Ce n'est pas le vent qui a gêné les Sapiacains hier soir à Domec. Mais plutôt leur incapacité à concrétiser leurs moments forts. Dans la cité un..

Publicité
Ce n'est pas le vent qui a gêné les Sapiacains hier soir à Domec. Mais plutôt leur incapacité à concrétiser leurs moments forts. Dans la cité un match sans éole c'est un peu comme un vélo sans roue. Hier soir, les Tarn-et-Garonnais ont entamé ce nouveau bloc comme ils avaient terminé le premier : par un succès. Face à une équipe en besoin de points les coéquipiers de Pierrick Esclauze ne sont pas parvenus à profiter du vent favorable en première période. Dans un premier temps ils ont envoyé du jeu de partout, les locaux étant sur le reculoir en permanence ; et l'essai de Pellow Van der Westhuizen consécutif a une pénal-touche lançait de la meilleure des façons le match des «verts et noir» (10-3, 26e). Sauf que le reste de la première période va être marqué par de trop nombreuses fautes de main des Tarn-et-Garonnais. Les intentions sont là mais à chaque fois un en-avant empêche la marche en avant. Et comme au pied Clément Darbo n'est pas en réussite (deux échecs) les Audois restent dans le coup même s'ils en passent jamais les quarante mètres adverses. Ils vont les franchir une seule fois, juste après la sirène. Après une interminable action, les Sapiacains sont sur le reculoir pour la première fois et Xerom Civil permet aux siens de regagner le vestiaire sur un score de parité (10-10) alors que l'USC était en infériorité numérique.

Un suspense énorme

En seconde période, on ne change rien à la physionomie de la rencontre...

Lire la suite sur La Dépêche.fr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :