Vidéos A la une
A la tribune de l'Assemblée mardi, Lionel Tardy a vivement critiqué le projet de loi sur le dialogue social présenté par François Rebsamen. "Vous décidez de l'avenir de nos entreprises au doigt mouillé ! ", fustige le député (Les Républicains) de Haute-Savoie qui aurait préféré que le gouvernement "commence déjà par donner du temps au dialogue parlementaire". Il regrette un "cadeau fait aux syndicats pour calmer l'aile gauche du PS" et parle d'une "vaste blague."
Vidéos A la une
Mediapart révèle mercredi que l'épouse de Jean-François Copé rémunéré en tant qu'assistante parlementaire. Si la loi n l'interdit pas, certains députés sont contre ces pratiques. "Ce n'est pas ma vision des choses de faire de la politique en famille", commente l'UMP Lionel Tardy. L'UDI Philippe Vigier comprend que cela puisse choquer. Le PS Bernard Roman rappelle la règle. Et l'UMP Benoist Benoist Apparu n'est "pas choqué outre mesure à la condition express qu'il y ait travail effectif".
Vidéos A la une
Lionel Tardy, député UMP de Haute-Savoie, répond aux questions de François Gapihan sur l'ambiance au sein de l'UMP après qu'un audit des comptes du parti ait révélé une dette colossale.
Vidéos A la une
Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, un ancien Président est placé en garde à vue. Nicolas Sarkozy est interrogé depuis ce matin au siège de l'office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la direction centrale de la police judiciaire. L'ancien chef de l'État a rejoint son avocat Thierry Herzog, et deux hauts magistrats de la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust, eux-mêmes placés en garde à vue dès lundi matin. Les quatre hommes sont interrogés dans le cadre de l'enquête pour " trafic d'influence " et " violation du secret de l'instruction " dans l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. Les magistrates Patricia Simon et Claire Thépaut enquêtent sur un réseau d'informateurs susceptible d'avoir renseigné les proches de Nicolas Sarkozy voire l'ancien président de la République lui-même, dans les procédures judiciaires le visant, en particulier le dossier Bettencourt. Des interceptions téléphoniques opérées par les juges en janvier et février 2014 avaient révélé des faits troublants : l'ex-président et son avocat semblaient très renseignés sur l'avancée des travaux de la Cour de cassation quant à la saisie de la procédure Bettencourt. Les deux hommes se sachant placés sur écoute, ils étaient allées jusqu'à acheter, sous un nom d'emprunt, des téléphones portables. D'où l'incrimination de " violation du secret de l'instruction ". Nicolas Sarkozy est-il définitivement mis hors-jeu de la politique nationale ? Peut-il rebondir après un tel scandale ? Quelle sera l'attitude de l'UMP, que Nicolas Sarkozy a présidé de 2004 à 2007 ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos A la une
"La ligne de défense de Copé est complètement battue en brèche", estime mardi le député UMP Lionel Tardy sur BFMTV. Les derniers rebondissements prouvent selon lui que Jean-François Copé était "au courant de l'état des finances de l'UMP" juste après la campagne présidentielle de 2012 sinon pendant. "On peut s'interroger pourquoi il n'a pas demandé de justification sur ces 17 millions de trou de trésorerie de l'UMP", ajoute-t-il.
Vidéos A la une
Le député UMP Lionel Tardy semble découvrir samedi soir le prêt de 3 millions d'euros accordé par le groupe UMP à l'Assemblée au parti, à l'été 2012. "Personne n'était au courant", affirme le fillonniste Lionel Tardy, qui compte "demander des explications" lors de la prochaine réunion de groupe, mardi 24 juin.
Vidéos A la une
Le prochain bureau politique statutaire de l'UMP se tient ce mardi, en présence de la juriste Anne Levade, présidente de la Haute Autorité du parti, à la demande de Jean-François Copé. Dans une lettre qu'il lui a adressée la semaine dernière, le président démissionnaire de l'UMP a rappelé à Anne Levade que les statuts de l'UMP exigeaient " que l'élection d'un nouveau président de l'Union et la période d'intérim qui la précédera se déroulent dans le respect des règles juridiques dont l'UMP s'est dotée ". Discrédité par l'affaire Bygmalion, Jean-François Copé avait été poussé à la démission lors d'un bureau politique exceptionnel, le 27 mai dernier. Une démission qui sera effective le 15 juin. En outre, l'UMP s'était dotée de nouveaux statuts en juin 2013, afin de tenter de mettre un point final à la guerre interne entre fillonistes et copéistes. Selon ces statuts, le vice-président délégué, en l'occurrence Luc Chatel, prenait l'intérim de la présidence du parti en cas de vacance de celle-ci. C'était sans compter la décision, prise le 27 mai, de confier les rênes du parti à un triumvirat formé de trois anciens Premiers ministres (Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon) en attendant l'élection du nouveau président. Une initiative contestée par six militants, qui demandent à Luc Chatel d'assurer l'intérim. Au même moment, plusieurs ténors de la droite appellent de leurs voeux un retour de Nicolas Sarkozy au premier plan, du fidèle " ami de trente ans " Brice Hortefeux à l'ancien rival Dominique de Villepin. Un retour, qui pourrait être compromis par l'éventuelle mise en cause du clan sarkozyste et du candidat à l'élection présidentielle de 2012, dans l'affaire Bygmalion. L'UMP peut-elle se relever des querelles internes et des affaires qui la secouent ? Assiste-t-on aux prémices de l'affaire des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ? Qui pour se présenter à la candidature de 2017 ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos A la une
Lionel Tardy, député UMP de Haute-Savoie, était sur le plateau de BFM Story. Retour sur le débat autour de la mise en place d'un bureau politique déterminant au sein de l'UMP. Afin de finaliser la mise en place de la direction provisoire à partir du 15 juin, l'instance dirigeante se réunit ce jour pour débattre sur les questions de la ligne et de la stratégie politique de l'UMP. Et selon les informations, le triumvirat Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon proposeraient une direction à trois avec Luc Chatel comme secrétaire générale du parti.
Vidéos A la une
À quelques jours du début de la Coupe du monde au brésil, les députés de l'Assemblée nationale ont monté leur propre équipe de football. L'entraîneur Guy Roux a ainsi composé une équipe d'une trentaine de députés de tous bords, comme les socialistes Thomas Thévenoud et Philippe Martin, l'écologiste Christophe Cavard ou les UMP Eric Woerth et Lionel Tardy. Ces derniers disputeront des matchs caritatifs, dont le premier aura lieu en septembre, afin de récolter des fonds pour l'hôpital Necker.
Vidéos A la une
Interview de Lionel Tardy, député UMP de Haute-Savoie sur la démission de Jean-François Copé en tant que president de l'UMP.
Vidéos A la une
C'est un bureau politique sous haute tension qui s'ouvre ce matin à l'Assemblée nationale. Après la plainte déposée contre X, le président de l'UMP, Jean-François Copé reçoit les ténors du parti pour une opération transparence sur les soupçons de favoritisme au profit de Bygmalion, une société de communication fondée par deux de ses amis. Selon Libération, 18 millions d'euros ont été dépensé entre janvier et juin 2012 pour l'organisation de 70 événements essentiellement pendant la campagne de Nicolas Sarkozy, dont un certain nombre seraient fictifs. L'avocat de la société de communication Bygmalion, M. Patrick Maisonneuve, a évoqué hier lors d'une conférence de presse, le montant de près de 10 millions d'euros de " factures litigieuses ", imposées à la demande de l'UMP pour dissimuler des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy. Au lendemain de la gifle des européennes qui a vu l'UMP se faire distancer de plus de quatre points par le FN, cette affaire tombe au plus mal pour Jean-François Copé. Il a beau expliquer qu'il ne savait " rien du tout " de ce qui se tramait au niveau des finances du parti, les principaux responsables de l'UMP ne lui accordent plus de crédit. Le bureau politique va-t-il pousser Jean-François Copé vers la sortie ? Un vote de défiance peut-il mettre un terme à sa présidence ? Quel avenir pour l'UMP ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités.
Vidéos A la une
"On ne peut pas avoir un président en exercice concerné par tout cette séquence judicaire", estime au micro de BFMTV le député UMP Lionel Tardy, qui estime que son parti se dirige vers une présidence collégiale en l'absence de "candidat qui se dégage". Ce proche de François Fillon "ne croit pas un seul instant" que Jean-François Copé n'était pas au courant de l'affaire Bygmalion et rappelle que le président de l'UMP et Jérôme Lavrilleux étaient un vrai "binôme", ils étaient "tout le temps ensemble".
Vidéos A la une
Claude Goasguen estime que l'UMP "tarde à foutre dehors ce con de Lionel Tardy"
Vidéos A la une
L'affaire Bygmalion réveille la guerre à l'UMP. Le filloniste Lionel Tardy demande des clarifications à Jean-François Copé qui s'expliquera après les européennes. Au lendemain des élections, les députés Pierre Lellouche, Arnaud Robinet et Dominique Dord seront entendus, comme témoins, par le pôle financier de Nanterre. Ils veulent rétablir la vérité notamment sur de fausses facturations inscrites dans les comptes du parti et dont il se disent victimes. Thibaud le Floch, Elisa Bertholomey et Rym Ben Ameur
Politique
Après avoir demandé la démission du président de l’UMP la semaine dernière, le député filloniste est de nouveau monté au créneau mardi. Dans une lettre ouverte, Lionel Tardy a non seulement déploré le "silence assourdissant des dirigeants" de l’UMP à propos de l’affaire Bygmalion mais également appelé Jean-François Copé à s’expliquer rapidement.
Vidéos A la une
Barbara Pompili, coprésidente du groupe EELV à l'Assemblée nationale, et Guillaume Peltier, cofondateur de la "Droite forte", maire de Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher). Retour sur la demande d'explications de Lionel Tardy à Jean-François Copé. Le député de Haute-Savoie a décidé d'écrire une lettre au président de l'UMP face à l'accumulation des scandales touchant la droite.
Politique
Alors que l’affaire Bygmalion a connu un nouveau rebondissement jeudi avec les révélations de Libération, le député UMP Lionel Tardy estime que le parti d’opposition "n’existera plus en juin". Plus de détails.
Vidéos A la une
Le député UMP a une nouvelle fois prouvé qu'il était un vrai geek. On l'a vu prendre en photo d'hémicycle de l'Assemblée nationale pour ensuite la poster sur Twitter et annoncer qu'il prendrait...
Vidéos A la une
Lionel Tardy, député UMP de la Haute-Savoie, répond aux questions de Jean-Baptiste Boursier sur les accusations de surfacturation à l'encontre du président de l'UMP, Jean-François Copé.
Vidéos A la une
Interview de Lionel Tardy, député UMP de Haute-Savoie, sur sa probable candidature aux élections municipales de 2014.
Publicité