Revue du web
Avec Atlantico
La réforme de la loi santé portée par Marisol Touraine s'appliquera au mois de novembre prochain. Elle étendra le tiers payant généralisé pour tous les patients remboursés par la sécurité sociale. Les médecins y voient du mépris à leur égard et dénoncent une réforme qui va appauvrir le système de santé français tel qu'il existe actuellement.
Revue du web
Avec Atlantico
La réforme de la loi santé portée par Marisol Touraine s'appliquera au mois de novembre prochain. Elle étendra le tiers payant généralisé pour tous les patients remboursés par la sécurité sociale. Les médecins y voient du mépris à leur égard et dénoncent une réforme qui va appauvrir le système de santé français tel qu'il existe actuellement.
Vidéos A la une
Tous les professionnels de santé sont invités à faire grève ce vendredi contre le projet de loi Santé de Marisol Touraine et le tiers payant généralisé. Les syndicats de médecins libéraux jouant la carte de l'unité. Il sera difficile de trouver un cabinet médical ouvert pour les patients.
Vidéos A la une
Faisant fi des pressions des lobbies du tabac, les députés de la commission des Affaires sociales ont rétabli lundi soir l'instauration d'un paquet de cigarettes neutre. La mesure avait été supprimée au début du mois d'octobre par le Sénat, à majorité de droite. Il est petit, il est moche et c'est pour ça qu'il est utile #paquetneutre mesure votée pic.twitter.com/hCTccSYsCu - Michèle Delaunay (@micheledelaunay) 9 Novembre 2015 Les députés ont adopté deux amendements identiques, défendus par le rapporteur PS Gérard Sebaoun et son collègue Christophe Sirugue. "Pas en opposition avec les buralistes" "Les unités de conditionnement, les emballages extérieurs et les suremballages des cigarettes et du tabac à rouler, le papier à cigarette et le papier à rouler les cigarettes" seront, si les députés adoptent à nouveau la disposition en séance publique, à partir du 16 novembre, "neutres et uniformisés". Un décret en Conseil d'Etat fixera les conditions précises de neutralité comme la forme, la taille, la texture et la couleur. "Je ne suis pas en opposition avec les buralistes", a assuré Gérard Sebaoun lors de la présentation de son amendement. "Leurs difficultés remontent à bien avant notre débat sur le paquet neutre." Le député socialiste du Val-d'Oise a également assuré que, pour être efficace, cette disposition doit s'accompagner "d'une augmentation significative du prix" : "L'effet prix est une réalité que personne ne conteste." La droite estime que la mesure sera contre-productive L'opposition, représentée par les députés LR Patrick Hetzel, Dominique Tian et Bernard Accoyer, a fait part de son scepticisme, et tenté de faire sortir les papiers à cigarettes et les papiers à rouler les cigarettes du dispositif de la loi. "Tous ces papiers-là ne se valent pas", a assuré Patrick Hetzel, redoutant une mesure "contre-productive". Dominique Tian et Bernard Accoyer ont tenté par ailleurs d'ouvrir le débat sur la consommation de cannabis chez les jeunes, provoquant la colère de la président de la commission, Catherine Lemorton. Le projet de loi reviendra dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale le 16 novembre.
Vidéos A la une
Catherine Lemorton est en colère. La présidente de la commission des affaires sociales à l'Assemblée a découvert que la composition de sa commission a changé à quelques jours d'un vote très serré sur l'assouplissement de la loi Evin. Les députés socialistes Jean-Jacques Vlody et Sylviane Bulteau ont été opportunément remplacés par Anne-Yvonne Le Dain et Catherine Quéré. Toutes deux ont un point commun : elles sont signataires d'un appel de 60 parlementaires de la majorité demandant à Manuel Valls et François Hollande d'assouplir les règles encadrant la publicité sur l'alcool. En intégrant officiellement la commission, Anne-Yvonne Le Dain et Catherine Quéré, ont gagné le droit de se prononcer sur un amendement très disputé, défendu aujourd'hui par Catherine Lemorton, et qui entend annuler la distinction entre publication pour l'alcool et information oenologique introduite par le Sénat en septembre. En fin d'après-midi, lundi, la commission des affaires sociales a voté l'assouplissement de la loi Evin permettant la publicité pour l'alcool. Députée et viticultrice Catherine Lemorton cible plus particulièrement Catherine Quéré, viticultrice de profession : "C'est une députée que l'on a fait switcher dans ma commission pour l'occasion. Elle vient uniquement pour défendre ce côté-là de la loi." Sur le site de l'Assemblée nationale, la fiche de Catherine Quéré indique qu'elle n'est intervenue qu'en commission du Développement durable depuis 2013, sans manifester d'intérêt apparent pour les affaires sociales. Elle s'est illustrée en juillet dernier avec un rapport parlementaire sur les maladies de la vigne et du bois. Un rapport rédigé au nom de la commission du Développement durable, où elle siégeait encore il y a quelques semaines. Le transfert de Catherine Quéré et Anne-Yvonne Le Dain n'a pu se faire qu'avec la bénédiction de la présidence du groupe socialiste. Catherine Lemorton s'en est expliqué très vivement avec Bruno Le Roux vendredi dernier. Le président du groupe n'est pas parvenu à apaiser la colère de "sa Cathy", comme il l'appelle affectueusement. Par Jean-Baptiste Daoulas.
Vidéos A la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/ChR7kqQk . Focus sur la manifestation ...
Vidéos A la une
Invités : Jacques Myard, Député UMP des Yvelines Alexis Bachelay, Député PS des Hauts-de-Seine
Vidéos A la une
Porté par Marisol Touraine, le textea été adopté mardi après-midi à l'Assemblée Nationale par 311 voix contre 241. Entre le paquet de cigarette "neutre", l'expérimentation des salles de shoot ou la suppression de délai de réflexion pour l'IVG, retour sur ce qui va changer.
Vidéos A la une
La loi Santé sera solennellement votée ce mardi par les députés après deux semaines de discussions. Il a beaucoup été question du fameux tiers payant, mais cette loi ne se résume pas à cet article. Un étiquetage nutritionnel simplifié sera appliqué sur les produits alimentaires. Les fontaines à soda seront bannies pour limiter l'obésité chez les jeunes. Il sera également interdit de fumer en voiture en présence d'un mineur.
Politique
Dans la soirée de mardi, les députés ont voté pour l’expérimentation de salles pour les toxicomanes.
Vidéos A la une
Michèle Delaunay a un principe : " A argent public, contrôle public. Fonctionnement public contrôlable ". C'est pour cela que l'ancienne ministre déléguée chargée des personnes âgées et de la dépendance a déposé un amendement permettant à la cour des comptes de contrôler au même titre que les hôpitaux, les établissements privés de santé qui bénéficient d'importants financements de l'état (plus de 47 milliards d'euros), des collectivités territoriales et de l'assurance maladie. Selon la députée de la Gironde, ce contrôle " permettra une évaluation comparative des coûts et des modes de gestion des établissements financés par l'assurance maladie, qu'ils soient publics ou privés. " Revoir l'intégralité de l'émission ici
Vidéos A la une
L'Assemblée nationale continue l'examen du projet de loi santé. Les députés ont créé, dans la nuit de mercredi à jeudi, un nouveau délit visant à réprimer l'incitation à la maigreur excessive, notamment de la part de sites internet pro-anorexie. Il sera puni d'un an d'emprisonnement et de 10.000 euros d'amende. Concrètement, l'Assemblée a adopté un amendement socialiste réprimant le fait de "provoquer une personne à rechercher une maigreur excessive en encourageant des restrictions alimentaires prolongées ayant pour effet de l'exposer à un danger de mort ou de compromettre directement sa santé". Les députés ont également supprimé l'article controversé qui modifiait l'équilibre de la loi Evin sur la lutte contre le tabagisme. Par ailleurs, un amendement du député UDI Arnaud Richard interdisant les fontaines à soda en libre service dans les lieux publics a été inséré dans le projet de loi. Autres mesures adoptées : la suppression du délai de réflexion de sept jours pour les interruptions volontaires de grossesse et le renforcement de la lutte contre le "binge drinking" (ou beuverie expresse). Un reportage de Marion Lefebvre-Becker
Vidéos A la une
Le bras de fer a commencé à l'Assemblée Nationale. Les députés débattent du projet de " loi de modernisation de la santé ". Un projet de loi qui s'est attiré les foudres des médecins. En cause : le tiers payant, une des promesses de campagne de François Hollande. Pourtant, ce texte ne se limite pas à cette mesure controversée. Avec près de 57 articles et près de 2000 amendements déposés, ce projet de loi santé a pour but de moderniser le système médical français. Parmi les mesures phares, on trouve : la suppression du délai de réflexion avant l'IVG, l'obligation de rendre le paquet de tabac neutre à compter de mai 2016, la simplification des litiges médicaux en permettant de regrouper les procédures, le droit à l'oubli c.-à-d. la fin des majorations de tarifs des assurances pour les anciens malades et aussi la création de salle de shoot. Le projet tend également à redéfinir la notion de service public hospitalier ainsi que ses missions. En somme, une loi fourre-tout comprenant autant de points , susceptibles de crisper les députés. Rendez-vous le 14avril pour le vote solennel. Alors faut-il autoriser les salles de shoot ? Arnaud Ardoin et ses invités en parlent dans " ça vous regarde " Michèle Delaunay, députée PS de la Gironde , membre de la commission des affaires sociales Arnaud Robinet, député-maire UMP de Reims (Marne), membre de la commission des affaires sociales , secrétaire nationale de l'UMP délégué à la santé Claude Leicher, président du syndicat MG France , médecin Christian Saout, secrétaire général délégué du Collectif Interassociatif sur la Santé Question JDD : Faut-il autoriser l'expérimentation des salles de shoot ?
Vidéos A la une
"Sans déconner ?" Olivier Véran, le rapporteur PS du projet de loi santé, ne semble pas en croire ses yeux : les députés ont rejeté mercredi son amendement interdisant l'emploi de mannequins trop maigres et dénutris. Le député voulait "solliciter la haute autorité de santé afin qu'elle détermine des indicateurs (...) en-dessous desquels l'état de santé du mannequin n'est pas compatible avec la possibilité de travailler". Il souhaitait ainsi instaurer une sanction en cas de non-respect de cette interdiction pouvant aller jusqu'à six mois de prison et 75.000 euros d'amende. La proposition n'a pas du tout convaincu Bernard Accoyer, le député UMP de Haute-Savoie : "C'est un amendement qui établit une discrimination morphologique au regard du droit du travail (...) La loi, qui, maintenant, définit un poids, un tour de taille, bientôt une longueur de fémur ?! Franchement, revenons sur terre ! " L'amendement, qu'avait promis de soutenir Marisol Touraine, a donc été rejeté par les députés, à la grande surprise de son rédacteur, Olivier Véran. "On y reviendra (lors de l'examen du texte) en séance (publique) sans aucun problème", a toutefois promis le rapporteur du texte.
Vidéos A la une
Moment de détente, mercredi, lors de l'examen en commission des affaires sociales du projet de loi santé. Après une soirée de débats parfois tendus la veille, le rapporteur PS du texte Olivier Véran est d'humeur badine. Sa collègue UMP, Bérengère Poletti, l'interroge sur la mise en place du paquet neutre pour les cigarettes. Une disposition qui ne convainc pas l'élue : elle défend un amendement visant à obliger le gouvernement à présenter un rapport sur l'efficacité de ce paquet dans un délai d'un an après la promulgation de la loi. Du tac au tac, Olivier Véran lui lance :"Les amendements tabac, c'est tabou, on en viendra tous à bout, dans les délais". Une référence à une séquence du film Le Pari, réalisé en 1997 par deux membres des Inconnus, Bernard Campan et Didier Bourdon. Dans ce film, les deux acolytes font le pari d'arrêter de fumer pendant quinze jours et se répètent inlassablement, pour ne pas rechuter : "Le tabac, c'est tabou, on en viendra tous à bout." "Les députés de l'opposition luttent contre le plan tabac" La référence d'Olivier Véran n'est pas tout à fait gratuite : mardi soir, les débats avaient été très vifs lors des amendements sur le tabac. Face à l'activisme des députés de l'opposition, Olivier Véran avait alors assuré que "la totalité (de ces) députés lutte de toutes ses forces contre le plan tabac". Colère de Jean-Pierre Door, l'élu UMP du Loiret, pour qui Olivier Véran avait franchi "la ligne jaune". Les députés ont finalement choisi d'interdire la publicité pour les cigarettes électroniques et d'obliger l'industrie du tabac à publier l'ensemble de ses dépenses de publicité. A lire aussi : VIDEO - Loi santé : les Français attendent des "transformations profondes" selon Marisol Touraine VIDEO - Loi santé : Olivier Véran propose deux amendements "anti-anorexie" VIDEO - Marisol Touraine : "Le tiers payant sera progressivement étendu à tous les Français d'ici à 2017"
Vidéos A la une
57 articles et 1.700 amendements : l'examen du projet de loi santé par la commission des affaires sociales a commence mardi. Les députés ont auditionné la ministre de la Santé Marisol Touraine, qui a assuré avoir pris en compte les inquiétudes du monde médical, notamment sur le tiers payant. Le gouvernement a déposé une cinquantaine d'amendements à ce texte, notamment sur les dispositions concernant les craintes d'étatisation du système de santé ou sur la vaccination. Jean-Pierre Door, l'élu UMP du Loiret, estime que les députés vont "travailler sur un texte qui n'est plus d'actualité". La droite s'opposera aux grands axes du texte : la généralisation du tiers payant, le schéma de la médecine de ville et l'organisation du système de santé.
Vidéos A la une
Olivier Véran a déposé deux amendements visant à combattre l'apologie de la maigreur extrême chez les jeunes filles. "Le premier interdit le recrutement, par les agences de mannequins, de mannequins dont l'IMC (Indice de masse corporel) montre une certaine dénutrition (...) Le deuxième intègre la lutte contre l'anorexie dans les politiques de santé publique," a-t-il expliqué. Daniel Fasquelle, le député UMP du Pas-de-Calais également invité de Patrick Chêne, s'est dit favorable à ces amendements : "Il faut que les annonceurs donnent une autre image de la femme. On ne règlera pas tout par la loi, même si la loi peut être utile, je voterai donc ces amendements" La ministre de la Santé Marisol Touraine s'est également prononcée en faveur de ces deux initiatives. Les amendements ont donc de bonnes chances d'être adoptés lors des débats en commission mardi et jeudi.
Vidéos A la une
Invité du Grand Oral des GG, le médecin et animateur de la santé Michel Cymès s'est exprimé sur la fresque du CHU de Clermont-Ferrand. "Une scène de viol" selon Marisol Touraine. "On ne se fait jamais violer dans une fresque de salle de garde. Il s'agit d'une grande tradition mettant en scène des rapports sexuels bien dessinés" confie le médecin. "Marisol Touraine n'aurait pas voulu être à la place de la Marisol Touraine (il s'agit en réalité de Wonder Woman, mais la fresque fait référence à la Loi Santé) que l'on voit sur ce dessin mais ce n'est pas un viol, ça fait partie de l'esprit des salles de garde, ce n'est que du consenti". La fresque a été effacée et une nouvelle devrait prendre place rapidement.
Politique
Au CHU de Clermont-Ferrand, une fresque représentant le viol collectif d’une "Wonder Woman", symbole de la loi Touraine sur la santé, crée la polémique.
Vidéos Argent/Bourse
La tendance du moment: La suite du mouvement de grogne des médecins a été débattue par le docteur Patrick Gasser, président de l'Union nationale des médecins spécialistes confédérés, Philippe Crevel, économiste et le docteur Eric Henry, président du Syndicat de Médecins Libéraux. - Paris est à vous, du 30 décembre, présenté par Karine Vergniol, sur BFM Business.
Publicité