Nouvel An à Cologne, quand des centaines de femmes avaient dénoncé des agressions sexuelles, la plupart commises par des migrants. Pour certains, le nouveau texte risque d'entraîner une multiplication des dénonciations mensongères. Pour d'autres, il ne résout pas le dilemme principal, pour la justice, dans ce type d'agressions : l'absence de témoins. L'Allemagne bouleverse sa définition légale du viol https://t.co/dlGj26Se8O pic.twitter.com/fYpWCbkhC8- Le Monde (@lemondefr) 7 juillet 2016
Politique
Alors que Christian Estrosi vient de proposer une limitation à deux mandats maximum dans le temps, on fait le point sur toutes les modalités actuelles concernant le cumul en politique.
Vidéos A la une
Le gouvernement français veut absolument faire adopter la loi travail. Alors pour ce faire, le Premier ministre a annoncé ce mardi une nouvelle fois le recours à l'article 49-3 de la constitution qui engage la responsabilité du gouvernement sur un texte. Il l'avait déjà lors du premier examen du texte en mai dernier. Et comme en mai, Manuel Valls a fustigé 'une alliance des contraires' et 'des conservatismes' en visant la droite et les opposants de gauche au projet de loi, dans un discours de moins de dix minutes que les élus Les Républicains n'ont pas écouté jusqu'au bout, quittant l'hémicycle. 'J'ai donc décidé, après la délibération du conseil des ministres du 10 mai, d'engager la responsabilité du gouvernement sur le vote en nouvelle lecture du 'projet de loi relatif au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels'. La constitution de la 5ème République permet, à ceux qui ne sont pas d'accord avec le texte que nous avons présenté, de présenter une motion de censure.' Manuel Valls Les opposants ont jusqu'à ce mercredi 15h00 pour déposer une motion de censure. Si ce n'est pas le cas, le texte sera adopté, avant d'être transmis au Sénat dans les prochains jours. L'utilisation de l'article 49-3 est critiqué par les manifestants qui dénoncent un passage en force du gouvernement. Ce mardi, des milliers de personnes sont encore descendus dans les rues - 12ème jour de mobilisation contre ce projet de loi travail. Les syndicats envisagent déjà de nouvelles manifestations à la rentrée, après les vacances estivales.
Vidéos Argent/Bourse
Le projet de loi El Khomri fait son grand retour en seconde lecture à l'Assemblée nationale, mardi 5 juillet. Les députés frondeurs s'inquiètent de la perspective d'un nouveau 49-3 pour faire passer la loi Travail. Les élus espèrent que le gouvernement va privilégier le dialogue plutôt que "le passage en force" et brandissent le spectre d'une motion de censure.
Vidéos A la une
Un millier de personnes a manifesté pour protester contre la loi travail. Il s'agit de la 17ème mobilisation à Tours.
Vidéos Argent/Bourse
Une entreprise nantaise spécialisée dans la fabrication de mobilier urbain a engagé la démarche pour un compte pénibilité. Une application difficile car il a fallu recenser tous les postes pénibles pour ses salariés, du bruit, au port de charges lourdes. Une mesure bonne sur le fond mais difficile à mettre en place.
Vidéos A la une
Le président du Medef Pierre Gattaz a appelé jeudi à "retravailler" le compte pénibilité à la veille de son entrée en vigueur, répétant qu'il était "inapplicable" après avoir dit que le patronat ne l'appliquerait pas, à la sortie d'un entretien avec Manuel Valls. Le Premier ministre a quant à lui, tenu à dénoncer l'attitude du patronat.
Vidéos A la une
C'est une première au Danemark. La très controversée loi sur la saisie des biens des demandeurs d'asile a pour la première fois été appliquée. Cinq personnes de nationalité iranienne, accusées d'être entrées avec de faux papiers dans le Royaume ont vu leur argent saisi, près de 11 000 euros au total. Passée au mois de janvier 2016, le procédé législatif a officiellement pour but de financer la prise en charge des demandeurs d'asile.
Vidéos Argent/Bourse
Ce matin, la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a annoncé que l'encadrement des loyers va être étendu à toute l'agglomération parisienne. Cette mesure concernera, d'ici 2018, les logements de 412 communes de la petite couronne de Paris. Quels sont les enjeux de l'extension de ce dispositif ? Quelles en seront les conséquences ? Cette décision va-t-elle freiner l'arrivée d'investisseurs sur le marché immobilier parisien ? - Avec: Jean-François Buet, président de la FNAIM. Et Marie Coeurderoy, chroniqueuse de BFM Business. - Intégrale Placements, du jeudi 30 juin 2016, présenté par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Au programme du Conseil des ministres ce jeudi, la réforme du travail qui sera examiné en séance publique à l'Assemblée nationale à partir de mardi prochain. Le gouvernement oscille entre volonté de faire quelques concessions et d'afficher sa fermeté. Cependant François Hollande n'exclut pas l'utilisation du 49-3 si besoin.
Vidéos Argent/Bourse
Invité politique d'Arlette Chabot, Bruno Le Roux s'est exprimé sur la rencontre mercredi entre les syndicats et le gouvernement pour trouver un accord sur la loi Travail. Manuel Valls reçoit ce jeudi Pierre Gattaz. Le texte passera à l'Assemblée nationale, mardi prochain. François Hollande a envisagé le recours au 49.3. "Il n'y a que le gouvernement qui a bougé aujourd'hui pour essayer de trouver un compromis", a expliqué le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.
Vidéos Argent/Bourse
Invité politique d'Arlette Chabot, Bruno Le Roux s'est exprimé sur la rencontre mercredi entre les syndicats et le gouvernement pour trouver un accord sur la loi Travail. Manuel Valls reçoit ce jeudi Pierre Gattaz. Le texte passera à l'Assemblée nationale, mardi prochain. François Hollande a envisagé le recours au 49.3. Pour le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, "on peut l'éviter à une seule condition, c'est que ceux qui sont encore en désaccords dans l'hémicycle à gauche n'aillent pas faire des alliances avec la droite".
Vidéos A la une
Des heurts se sont produits mercredi entre des policiers et des employés d'usines en Bolivie, lors de manifestations contre des lois du président Evo Morales, faisant plusieurs blessés et entraînant de nombreuses arrestations, selon des sources gouvernementale et syndicale. Le Président bolivien tente de réformer drastiquement le fonctionnement des entreprises publiques.
Vidéos Argent/Bourse
Après quatre mois de mobilisation contre la loi Travail, plusieurs organisations syndicales ont été reçues ce mercredi à Matignon. Malgré les efforts, des différends persistent. À la sortie de la réunion Jean-Claude Mailly, président de Force Ouvrière, a déclaré qu'il y avait encore "des désaccords de fonds sur les heures supplémentaires, le travail de nuit, le travail à temps partiel...."
Société
En Biélorussie, des personnes se sont mises à travailler toutes nues à la suite d’un lapsus de leur président. Mais en France, une telle démarche aurait-elle été possible ?
Vidéos A la une
Entre 2000 et 7000 personnes ont une nouvelle fois manifesté à Lyon pour protester contre la loi travail.
Vidéos Argent/Bourse
Le Sénat a adopté mardi le projet de loi travail après l'avoir rendu nettement plus libéral lors de ses travaux, alors que le texte est toujours contesté dans la rue par des dizaines de milliers d'opposants. Principales mesures prises par le Sénat, l'abrogation des 35 heures, le seuil des 24 heures supprimé et donc la possibilité pour les employeur de faire des contrats qui pourront durer seulement une journée, enfin le plafonnement des indemnités prud'homales. L'Assemblée nationale examinera le texte mardi prochain.
Vidéos A la une
Le Sénat français, à majorité de droite, a adopté le projet de loi travail ce mardi, onzième journée de manifestations dans les villes de l'hexagone. 185 sénateurs se sont prononcés 'pour' et 156 'contre'. Dans l'après-midi, ils étaient 200.000 selon les syndicats, 64.000 selon la police à défiler contre une loi qui va selon eux précariser plus encore les salariés. La mobilisation stagne, mais le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, qui rencontrera le Premier ministre Manuel Valls ce mercredi, peut toujours s'appuyer sur l'opinion publique, majoritairement opposée au texte: 'On est confiants comme depuis quatre mois, c'est pas nous qui sommes en position de faiblesse, je vous le répète on a un soutien majoritaire a tous les niveaux et c'est au gouvernement de prendre ses responsabilités, on parle beaucoup depuis dimanche d'écouter les peuples, vous savez? Et bien on a l'occasion, en tout cas le gouvernement et le président de la République, ont l'occasion de le faire ici en France aussi', a-t-il déclaré Les sacs étaient fouillés à l'entrée du cortège parisien, autour duquel un important dispositif policier était déployé. Des affrontements ont éclaté en fin d'après-midi. 41 personnes ont été interpellées, la plupart de manière préventive lors des filtrages policiers. Le gouvernement n'exclut pas de recourir une fois de plus à l'article 49-3, pour faire passer en bloc la loi El Khomri dont la relecture par les députés est prévue le 5 juillet. Date de la prochaine manifestation. #LoiTravail Des dizaines de milliers d'opposants partout en France https://t.co/MmEbES3a4b #AFP pic.twitter.com/ZkJustQ1zi- Agence France-Presse (@afpfr) 28 juin 2016
Vidéos A la une
Environ 3000 personnes ont manifesté à Lille pour une nouvelle journée de mobilisation contre la loi travail.
Vidéos A la une
La préfecture de police de Paris "a donné son accord " pour que la manifestation contre la loi Travail de mardi à Paris se tienne entre Bastille et Place d'Italie. Un trajet plus long que la dernière fois. La CGT s'est dite satisfaite de ce compromis. La manifestation s'élancera à dans l'après-midi vers 14 heures.
Vidéos Argent/Bourse
Dans la nuit de jeudi à vendredi, plusieurs individus ont vandalisé le siège de la CFDT à coup de barres de fer et de jets de pierre. Plusieurs témoins ont assisté à la scène. Quelques heures après, près de neuf personnes ont été interpellées par la police.
Vidéos A la une
Des défilés ont aussi lieu ce jeudi en province, notamment à Marseille et à Rennes où de jeunes manifestants ont réussi à déborder les syndicats et à s'imposer en tête de cortège. Les manifestants ont montré leur détermination quant à leur opposition à la réforme du travail.
Vidéos Argent/Bourse
Contrairement à ce qui avait été annoncé plus tôt dans la journée, la manif anti-loi Travail aura bien lieu mais son parcours se verra raccourci. Empêcher 100 000 personnes de manifester "aurait été la cata" selon certains conseillers de François Hollande. Le gouvernement a donc voulu apaiser les tensions, après avoir rencontré les syndicats au Ministère de l'Intérieur.

Pages

Publicité