Vidéos à la une
Le projet de loi sur la liberté de création, l'architecture et le patrimoine créée une nouvelle appellation, nommée "cité historique", qui remplace les systèmes de protection des monuments et sites historiques déjà existants. A Lectoure, petit village du Gers, on s'inquiète des conséquences de la nouvelle loi. En 2003, les trois kilomètres de remparts médiévaux, qui font la fierté de la cité, se sont effondrés. Avec le concours financier de l'Etat, 500 mètres ont été réhabilités. "Sans la présence de l'État, nous n'aurions jamais pu reconstruire ces remparts", explique le maire PS de Lectoure, Gérard Duclos. Ce socialiste a peur d'être abandonné par l'État : la nouvelle loi est censée simplifier la protection en regroupant les trois dispositifs déjà existants en une même dénomination, "cité historique". La protection serait laissée à la libre appréciation des maires et l'élu socialiste a peur qu'une nouvelle majorité à la mairie défasse à l'avenir le travail effectué pendant ses trois mandats. A Cahors, dans le Lot, les petites villes de la communauté de communes redoutent que l'intercommunalité ne décide à leur place. Un reportage de François Goulin et Elisa Bertholomey
Vidéos à la une
Les députés vont examiner à partir de lundi la loi sur la liberté de la création, sur l'architecture et le patrimoine. Invitée de Politique matin lundi sur LCP, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a évoqué les grandes lignes d'un texte "dont l'esprit est d'annoncer l'attachement de la République à la liberté de la création". Elle a notamment soutenu l'amendement sur les quotas de chanson francophones à la radio : "La liberté du public c'est celle d'avoir accès à une offre culturelle diverse, pas d'écouter dix titres en boucles toute la journée." Concernant le marché de la musique diffusée en streaming, Fleur Pellerin a affirmé que "les artistes ont le droit d'avoir une partie de la valeur créée par la musique en ligne". La ministre est "prête à inscrire des choses dans la loi pour qu'il y ait plus de transparence dans la répartition des rémunération". >> Revoir en intégralité l'émission A lire aussi : >> Loi création : bataille autour du marché de la musique en streaming
Publicité